Show Less

Guerre et Exil chez Louis-Ferdinand Céline

Series:

Ana Maria Alves

La présente étude a pour objet essentiel les polémiques et accusations à caractère politique, dont Louis-Ferdinand Céline a fait et continue de faire l’objet. D’où l’interrogation sur les causes de la fuite en Allemagne de l’écrivain ainsi que sur sa relation avec les Allemands à l’époque de la Seconde Guerre mondiale. C’est pourquoi, dans un premier temps l’accent est mis sur le contexte de l’époque, afin de mieux percevoir la nature de la position de Céline à travers ses écrits et pamphlets d’un antisémitisme virulent. Le livre évoque ensuite de façon détaillée les différentes étapes de l’exil de Céline, d’abord dans l’Allemagne embrasée de la fin de la guerre, où il choisit de se réfugier le 17 juin 1944, puis au Danemark (1945–1951), d’où il devra répondre aux accusations de trahison formulées contre lui par la justice française, avant son retour en France et une réhabilitation tardive. Les écrits qui forment le corpus de l’étude portent l’empreinte profonde de l’expérience amère et cruelle de l’exil. Malgré un cheminement tortueux, qui lui confère une aura d’écrivain « maudit », Céline demeure, aujourd’hui, l’un des génies de la littérature française du XX ème siècle.

Prices

See more price optionsHide price options
Show Summary Details
Restricted access

III. AU FIL DE L’EXIL: LE DANEMARK 227

Extract

III. AU FIL DE L’EXIL: LE DANEMARK Et pourtant combien sont nombreux les écrivains français qui à un moment ou l’autre ont dû fuir leur patrie!... Presque tous furent exilés… depuis Villon jusqu’à Verlaine, Daudet en passant par Zola, Chateaubriand, Lamartine, Chénier hélas guillotiné… (Lettres de prison à Lucette Destouches et à Maître Mikkelsen, 1945-194, (Edition établie, pré- sentée et annotée par François Gibault), Paris, Gallimard, 1998, pp. 25-26) 1. Céline, le déraciné: émigré et prisonnier Damné pour péché irrémissible et indicible. La preuve: on ne me condamne pas en droit mais en fait à une sorte de mort par menace et éloigne- ments. (Céline, «Lettre à Jean-Paulhan», le 3 août 1949, Lettres à la NRF, 1931-1961, Paris, Gallimard, 1991, p. 92) 1.1. La «terre promise» Les épreuves et les souffrances subies par Céline, au cours de son exil alle- mand, vont s’accentuer dans cette terre qu’il croyait, pourtant, promise car il gardait en mémoire le souvenir d’anciennes «escapades amoureuses»914 qu’il y avait vécues, mais aussi par le fait qu’il considérait ce pays comme un «éventuel refuge contre l’envahisseur allemand».915 Le Danemark était, pour Céline, «le lieu d’exil le plus sûr, le plus discret, et surtout une terre d’immunité pour faits d’intelligence avec l’ennemi d’outre-Rhin».916 Même si le pays était encore sous occupation allemande, il croyait y retrouver la sérénité, la paix et, principalement, le confort et l’abondance qu’il...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.