Show Less
Restricted access

Perverse Identities

Identities in Conflict

Series:

Edited By Flocel Sabate

The urgent need for the study of exclusive identities in conflict is ever more apparent in a globalizing world in which societies are becoming multicultural and complex and in which inter-cultural contact and the co-existence of languages and cultures comes increasingly to bear on the construction of plural identities. The present book considers perversion in the construction of identity and the perverse usage of identity in areas such as social cohesion – xenophobia, racism, ostracism, rejection, ageism, marginalisation – and the mismanagement of linguistic identity, language groups and associated discriminatory practise arising out of historical and culturally based discrimination. The texts were submitted in an international meeting held in the Institute for Identities and Societies of the University on Lleida (Catalonia, Spain) in November 2012.
Show Summary Details
Restricted access

La royauté joola-ajamaat : constructions sémantiques et représentations autour du genre

Extract

Mónica LABONIA

Université de Nice-Sophia Antipolis

Nous explorerons la royauté joola-ajamaat de Youtou (Sénégal) à partir du lien étroit qui existe entre le pouvoir politique et le pouvoir religieux. Le cas emblématique est celui de l’ayi (roi-prêtre), lequel symbolise ce double caractère royal et sacerdotal. D’un côté, « […] le roi est incontestablement le chef suprême du pouvoir religieux »1. De l’autre, il dispose d’un pouvoir temporel qui se manifeste dans le cadre d’une organisation politique « monocratique »2. Cette organisation peut se décliner au travers de proverbes relatifs à la royauté3. Nous avons donc choisi d’analyser certains d’entre eux, ce qui nous permettra de dévoiler les représentations du genre dans cette société.

1. Les traits saillants de la royauté joola-ajamaat de Youtou

La « royauté sacrée »4 joola-ajamaat de Youtou est une organisation politico-religieuse représentée par son arambeu ou chef des cultes, et par le roi-prêtre bissau-guinéen de Kerouhey (ayi). D’une part, cette institution synthétise à la fois le pouvoir religieux et le pouvoir ← 475 | 476 → politique. D’autre part, elle concerne uniquement le « […] « genre », (qui) se réfère à la classification sociale au « masculin »5. Bien que dans cette société, les femmes d’un âge avancé soient assimilées à des agnats et participent aux décisions des hommes, elles ne disposent pas du pouvoir politique puisque le culte royal (Këyëku) est « détenu par un homme exclusivement...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.