Show Less
Restricted access

L’Europe des citoyens et la citoyenneté européenne

Évolutions, limites et perspectives

Series:

Edited By Michel Catala, Stanislas Jeannesson and Anne-Sophie Lamblin Gourdin

La construction européenne est souvent présentée ou perçue comme un processus technocratique imposé aux peuples par les élites à la suite du désastre de la Seconde Guerre mondiale et du traumatisme de la Guerre froide. La crise actuelle que connaît l’Union européenne semble ainsi démontrer l’absence de solidarité entre les États et les peuples du continent, par manque d’identité partagée et de projet politique démocratiquement accepté. La création d’une citoyenneté européenne par le traité de Maastricht, en 1992, n’a pas enrayé le désintérêt des citoyens des États membres, pourtant de plus en plus affectés par les politiques européennes, à l’égard de l’Union et de ses institutions. Dans une perspective résolument interdisciplinaire, à la croisée de l’histoire, du droit, des sciences politiques, de la sociologie et de la philosophie, cet ouvrage entend dépasser ce constat d’échec un peu simpliste, pour étudier les modalités et les visages de la citoyenneté européenne, son émergence progressive depuis les premiers projets de l’entre-deux-guerres, ses limites et ses insuffisances, mais aussi ses perspectives, à long terme comme dans un avenir proche.
Show Summary Details
Restricted access

Núria Garcia - Le citoyen européen sera-t-il multilingue ? Le rôle de la politique d’enseignement des langues dans la construction de la citoyenneté européenne

Extract

| 173 →

Núria GARCIA, Centre d’études européennes, Sciences Po

Le citoyen européen sera-t-il multilingue ? Le rôle de la politique d’enseignement des langues dans la construction de la citoyenneté européenne

L’absence de langue commune à l’ensemble des citoyens des 28 États membres de l’Union européenne est invoquée de manière récurrente comme obstacle à l’émergence d’une citoyenneté européenne1. Certains auteurs de théorie politique envisagent ainsi l’existence d’une langue commune parlée par l’ensemble des citoyens comme une condition sine qua non pour l’émergence d’un espace public au sens habermassien2. Cette position est également partagée par certains sociologues comme Dominique Schnapper, qui insiste sur la dimension civique de la langue dans le développement des États-nations européens en l’analysant comme un instrument de la pratique démocratique et de la sphère politique commune où se forment la volonté collective et la légitimité politique3. Le fait que la question de l’aménagement des langues dans l’Europe des citoyens ait été abordée principalement sous l’angle d’un pré-requis fonctionnel pour l’exercice de la démocratie explique la prédominance des travaux de théorie politique sur ce sujet4, avec des problématiques gravitant autour de la question de savoir quel régime linguistique serait le plus apte à favoriser l’émergence d’un demos européen5 ou quelle politique linguistique serait la plus juste d’un point de vue normatif6. ← 173 | 174 →

Le pr...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.