Show Less

Mon aventure européenne

Images et souvenirs

Series:

Pierre Duchâteau

Ce texte n’est pas un récit, il n’écrit pas une histoire, il témoigne. Certes, aux yeux même de l’auteur, il s’agit d’une aventure passionnante dans laquelle il s’engage avec toute sa conviction : « La construction européenne ». Mais il ne prétend pas en proposer un récit factuel et objectif. Son but n’est pas de dire ce qui s’est passé dans l’histoire et quel chemin cette histoire a poursuivi, mais ce qu’il a vécu et fait dans cette histoire, les personnes qu’il a rencontrées, les événements qui l’ont touché, les lieux que ses missions lui ont permis de découvrir, les hasards de la vie qui ont suscité sa passion, les initiatives qu’il a pu prendre et les responsabilités qu’il a pu assumer, tout cela dans le cadre d’une transformation fondamentale et rapide des sociétés, des lieux et des pays qu’il visite dans son aventure et qui ont pour effet de changer le monde et par conséquent de le transformer lui-même.
La « Mémoire de l’Europe » qui s’en dégage est donc double : à la fois une mission et une aventure. Quand il parle de ses missions, c’est la tâche accomplie qui s’inscrit dans la mémoire. Mais cette vie est aussi une aventure, et c’est dès lors le devenir des êtres qui nourrissent les souvenirs. Certains lecteurs porteront peut-être un jugement différent sur tel ou tel épisode de l’histoire, sur telle ou telle description des institutions et des rôles spécifiques de certains hommes politiques, mais la richesse du récit ne laissera personne indifférent. Ceux qui, comme l’auteur, « pensent européen », apprécieront la sincérité de ce témoignage et comprendront en quoi l’histoire qu’il nous propose peut apporter une richesse complémentaire à notre « Mémoire commune ».

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Témoignages

Extract

TEMOIGNAGES 155 Un ami des premières heures Ivo DUBOIS Le récit de Pierre Duchâteau que l’on vient de lire est typique du per- sonnage qu’il incarne. Plus vrai par les sentiments et les impressions qu’il exprime que par la précision des éléments relatés. En partant de mes souvenirs personnels, j’y retrouve quelques éléments pour une grille de lecture de ce document irremplaçable. La première fois que j’ai rencontré Pierre, c’était lors de ma prise de fonction à l’Euratom, le 21 mai 1958. J’ai immédiatement été impres- sionné par cet homme à la stature imposante. À l’époque, une « aura » de mystère nous entourait : le traité de l’Euratom allait-il vraiment être appliqué ? Pierre balayait ces incertitudes d’un large revers de la main en nous disant : « Ce week-end je serai à Paris et je m’en occuperai. » Avec qui et comment ? Mystère et boule de gomme ! Jeune fonction- naire néerlandais jeté dans ce milieu européen totalement nouveau pour moi, où l’on ne parlait que le français, je restais totalement ébahi et perplexe devant tant de certitudes ! Pierre s’attribuait le rôle qu’il s’était choisi avec la plus grande ai- sance et un naturel déconcertant. Son éloquence fluide nous remplissait d’admiration et d’un respect d’autant plus grand, que son talent d’interprétation lui permettait, à partir de quelques faits épars, de brosser un vaste...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.