Show Less

De la cité au campus

40 ans de l’UNIL à Dorigny- Actes du colloque "Dorigny 40</I>- Université de Lausanne, 11 novembre 2010

Edited By Olivier Robert

Depuis l’inauguration de son premier bâtiment sur le site de Dorigny en 1970, l’histoire de l’Université de Lausanne s’est accélérée. Le Collège propédeutique, construit pour abriter la Faculté des sciences, trop à l’étroit dans ses locaux de la Cité, était la première réalisation concrète d’un long processus de planification politique et institutionnelle. Ce premier ouvrage a initié le transfert complet de l’Université, alors éclatée dans le centre ville, vers les vastes rives du lac Léman devenues l’écrin d’un campus universitaire qui héberge aujourd’hui deux hautes écoles et quelque 25’000 collaborateurs et étudiants.
Ce livre retrace ce passé récent pour tenter de faire comprendre à quel point ce projet d’infrastructure aura été visionnaire et essentiel au développement de l’UNIL. D’une part, les témoins et acteurs de l’époque reviennent sur les volontés politiques, qui animaient les édiles de la fin des années 60 et les effets de cette réalisation d’un point de vue politique, historique, architectural, urbanistique et géographique. D’autre part, certains acteurs d’aujourd’hui posent leur regard perçant d’analyste sur ces quarante ans, s’efforçant d’en tirer le bilan.
A côté d’articles originaux et pertinents, cette publication est aussi l’occasion de présenter nombre de photos d’archives inédites, qui témoignent des différentes étapes de ce transfert de l’Université de la Cité au campus.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

In Memoriam Guido Cocchi - Jean-Paul Dépraz -9

Extract

In Memoriam Guido Cocchi1 Jean-Paul Dépraz Vice-recteur de l’Université de Lausanne Depuis le milieu des années soixante, le nom de Guido Cocchi reste indissociable du transfert de l’Université de la ville à Dorigny. Architecte du Collège propédeutique, le premier bâtiment du site, inauguré il y a maintenant plus de quarante ans, il devient, en 1971, l’architecte en chef du Bureau de construction de l’Université à Dorigny, le BUD. A ce titre, il est le gardien du plan directeur. Il établit les programmes des constructions à venir avec un professeur désigné comme représentant des utilisateurs. Il suggère au Comité directeur du BUD l’attribution des mandats à des valeurs sûres de l’architecture vaudoise, les associant parfois à des jeunes auxquels il veut donner leur chance. A la fin des années 1970, Guido Cocchi reprend le crayon pour le Bâtiment central, aujourd’hui l’Unithèque et pour toujours la Banane, ainsi que pour l’Institut suisse de droit comparé. Une fois le dernier transfert vers Dorigny réalisé, celui de la chimie qui a déménagé en 1994, il se retire du BUD et ferme son bureau en 1995. Guido Cocchi ne quitte pas pour autant Dorigny : il dispose d’une place de travail, d’abord au BUD, puis à la Ferme de la Mouline, au milieu des services techniques et d’exploitation de l’UNIL. Il aime cette ambiance active. Il conseille l’un, encourage l’autre, rend de multiples services. A plusieurs reprises, il effectue pour la Direction de l’UNIL des mandats importants...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.