Show Less

Les Sourds : aux origines d’une identité plurielle

Series:

Edited By Charles Gaucher and Stéphane Vibert

Les différences qui émergent des quêtes identitaires contemporaines accentuent, dans un mouvement antagoniste de repli corporatiste et de reconnaissance de la pluralité du social, le sentiment que l’identité moderne se fragmente en une constellation de possibles. L’identité sourde fait partie de cette constellation. Elle découle de conceptions qui dépassent le simple intérêt catégoriel pour faire jaillir une communauté de sens. Ainsi, pour plusieurs personnes se reconnaissant dans cette identité, la condition qui les unit est d’abord articulée à partir d’un attachement collectif à une culture spécifique, et surtout, à une langue qui leur est propre. Bien sûr, ce déplacement du stigmate ne s’effectue pas dans l’oubli des dénominations et des traitements antérieurs concernant la surdité et doit composer avec la sédimentation des représentations sociales ayant investi la surdité comme caractéristique identitaire.
Les Sourds interrogent définitivement les nouvelles formes du lien social mettant en scène des spécificités qui s’expriment comme différences émancipatrices. Un ouvrage de référence en la matière est le bienvenu à une époque où plusieurs penseurs, mais aussi acteurs du monde de l’éducation et de la réadaptation, s’interrogent sur cette différence, mais aussi sur la différence en général comme vecteur d’identification.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Le fil ténu entre l'enculturation et l'essentialisationd'une condition. Le cas de « l'être Sourd » (Daphné Poirier) 67

Extract

Le fil tenu entre l'enculturation et l'essentialisation d'une condition Le cas de « l'etre Sourd » Daphne POIRIER, Ph.D. Agente de recherche au departement de sociologie, Universite du Quebec ä Montreal Alors qu'il herite de travaux reconnus depuis un certain temps dejä en Grande-Bretagne, en France et aux Etats-Unis (pour ne nommer que ces pays), le champ de la surdite (Deaf Studies) tend ä installer ses assises dans les sciences sociales au Quebec. En effet, an a assiste depuis les quinze dernieres annees' ä un foisonnement de publications issues de disciplines comme l'anthropologie, la sociologie, l'histoire, la linguistique et la psychologie dont une concentration accrue de publica- tions dans les dernieres annees (2005-2007). Conclure au fruit du hasard serait trop simple2. L'idee selon laquelle la surdite n'appartiendrait pas uniquement au champ biomedical, c'est-ä-dire que la personne sourde ne serait pas definie exclusivement ä travers ses caracteristiques physio- logiques incarnees par une « oreille deficiente » et une « audition qu'il faudrait reparer » a chemine jusqu'ä nous. Certains travaux ont identifie l'existence de tensions identitaires inherentes ä la communaute des personnes sourdes, attribuables notam- ment ä une identite se situant ä la jonction d'un handicap (ä caractere physiologique et social), d'un stigmate et d'une culture (existante et revendiquee) (Gaucher, 2005 ; Poirier, 2005b). Toutefois il est commu- nement admis que celle-ci se definit gräce ä une langue, une histoire, une identite comprise en fonction de valeurs, de manieres de faire et 11 est evident que certaines disciplines (l'anthropologie et la linguistique par exemple) sont actives dans le champ de la surdite au Quebec depuis...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.