Show Less
Restricted access

Francis Delaisi, du dreyfusisme à « l’Europe nouvelle »

Series:

Edited By Eric Bussière, Olivier Dard and Geneviève Duchenne

Francis Delaisi (1873–1947) n’a jamais fait l’objet d’un ouvrage. Pourtant, son nom est régulièrement cité par ses contemporains et des épisodes de sa biographie sont abordés par des historiens aux spécialités très différentes. Il faut y voir le reflet d’un itinéraire éclaté, pour le moins déroutant mais dont ce collectif restitue la part de cohérence. Jeune étudiant dreyfusard, Delaisi s’impose avant 1914 comme une figure marquante du syndicalisme révolutionnaire et se fait remarquer par des essais virulents contre les « maîtres de la France » et les « marchands de canons ». En lutte contre les élites et aux marges du système, Delaisi le pénètre au lendemain du premier conflit mondial en devenant, grâce à un essai remarqué sorti en 1929, Les Deux Europe, un expert en économie reconnu par les institutions françaises et internationales et un défenseur de la cause européenne. En 1936, le Front populaire redonne de la vigueur au polémiste. Il édite alors sous l’égide du Comité de vigilance des intellectuels antifascistes La Banque de France aux mains des deux cents familles. Mais Delaisi demeure un pacifiste convaincu. La défaite ouvre la dernière phase d’un parcours qui s’achève dans le collaborationnisme. Au final, l’itinéraire de Delaisi se lit comme le produit d’un parcours franco-français mais aussi européen, illustrant un souci écriture d’une nouvelle histoire de l’Europe.
Show Summary Details
Restricted access

Francis Delaisi, jeune dreyfusard rennais

Extract



André HÉLARD

Classes préparatoires (CPGE) de Rennes

La ville de Rennes entretient un rapport particulier avec l’affaire Dreyfus, bien sûr parce que la ville fut le théâtre du procès en révision du capitaine ; mais aussi – et préalablement – parce les manifestations antidreyfusardes consécutives à la publication de J’Accuse et aux premières signatures des protestations y furent particulièrement violentes, et parce qu’y fut fondée une des toutes premières sections de la Ligue des droits de l’homme en province. Cela fait que les répercussions de l’Affaire sur la ville et la société rennaise sont particulièrement documentées tant par les archives que par la presse sans oublier les correspondances de certains acteurs rennais1.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.