Show Less
Restricted access

L’ennemi de la mort

Le combat perpétuel d’Elias Canetti

Series:

Marion Dufresne

Notre conscience de la mort détermine nos comportements sociaux : tel est le postulat d’Elias Canetti. Tous les textes de l’auteur, que ce soient l’autobiographie, l’œuvre fictionnelle ou les inclassables Réflexions, sont mis à contribution pour démontrer l’omniprésence de la mort. Elle joue un rôle fondamental dans les différentes formations de masse et elle est l’arme la plus redoutable entre les mains des potentats de tout acabit. Le présent ouvrage tente de démontrer que, pour Canetti, la tâche essentielle du poète digne de ce nom est de ne se confronter à l’empire néfaste de la mort que pour mieux la combattre. Face à cette menace Canetti développe sa conception anthropologique et poétologique de la métamorphose. Ne jamais oublier combien nous sommes vulnérables, ne doit pas conduire au désespoir. Il incombe aux poètes de rappeler à l’homme son aptitude à la métamorphose. Il nous faut réapprendre à nous saisir de cette arme qui reste la plus efficace pour échapper au règne du trépas.
Show Summary Details
Restricted access

L’œuvre de fiction: Le triomphe de la mort

Extract

Dans sa contribution au recueil des textes réunis par Stefan Kaszynski, Claudio Magris regrette le «génie Elias Canetti», auteur du roman Die Blendung qui se serait effacé au profit de Canetti autobiographe175. Je ne partage pas entièrement ce point de vue et les analyses des chapitres précédents ont démontré que l’auteur ne livre pas avec son autobiographie une œuvre bien lisse qui présente un monde où n’aurait droit de cité que ce qui contribue à faire éclore l’écrivain en devenir. Il est vrai en revanche qu’il existe une différence de taille entre l’œuvre de pure fiction et le récit autobiographique. Tandis que ce dernier se caractérise par la présence d’un élan vital qui l’emporte sur les expériences de la mort et du deuil, cette dimension est absente du roman et des deux premières pièces de théâtre, Noce et Comédie des vanités. Ces œuvres finissent dans la destruction et annoncent un avenir bien sombre. Elles dressent un tableau sans complaisance d’un monde d’où la compassion et l’amour sont bannis. La haine et la mort y règnent sans partage et déterminent toutes les relations humaines. Ce qui intéresse l’auteur ce sont les différentes stratégies déployées par les uns et les autres pour conquérir une parcelle de pouvoir réel ou même seulement imaginaire. Chacun considère ses semblables comme des adversaires dont il faut exiger...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.