Show Less
Restricted access

Concurrences régionales dans un monde multipolaire émergent

Series:

Edited By Sebastian Santander

Cet ouvrage se penche sur le regain d’importance qu’ont pris les organisations régionales dans les relations internationales de l’après-guerre froide marquées, notamment, par l’accélération de la globalisation et de la diffusion du pouvoir mondial. L’ouvrage s’intéresse au rapport des régions à la transformation en cours des équilibres mondiaux et partant au sens qu’elles insufflent à l’ordre international actuel.
Chaque projet régional est porteur à l’extérieur de normes et règles qui lui sont propres, ce qui n’est pas sans produire une concurrence entre groupements. Cette rivalité entre blocs régionaux existe tant au niveau de chaque continent qu’à l’échelle planétaire. Bien que cette concurrence est loin de constituer un phénomène nouveau, elle a pris de l’ampleur avec, notamment, la prolifération de toute une série de méga-blocs régionaux, d’associations transrégionales ou de coopération interrégionale (TTIP, TTP, « une ceinture, une route », Union eurasienne, RCEP, partenariat UE/CELAC, Asem), dont l’objectif premier est de façonner l’ordre mondial en fonction des attentes des acteurs qui les composent.
Il est donc question d’étudier la place et le(s) rôle(s) des groupes régionaux, interrégionaux et transrégionaux émergents dans l’ordonnancement des relations internationales à l’heure de la multipolarisation progressive des affaires mondiales et de la crise de la gouvernance mondiale.
Show Summary Details
Restricted access

ASEAN : à la poursuite d’un régionalisme de type réaliste ?

Extract



Olivier DUPONT

Première organisation régionale à voir le jour en Asie, l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) occupe depuis près de cinquante ans une place particulière sur le continent. Conçue sur un mode pragmatique, elle a depuis géré les questions auxquelles elle était confrontée à travers une dynamique statocentrée, ce compris lorsqu’il s’est agi de concevoir une identité commune propre au Groupe ou d’aborder des sujets transnationaux. Il est vrai que contrairement à un régionalisme davantage intégré, tel que l’Union européenne (UE), l’ASEAN présente sciemment une armature institutionnelle beaucoup plus modérée. En outre, en raison de fortes disparités politiques, sociales, économiques, confessionnelles ou ethniques, il ne saurait être question, fût-elle modeste, d’une quelconque velléité supranationale.

La présente contribution entend se pencher sur les mécanismes qui animent l’ASEAN à travers le rôle majeur que s’y attribuent les États membres. Toutefois, si depuis sa création, en 1967, une conception réaliste inspire l’Association, une certaine dynamique de groupe a émergé au fil des sommets et des traités. Cette évolution sera abordée selon trois prismes : le poids des États dans la construction régionale, l’élargissement de l’ASEAN en tant que facteur de renforcement de ses membres, et les interprétations statocentrées des droits humains.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.