Show Less

Guilt and Shame

Essays in French Literature, Thought and Visual Culture

Series:

Edited By Jenny Chamarette and Jenny Higgins

As theoretical positions and as affective experiences, the twin currents of contrition – guilt and shame – permeate literary discourse and figure prominently in discussions of ethics, history, sexuality and social hierarchy. This collection of essays, on French and francophone prose, poetry, drama, visual art, cinema and thought, assesses guilt and shame in relation to structures of social morality, language and self-expression, the thinking of trauma, and the ethics of forgiveness. The authors approach their subjects via close readings and comparative study, drawing on such thinkers as Adorno, Derrida, Jankélévitch and Irigaray. Through these they consider works ranging from the medieval Roman de la rose through to Gustave Moreau’s Symbolist painting, Giacometti’s sculpture, the films of Marina de Van and recent sub-Saharan African writing. The collection provides an état-présent of thinking on guilt and shame in French Studies, and is the first to assemble work on this topic ranging from the thirteenth to the twenty-first century. The book contains nine contributions in English and four in French.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Eszter HorvÁth Psyché: le péché originel 125

Extract

Eszter Horváth Psyché: le péché originel Le refoulement: oublier, négliger, tenir à l’écart, trahir l’autre en se gardant de lui, s’éloigner, mais avec soin, en prenant garde de soi comme de l’autre dans cet éloignement qui nous lie en nous séparant de notre monde, de l’Autre qui nous entoure, qui nous touche à même la peau, qui nous touche au cœur.1 Cela nous arrive depuis toujours: le péché du refoulement, la trahison de l’Autre et de l’altérité nous définit, nous délimite en nous limi- tant aux contours de notre identité, nous donnant une image morte, nous fermant dans la cage du narcissisme, de l’amour de Soi, de l’amour de notre image de nous-mêmes. C’est ainsi que l’Identité vient au monde. Nulle naissance à soi sans le péché du refoulement de l’altérité. C’est notre péché originel, car il est l’acte fondateur de l’identification, de notre naissance en tant que nous-mêmes. Il est là à l’éveil de notre conscience. Le péché de l’oubli nous arrive avec la pensée même. C’est ce qui donne la loi de la réflexion, toujours réflexion d’un soi qui se regarde l’image dans le miroir de sa pensée, qui se donne une image dans la pensée et s’identifie à cette image toujours identique à soi oubliant et excluant tout le reste. Notre pensée réflexive reste en vue de son image stable, figeant son identité (comme la n...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.