Show Less

Les Réécrivains

Enjeux transtextuels dans la littérature moderne d’expression française

Series:

Patrick Bergeron and Marie Carrière

Pratique constante et rPratique constante et récurrente de la création littéraire et, plus généralement, culturelle, la réécriture a, paradoxalement, été peu étudiée en tant que phénomène autonome. Gérard Genette, avec Palimpsestes (1982), est l’un des rares théoriciens contemporains à s’être spécifiquement penché sur les variétés et les fonctionnements des relations transtextuelles que peut entretenir un texte.
Cet ouvrage se propose de cerner les enjeux critiques suscités par les œuvres littéraires dès lors qu’elles s’élaborent comme de nouvelles versions d’œuvres, de mythes ou de discours préexistants. Une perspective ouverte, élargie à une diversité d’auteurs francophones, d’époques variées, offre une contribution significative et novatrice au champ des études littéraires actuelles, tout en faisant le lien entre les théories genettiennes, d’autres méthodologies et les œuvres des écrivains. C’est donc sous l’appellation de « réécrivains » que ce livre propose de réunir un certain nombre d’auteurs francophones chez qui la pratique de la réécriture joue, momentanément ou itérativement, un rôle décisif qu’il est instructif d’élucider.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Troisième partieL’auto-réécriture

Extract

Troisième partie L’auto-réécriture Le camouflage autobiographique dans L’algarabie de Jorge Semprún Catherine KHORDOC Université Carleton Mes livres sont presque tous des chapitres d’une autobiographie interminable. (Semprún, cité par Cortanze 101) En 1981, Jorge Semprún publie L’algarabie, un roman que l’on ne pour- rait plus fictif d’abord par son intrigue principale tout à fait inventée et ensuite par le fait que sa construction narrative est mise en évidence de manière incontournable, de façon à empêcher le lecteur de ne pas cons- tater le caractère fictif de l’œuvre. Et pourtant, cette œuvre de fiction si fictive fournit le camouflage parfait permettant à l’auteur de s’y révéler sans que le lecteur ne s’en rende nécessairement compte. En effet, l’œuvre de Jorge Semprún en général suscite une vive interrogation quant au statut générique des ouvrages de cet auteur, qu’ils soient fictifs ou non, et les commentaires de l’auteur lui-même n’aident pas toujours à clari- fier la question. Semprún trouble la non-fictionnalité présumée de l’auto- biographie lorsqu’il affirme par exemple que « la réalité a souvent be- soin d’invention, pour devenir vraie » (L’écriture ou la vie 336-37). L’œuvre de Semprún comprend des romans, des scénarios, quelques essais ainsi que de nombreux récits ouvertement autobiographiques. Actif dans la Résistance en France pendant la Seconde Guerre mondiale, Semprún a été interné en 1944 et passa plus d’un an à Buchenwald. Cette...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.