Show Less
Restricted access

L’égalité au nom du marché ?

Émergence et démantèlement de la politique européenne d’égalité entre les hommes et les femmes

Series:

Sophie Jacquot

L’Union européenne est considérée comme un des systèmes politiques les plus progressistes du monde en ce qui concerne la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes. La politique européenne visant à lutter contre les inégalités de genre est souvent considérée comme « exceptionnelle ».
Pendant près de quatre décennies, l’Union européenne a imposé aux États membres un ensemble de normes et de valeurs plus élevées que celles qui ont cours dans la plupart des pays et offert un environnement particulièrement accueillant aux mobilisations féministes. Cependant, depuis la fin des années 2000, l’Union et ses États membres font face à une grave et durable crise économique et budgétaire.
Dans ce nouveau contexte, le régime de genre de l’Union européenne est-il toujours un des plus avancés du monde ? Le système politique européen offre-t-il encore un espace privilégié pour mener une politique ambitieuse de promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes ?
Basé sur une enquête de plus de dix ans, cet ouvrage présente une lecture des transformations de la politique européenne d’égalité entre les femmes et les hommes sur le long-terme, analyse les mécanismes de construction, de consolidation puis de déconstruction de l’« exceptionnalité » de l’action européenne dans ce domaine et s’interroge sur les effets de son démantèlement en cours.
Show Summary Details
Restricted access

6. Conclusion : la fin d’une politique publique ?

Extract



Au début des années 2000, Emily Hafner-Burton et Mark Pollack décrivent l’Union européenne comme « un des systèmes politiques les plus progressistes du monde en ce qui concerne la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes »1. Durant de nombreuses années, la politique européenne d’égalité entre les femmes et les hommes a en effet été considérée comme « exceptionnelle » ou « à part » par rapport notamment aux autres politiques européennes que l’on peut ranger dans la catégorie de la régulation sociale et dont l’objectif tend à porter sur la prise en compte des défaillances du marché plutôt que sur la redistribution des ressources. L’égalité apparaît de fait pendant plusieurs décennies comme le seul champ d’action dans le domaine social où la régulation ne se limite pas à une sorte d’entre-deux minimal entre une uniformisation sur les standards les plus élevés et une absence totale de régulation2. La promotion de l’égalité et la lutte contre les discriminations basées sur le sexe sont envisagées comme un des rares domaines où l’Union européenne va au-delà du seul régime re-régulatoire justifié par la fluidification du marché en imposant aux États membres un ensemble de normes et de valeurs plus élevées que celles qui ont cours dans la plupart des pays. Cependant, plus de dix années plus tard, le jugement avancé par Emily Hafner-Burton et Mark Pollack...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.