Show Less

Une autre avant-garde

La métaphysique, le retour à la tradition et la recherche religieuse dans l’œuvre de René Daumal et de Daniil Harms

Series:

Tetyana Ogarkova

Nés et morts pratiquement en même temps, René Daumal (1908-1944) et Daniil Harms (1905-1942) ont vécu simultanément les mêmes moments-clés dans leurs cheminements artistiques et philosophiques. Cet ouvrage évalue des œuvres de ces deux écrivains si éloignés géographiquement, cadets de deux grands mouvements modernistes du XX e siècle (le surréalisme français et le futurisme russe) et démontre l’évolution organique de l’avant-garde européenne dans les années 1920-1930. En s’appuyant sur une lecture critique de l’image courante d’une avant-garde libératrice, révolutionnaire et athée dans son culte du progrès, l’auteur met en lumière l’existence de cette autre avant-garde, métaphysique et même religieuse, anti-révolutionnaire dans sa résistance au progrès, et finalement, dans un sens plus large, « antimoderne ».
La poésie métaphysique, la vision du monde contemporain comme un « contre-monde », le sens de l’absurde et les projets sotériologiques, c’est là l’ensemble des questions abordées dans cet ouvrage. Il met en évidence cette face cachée de l’avant-garde telle que l’expriment ces deux écrivains dans leurs œuvres respectives, qui continuent aujourd’hui à susciter l’intérêt de leur lointaine postérité au-delà de tous les pessimismes et optimismes du XX e siècle.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre I. Poésie et prière 369

Extract

369 Chapitre I Poésie et prière La période des années trente, dans la poésie française comme dans les lettres russes, n’est guère portée à la prière, et il est par conséquent assez surprenant de constater, chez Daumal aussi bien que chez Harms, le recours à une forme de poésie particulièrement proche de celle-ci. C’est la transcendance dans la poésie qui prend la forme de la prière et qui s’annonce comme le dépassement du cadre avant-gardiste. Or, loin d’être un fait aléatoire ou accidentel dans leurs œuvres respectives, les prières poétiques que nous donnent à lire Daumal aussi bien que Harms sont intimement associées à leur ars poetica, dans la mesure où cette forme d’«hymne» fournit la justification et l’explica- tion de leurs écrits, qui aspirent à une poésie «plus élevée», une poésie «objective», autrement dit à une poésie «réelle». La transcendance, qui s’appuie sur la vision religieuse, constitue donc la justification de ce choix d’un registre élevé dans la poésie. A. René Daumal: «La Guerre Sainte» L’avant-garde connaît certes déjà une forme de chant néo-religieux, qui associe la modernité à un besoin de «verticalité» spirituelle: «Les Pâques à New York», de Blaise Cendrars3, et «Zone», de Guillaume 3 Cf.: CENDRARS B., Du monde entier au cœur du monde, Paris, Denoël, 1987, pp. 24-34. 370 Apollinaire4, ont fait résonner cette tonalité particulière dès...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.