Show Less

L’interface prosodie/syntaxe en français

Dislocations, incises et asyndètes

Series:

Mathieu Avanzi

Dans cet ouvrage, l’auteur dresse un bilan des différentes hypothèses émanant des publications portant sur l’interface prosodie/syntaxe au cours de ces trente dernières années. Sur la base d’un échantillon de plus d’un millier de séquences extraites de larges corpus de français parlé authentique, il se propose ensuite de tester empiriquement la couverture des hypothèses en présence, afin de les valider ou de les reformuler, le cas échéant. Les données sont traitées semi-automatiquement avec des outils d’annotation prosodique développés à dessein, et l’analyse s’appuie sur les outils de la statistique en vue d’évaluer de façon détaillée le poids des indices syntaxiques et prosodiques influant sur le phrasé de configurations que l’on appelle dislocations, incises et asyndètes en français.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

CHAPITRE 7. L’absence de qu- est-elle marquée prosodiquement en français parlé ?

Extract

245 CHAPITRE 7 L’absence de qu- est-elle marquée prosodiquement en français parlé ? Ce chapitre a pour ambition de répondre à une question qui n’a jamais connu de validation empirique dans la littérature, à savoir : « l’absence de relateur entre deux constructions verbales là où il est requis par la norme est-il marqué par une prosodie particulière ? ». Après une introduction générale sur l’absence de qu- en français (§1), mon attention se porte sur deux types de structures bien précis (§2), à savoir : des configurations formées sur le moule [Pro avoir SNi qu-/Ø Proi V], dans lesquelles le SN introduit par le verbe avoir est coréférent avec le pronom qui initie la construction verbale qui le suit ; des couplages de constructions verbales dont le premier membre a pour noyau un verbe « faible » (Blanche-Benveniste, 1989) et le second le statut de (pseudo-)complétive. Contrairement à une opinion répandue, ces structures, qui s’alignent sur le schéma [Pro Vfaible qu-/Ø CV] ne sont pas inexistantes sous leur réalisation asyndétique, de nombreux exemples de mon corpus l’attestent. Pour chacune de ces séquences, je décris d’abord les propriétés grammaticales de la catégorie que j’étudie, puis j’examine un corpus d’énoncés appariés. De cet examen, il ressort que dans les contextes où qu- est absent, le regroupement prosodique est obligatoire pour marquer la dépendance entre les deux membres de la configuration. Lorsque les deux CV ne...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.