Show Less

Réception et Créativité

Le cas de Stendhal dans la littérature Japonaise moderne et contemporaine

Edited By Julie Brock

Ce livre présente les trois dernières sessions du projet de l’Institut international des Hautes études de Kyôto (IIAS) « Réception et créativité – Le cas de Stendhal dans la littérature japonaise moderne et contemporaine ».
Visant à élucider les rapports entre la création et la réception, cette recherche réunit des spécialistes de littérature française, japonaise, générale et comparée, de philosophie, d’esthétique, ainsi que des traducteurs, éditeurs, critiques, créateurs et adaptateurs. Elle s’appuie sur la théorie de Marc-Mathieu Münch, l’effet de vie, qui défi nit le phénomène littéraire du point de vue anthropologique. C’est au prisme de la relation humaine que ce livre examine les rapports entre Stendhal et ses lecteurs japonais, eux-mêmes auteurs de littérature, critiques ou traducteurs.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

PERSPECTIVES

Extract

JULIE BROCK Message d’ouverture Au moment d’achever cet ouvrage, nous voudrions ajouter en com- plément du Livre VI trois documents. Le premier est une « Lettre » que M. Marc-Mathieu Münch nous avait fait parvenir en amont, mais qui a sa place, nous semble-t-il, dans ces « Perspectives » qui donnent à méditer des sujets pour les recherches à venir. Le deuxième docu- ment est un « Commentaire » de M. Shimizu Takayoshi. Intitulé « Réception et créativité : l’exemple de Kobayashi et Ôoka Shôhei », ce commentaire nous est parvenu après la session de clôture, et, pour cette raison, n’entre pas dans le cadre de notre recherche proprement dite. Il illustre bien, cependant, le propos de François Lecercle sur les lectures approximatives en tant que sources d’interrogation, de dia- logue et de création. Par ailleurs, il peut également se lire en perspec- tive avec notre troisième document, extrait de l’autobiographie de M. Nakagawa Hisayasu, Mémoires d’un « moraliste passable »1 . Lus conjointement, ces deux derniers textes donnent à réfléchir. Pour expliquer le choix du texte de M. Nakagawa, il faut avouer que tous les participants, aiguillonnés par la communication d’Yves-Marie Allioux, auraient souhaité connaître la raison pour la- quelle, quarante ans plus tôt, M. Nakagawa avait eu un air de « satis- faction gourmande » en faisant la critique de Kobayashi. Absent lors de notre rencontre, M Nakagawa n’a pas pu répondre à cette question. Par défaut, donc, et pour ne pas décevoir la...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.