Show Less
Restricted access

Sémiotique du mouvement

Du geste à la parole

Edited By Sylvie Freyermuth, Dominique Keller and Jean-François Bonnot

Le geste ne peut être considéré en lui-même et pour lui-même qu’en se plaçant dans une perspective restrictive. En effet, le mouvement volontaire s’inscrit dans une action, et dans tous les cas, il est tributaire d’un contexte. Le mouvement est bien ce qui permet d’accéder au monde : ne dit-on pas de certains malades, pourtant conscients, qu’ils « sont murés en eux-mêmes », signifiant ainsi que le rôle de passeur de sens du mouvement est à jamais perdu ? L’une des difficultés majeures dans les tentatives d’harmonisation entre domaines provient du fait qu’il est délicat de faire coïncider les données provenant des champs neurophysiologique et biologique avec celles issues de modèles linguistiques. C’est pourquoi nous avons demandé à des chercheurs appartenant à diverses disciplines (philosophie, psychologie expérimentale, sociologie, linguistique et phonétique) d’illustrer la notion de « sémiotique du mouvement ». Un premier volet s’attache à préciser les enjeux théoriques du mouvement, de sa conception à sa représentation et à sa réalisation, d’une manière générale et dans ses rapports à la vision et à la parole. La deuxième et la troisième section apportent des éclairages plus spécifiques en focalisant le propos sur les aspects linguistiques.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre IV: Le geste sportif a-t-il un sens ?

Extract

← 112 | 113 → CHAPITRE IV

LE GESTE SPORTIF A-T-IL UN SENS ?

Fabien Ohl

Si l’on peut défendre l’idée que « dire c’est faire » puisque des énoncés peuvent être performatifs (Austin, 1962 [1970]), on peut aussi se demander, dans le cas du geste sportif, si « faire c’est dire ». En effet, le geste s’accompagne fréquemment de la parole et, même lorsque ce n’est pas le cas, il peut prendre des significations très diverses. J.-C. Kaufmann (1997) rappelle, à propos des gestes domestiques, que : « un même geste peut s’inscrire dans deux systèmes de pensée et d’action très éloignés ». Le problème est alors de savoir ce que veut dire le « faire » sportif. La valorisation économique des gestes sportifs indique qu’ils ne laissent pas indifférent. Il peut sembler étonnant que des joueurs de football puissent gagner des millions d’Euros en mettant des balles dans un filet ou des joueurs de golf en les plaçant dans un trou de quelques centimètres de diamètre. Outre ses liens avec l’économie, le geste sportif possède des dimensions sociales et politiques marquées. Pourtant qu’une balle finisse sa course dans un filet ou sur la barre transversale ne devrait, a priori, pas avoir conséquence majeure directe. Rien d’équivalent aux gestes de l’aiguilleur de chemin de fer, du conducteur de voiture, de l’ouvrier du bâtiment ou du chirurgien qui risquent de mettre en danger la vie des...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.