Show Less
Restricted access

L’entre-deux imaginaire

Corps et création interculturels

Series:

Edited By Mercedes Montoro Araque and Carmen Alberdi Urquizu

« Quel plus beau mot en français, mais si modeste […] que ce verbe-ci : ‘entre-tenir’. Tenir de l’entre, tenir par l’entre, avoir de l’entre en mains. L’entretien du monde […] Ou l’entretien par la parole : chacun ouvre sa position et la déplie – la découvre – vis-à-vis de l’autre et l’active par lui […] on se rend compte enfin que c’est de l’entre de l’entre-nous – celui de l’‘intersubjectivité’– qu’il vient de la consistance aux sujets ».
Cette belle réflexion du philosophe François Jullien (2012) a été le point de départ de l’ouvrage que vous avez entre vos mains. Par sa réponse riche, variée et pluridisciplinaire au questionnement de l’entre-deux en sciences humaines – majoritairement dans le domaine francophone – l’ouvrage envisage de faire un pas en avant vers « l’à travers », dans la compréhension et l’interaction avec l’autre.
Show Summary Details
Restricted access

Anna Caiozzo: Le tapis, un entre-deux dans les miniatures de l’Orient médiéval. Quelques notes

Extract

| 115 →

ANNA CAIOZZO

Le tapis, un entre-deux dans les miniatures de l’Orient médiéval. Quelques notes

Le tapis est l’élément incontournable des arts mobiliers de l’Atlantique à la Chine1. Il fait partie, dans les mondes musulmans, du mobilier de base, soulignant l’héritage des cultures nomades —bédouine, turque, mongole. Chaque région, chaque tribu ou village possède en outre sa spécificité stylistique et technique, et il est, dans les imaginaires sociaux, associé aux kilims d’Anatolie (Erdmann, 1970) ou aux tapis persans2 de soie et laine qui embellissent encore les intérieurs contemporains.

Lorsque la miniature orientale naît aux XIe–XIIe siècles dans le monde irakien, le tapis, pourtant présent dans l’environnement social et culturel, est cependant le grand absent des éléments mobiliers, pas plus dans les Maqāmāt (Séances) de Harīrī3 que dans les premiers manuscrits du conte animalier Kalīla wa Dimna, où pourtant rideaux, sarīr composés de coussins, vêtements ornés et brodés offrent une panoplie des savoirs de leur époque en matière de textiles. On sera surpris de voir que, dans sa fort instructive typologie des meubles orientaux, Jacques Saban (1976) ne l’ait même pas répertorié. Un seul corpus mettant en scène des situations dans le contexte préislamique, Varqa wa Gulshāh4, expose des tapis dans les tentes du roi de Syrie, montrant une réalité socio-culturelle,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.