Chargement...

Du sens à la signification / De la signification aux sens

Mélanges offerts à Olga Galatanu

de Ana-Maria Cozma (Éditeur de volume) Abdelhadi Bellachhab (Éditeur de volume) Marion Pescheux (Éditeur de volume)
Monographies 423 Pages
Série: GRAMM-R, Volume 24

Résumé

Dans le champ de la linguistique française, Olga Galatanu est de ceux qui ont muni l’analyse du discours et des interactions verbales d’un modèle sémantique de description. La Sémantique des Possibles Argumentatifs qu’elle développe depuis une vingtaine d’années adhère aux visions argumentative, stéréotypique, référentielle, cognitiviste de la langue, et s’attache à rendre compte de la construction des représentations en langue et en discours.
Les articles que ses collaborateurs et amis lui offrent dans ce volume se rapportent de près ou de loin à la SPA. Certains en partagent les postulats : sens référentiel et dénomination, interfaces sémantique-syntaxe et sémantique-pragmatique, construction discursive du sens, valeurs ; d’autres reprennent et développent des éléments spécifiques de la SPA : possibles argumentatifs, déploiements argumentatifs, modalités ; d’autres encore montrent les convergences et complémentarités entre la SPA et des théories voisines.
Les analyses portent notamment sur l’attitude métalinguistique des locuteurs, la malléabilité sémantique des mots, la négociation des sens et des valeurs, les principes et stratégies discursives qui régulent la communication, l’hétérogénéité discursive, la présentation de soi, la construction d’objets discursifs, les actes de langage indirects, etc.

Table des matières

  • Couverture
  • Titre
  • Copyright
  • Sur l’auteur
  • À propos du livre
  • Pour référencer cet eBook
  • Table des matières
  • Avant-propos
  • Présentation
  • Publications d’Olga Galatanu
  • Première Partie Question De Signification Nominale
  • Côté comptable, côté massif : remarques sur les noms superordonnés
  • Deuxième Partie À L’Interface De L’Analyse Du Discours : Ce Que Les Sens Signifient
  • Dans tous les sens : le poids du contexte, le choc des jeux sémantiques
  • La dimension axiologique de la dénomination au service de l’argumentation. Le cas des débats présidentiels
  • Dire les rouages du sens pour le déconstruire et le reconstruire
  • Désignation, signification et argumentation dans des définitions naturelles : « le X n’est pas un Y » ou comment prendre des vessies pour des lanternes
  • Représentations de la crise dans la presse roumaine : métaphores conceptuelles et expressions métaphoriques
  • Troisième Partie Le Sens Des Interactions
  • Étude de la politesse, entre communication et culture
  • Hétérogénéité énonciative et architecture argumentative dans l’éditorial du magazine Science & Vie
  • L’ethos discursif : effacement, convergence, stylisation
  • Autour des marqueurs pragmatiques épistémiques : en fait, en effet, de fait et effectivement
  • Quatrième Partie À L’Interface Syntaxe-Sémantique
  • Et si la syntaxe éclairait le sémantico-pragmatique ? Le cas de la négation
  • Participes adjoints en position polaire et progression discursive
  • Je te remercie. Objets et verbes de communication
  • Cinquième Partie Complémentarités et Convergences D’Approche
  • Dans le pigeon, tout est bon. Étude des « possibles argumentatifs » d’un objet discursif en contexte
  • Sémantique des points de vue et contraintes sur les possibles argumentatifs
  • Plurisémie et argumentation entre signification morphémique et signification lexicale
  • « C’est pas ma faute » : analyse ethnophraséologique
  • Des valeurs modales aux valeurs illocutoires
  • Sixième Partie Propositions Théoriques
  • Peut-on corréler pragmatique intégrée/articulée, analyse du discours et linguistique de corpus en vue de l’analyse du discours des SHS ?
  • Les déploiements discursifs, partie émergée de la conceptualisation
  • Tu seras un homme, mon fils. Un prolongement de la doxa : le paradoxe
  • Valeurs modales et visée argumentative. La dimension argumentative du champ de la modalité
  • Titres de la collection

Avant-propos

En prenant l’initiative de lui dédier cet ouvrage, l’Institut de Recherche et de Formation en Français Langue Étrangère de l’Université de Nantes, (IRFFLE) a d’abord voulu exprimer sa gratitude à sa créatrice, Olga Galatanu, avant que de satisfaire à la tradition universitaire de l’hommage rendu au terme d’une carrière exceptionnelle d’enseignement et de recherche. À travers les miscellanées qu’ils lui offrent dans ce volume, ses pairs expriment, quant à eux, un témoignage de reconnaissance aux apports de ses travaux de linguiste à la sémantique et à l’analyse du discours, et lui adressent en même temps un message d’amitié. Qu’ils en soient ici remerciés au nom de l’IRFFLE.

Dans la qualité et la variété des articles réunis dans ces pages, le lecteur trouvera certainement matière à enrichir ses propres centres d’intérêts. Qu’il sache aussi que ces contributions honorent une personnalité hors du commun, un professeur des universités aussi rigoureux dans la conduite de ses travaux scientifiques que généreux dans la formation et l’accompagnement de ses étudiants, malgré le poids d’une somme impressionnante de responsabilités administratives qui ont significativement fait évoluer l’Université de Nantes.

Pour ses collègues comme pour ses étudiants, l’énergie d’Olga, énergie propre et renouvelable s’il en est, paraît tellement incompatible avec le mot « retraite », noyau, stéréotypes et possibles argumentatifs confondus, qu’ils n’y verront, avec raison, qu’une simple mention administrative. En effet et plus que jamais la vie, « donc » pour Olga la Recherche, continue, en particulier au sein de son laboratoire Construction discursive des représentations linguistiques et culturelles (CoDiRe EA 4643).

Puissent les étudiants de l’IRFFLE, tous ceux dont elle a guidé les premiers pas de sémanticiens en herbe, puiser dans son exemple la force de persévérer, partager son enthousiasme pour la recherche dans le domaine des bien nommées Sciences humaines et sociales.

À Ana-Maria Cozma et à Abdelhadi Bellachhab, merci pour leur travail de coordination des articles de ce volume.

À tous, bonne et fructueuse lecture.

Loïc Fravalo

Directeur de l’IRFFLE 2005-2013 ← 11 | 12 →

← 12 | 13 →

Présentation

Ana-Maria COZMA1, Abdelhadi BELLACHHAB2 et Marion PESCHEUX3

La politesse de l’esprit consiste à
penser des choses honnêtes et délicates
.
(La Rochefoucauld)

Les articles publiés dans ce volume sont réunis autour de l’amitié – intellectuelle et personnelle – que leurs auteurs témoignent à Olga Galatanu, linguiste, devenue Professeur émérite de l’Université de Nantes à la rentrée 2013, et dont nous souhaitons célébrer aujourd’hui, par cette voie, la « politesse d’esprit ». Car, outre les qualités et les mérites que les contributeurs apprécient en la personne de leur collègue et amie Olga Galatanu, ce sont bien l’honnêteté et la subtilité de sa pensée linguistique que nous souhaiterions mettre en avant dans la présentation que nous faisons ici de son parcours et de ses travaux.

La richesse des travaux d’Olga Galatanu ne laisse pas soupçonner la charge de responsabilités qu’elle a assurée au long de sa carrière. Directrice du département de lettres modernes (1997-2000), Vice-Présidente en charge des relations internationales de l’Université de Nantes (2003-2008), experte pour l’évaluation de Masters en Sciences du langage à l’AERES (à partir de 2008), membre de nombreux conseils scientifiques, Présidente de l’association Chercheurs étrangers à Nantes (2003-2008 et 2010-2012), pour ne citer que celles-là, c’est à Olga Galatanu que l’Université de Nantes doit la création de plusieurs diplômes et mentions : la Maîtrise FLE en 1996, la Maîtrise de sciences du langage et 1998, le DEA de sciences du langage en 2000, le Master FLE en 2004, ainsi que la création, cette même année, de l’Institut de Recherche et de Formation en Français Langue Étrangère – IRFFLE, structure innovante associant ← 13 | 14 → apprentissage du FLE par des étudiants étrangers, formation initiale et continue des enseignants de FLE et formation à la recherche dans le domaine.

La carrière d’enseignant-chercheur d’Olga Galatanu commence en 1976 à l’Université de Bucarest. Elle se poursuit, entre 1991 et 1994, au BELC, à l’EHESS, à l’Université Paris XIII et au CNAM, et, à partir de 1994, à l’Université de Nantes, où, en plus des diplômes et filières mentionnés, Olga Galatanu a créé et dirigé l’équipe de recherche GRASP (Groupe de Recherche « Analyse Sémantique et Pragmatique » du CALD-EA2162, Centre d’Analyse Linguistique du Discours), créée en 2000 et devenue l’axe SAD en 2005 (Sémantique et Analyse du Discours, axe du CERCI-EA3824, Centre de Recherche sur les Conflits d’Interprétation), et, à partir de 2011, moment de sa création, jusqu’en 2013, le CoDiRe-EA4643 (Construction Discursive des Représentations linguistiques et culturelles). Membre de la plateforme internationale de recherche en linguistique française GRAMM-R, ayant participé à de nombreux projets de recherche et de formation internationaux, Olga Galatanu est Docteur Honoris Causa de l’Université de Turku, Finlande (2006), chevalier de l’ordre des Palmes Académiques (2007) et de l’ordre national du Mérite (2014).

Si l’étendue des publications d’Olga Galatanu cache l’ampleur de ces responsabilités, ses collaborateurs et amis savent que celles-ci ont parfois été contraires aux travaux de recherche. C’est pourquoi, lorsque le trés attendu ouvrage sur la Sémantique des Possibles Argumentatifs paraîtra, ce sera signe qu’Olga Galatanu se sera enfin offert les loisirs de la retraite…

En attendant la publication de cet ouvrage, nous allons rappeler ici quelques domaines d’intérêt et sujets de prédilection d’Olga Galatanu. On peut, en effet, trouver dans ses recherches plusieurs fils directeurs, dont nous en choisissons ici quatre qui nous semblent les plus représentatifs.

Mentionnons aussi, parmi les études en sémantique lexicale et analyse linguistique du discours, celles portant sur les concepts de F/francophonie et d’Union Européenne ou sur les mots vertu, colère, indignation, travail, innovation, université, autonomie, crime, délit, faute, erreur, basés sur des corpus variés : Magna Charta Universitatum, texte de la LRU, professions de foi de présidents d’université et de candidats aux conseils d’administration, discours d’incarcérés condamnés à réclusion perpétuelle. Pour finir, on peut rappeler quelques-uns des exemples favoris d’Olga Galatanu : ← 15 | 16 →

Elle est douce, timide, indulgente… Moi, j’appelle ça une vraie femme.
Elle est belle, et pourtant intelligente.
Elle est belle, pourtant elle n’est pas superficielle.
Il est beau, mais il est marié. Tant mieux. / Tant pis pour moi.
Toutes les bonnes choses sont soit immorales, soit illégales, soit elles font grossir.
Tout travail mérite punition.
C’est bon d’avoir honte.

S’il fallait retenir un mot pour caractériser la pensée et les travaux d’Olga Galatanu, « articulation » serait probablement le plus adapté.

C’est l’articulation entre théorie et analyse linguistique et formation et didactique que nous avons choisie pour présenter la liste des publications d’Olga Galatanu que nous avons établie ci-après. Non exhaustive mais assez complète, cette liste regroupe dans une première section les ouvrages et articles en sémantique, pragmatique et analyse du discours et, dans une deuxième section, ceux qui s’inscrivent dans le domaine de la formation des adultes, de la didactique des langues et de l’enseignement-apprentissage du FLE.

Quant au recueil que nous lui dédions aujourd’hui, nous avons opté pour une présentation regroupée des contributions, avec les imperfections qu’implique une telle entreprise dans le cas d’un volume collectif de cette nature. Parmi ces contributions, certaines touchent à des questions qu’Olga Galatanu n’a pas abordées dans ses travaux ou s’inscrivent dans des domaines autres que la sémantique ; elles témoignent ainsi de l’amitié que lui portent celles et ceux qui les lui offrent.

La première section s’intitule Question de signification nominale, au singulier, car réservée à l’article de Georges Kleiber, qui traite des différences dans la comptabilité intrinsèque des noms superordonnés en lien avec la nature des noms de base qu’ils subsument, et montre en quoi « Il y a trois pommes sur la table » et « Il y a trois couleurs sur le mur » ne sont pas semblables.

La deuxième section s’inscrit dans le va-et-vient entre signification et sens annoncé par le titre de l’ouvrage. Intitulée À l’interface de l’analyse du discours : ce que les sens signifient, elle fait référence à l’objet d’étude des contributions qu’elle regroupe : la (dé-), (re-), (co-) construction des sens en discours, avec un accent mis sur les situations où les (inter) locuteurs adoptent une attitude métadiscursive. L’article de Laurence Rosier apporte trois illustrations de la grande malléabilité sémantique des mots (ethnonymes, sexotypes et politiquement correct). Catherine Kerbrat-Orecchioni se penche sur la co-construction et la négociation des sens et des valeurs en situation de débat présidentiel. Nathalie Garric aborde les productions métadiscursives des locuteurs et l’idée d’une folk analyse du discours, alors que Marion Pescheux retient de cette activité ← 17 | 18 → métadiscursive les énoncés définitionnels négatifs du type « le X n’est pas un Y ». Enfin, sans aborder la problématique du locuteur, l’article de Anca Cosăceanu aborde les représentations discursives au prisme des expressions métaphoriques.

La troisième section, Le sens des interactions, est centrée sur les phénomènes de communication au sens large, qu’ils soient envisagés sous l’angle des principes et stratégies discursives qui les régulent, comme dans le cas de la contribution de Patrick Charaudeau, sous l’angle de l’hétérogénéité discursive, comme dans l’article d’Alexandra Cuniţă, sous l’angle de l’ethos, du style et de la présentation de soi, comme dans l’article de Dominique Maingueneau, ou encore, sous l’angle des marqueurs pragmatiques d’attitude épistémique, comme dans le cas de l’article d’Eija Suomela-Salmi.

La quatrième section regroupe trois présentations À l’interface syntaxe-sémantique, avec l’étude de Dan Van Raemdonck sur la négation, qu’il traite selon son modèle de syntaxe génétique d’inspiration guillaumienne, ensuite autour des participes adjoints en position polaire et leur rôle dans la progression discursive, dans l’article coécrit par Eva Havu et Michel Pierrard, et enfin, avec la contribution de Laura Pino Serrano portant sur la structure syntaxique et sémantique du verbe de communication « remercier ».

La cinquième section, Complémentarités et convergences d’approche, a la particularité de réunir des travaux qui mettent à profit ou se situent par rapport à la théorie sémantique d’Olga Galatanu. Julien Longhi articule les outils de la SPA et sa Théorie des objets discursifs et les mobilise dans l’analyse qu’il propose du mouvement anonyme des « pigeons », Pierre-Yves Raccah souligne les liens entre SPA et sa théorie, la Sémantique des points de vue, et consacre son article à la notion de contrainte servant à la description de la signification. François Nemo s’intéresse au rapport entre valeur argumentative et signification, qu’il envisage en tant que ‘profilage’ argumentatif, et dont il se sert pour définir le terme nouveau de plurisémie. L’analyse ethnophraséologique proposée par Bert Peeters s’accompagne d’une comparaison entre le métalangage de la SPA et la métalangue sémantique naturelle de Wierzbicka et Goddar (MSN), qu’il utilise lui-même. Sophie Anquetil adopte la SPA comme cadre théorique de son étude des actes de langage indirects et des visées perlocutoires correspondantes.

La dernière section, Propositions théoriques, s’ouvre par l’article de Henri Portine, qui s’interroge sur la possibilité d’un dialogue, médiatisé par la sémantique, entre les domaines de l’analyse du discours et de la linguistique de corpus, du fait de leurs démarches différentes (sociale vs technologique). La proposition d’Abdelhadi Bellachhab articule ← 18 | 19 → ontologie sociale, grammaire cognitive et SPA afin de mieux décrire le processus de construction du sens, dans un double mouvement, de génération de possibles argumentatifs dans le discours et de régénération de la signification lexicale par le discours. Marion Carel revient sur l’analyse réalisée avec Ducrot des enchaînements doxaux et paradoxaux, elle examine leur relation de gradualité sémantique et propose de les regrouper au sein d’un seul bloc de signification, remaniant donc, ainsi, le concept de bloc sémantique. Pour conclure, Ana-Maria Cozma s’intéresse au fondement du rapport entre modalité et argumentation et avance l’idée d’une structuration argumentative du champ de la modalité. ← 19 | 20 →

← 20 | 21 →

                                                   

1.    Université de Turku, Finlande & CoDiRe EA 4643, Université de Nantes.

2.    IRFFLE, Université de Nantes, CoDiRe EA 4643.

3.    Université Charles de Gaulle – Lille 3, UMR STL 8163 & CoDiRe EA 4643, Université de Nantes.

Publications d’Olga Galatanu

1.  Sémantique, pragmatique et analyse du discours

1.1.  Ouvrages et numéros de revues

Galatanu, O. (1988) Interprétants sémantiques et interaction verbale, Bucureşti, TUB.

– (1999) [Galatanu, O. & Gouvard, J.-M. (dir.)] Sémantique du stéréotype, Langue française, no 123.

– (2000) [Picavez, H., Chateau, L., Frugoni, P., Galatanu, O. et al. (dir.)] Études de sémantique argumentative intégrée, Cahiers du GRASP, no 1, Nantes, GRASP.

– (2002) [Galatanu, O. & Le Roy, F. (dir.)] Les valeurs. Séminaire “Le lien social”, Nantes, 11 et 12 juin 2001, Nantes, MSH Ange Guépin.

– (2012) [Galatanu, O., Cozma, A.-M. & Bellachhab, A. (dir.)] La force des mots : valeurs et violence dans les interactions verbales, Signes, Discours & Sociétés, no 8 [en ligne].

– (2012) [Galatanu, O., Bellachhab, A. & Cozma, A.-M. (dir.)] La force des mots : les mécanismes sémantiques de production et l’interprétation des actes de parole “menaçants”, Signes, Discours & Sociétés, no 9 [en ligne].

– (2013) [Galatanu, O., Cozma, A.-M. & Virginie, M. (dir.)] Sens et signification dans les espaces francophones : la construction discursive du concept de francophonie, Bruxelles, P.I.E. Peter Lang.

– (2014) [Galatanu, O., Bellachhab, A. & Cozma, A.-M. (dir.)] Actes rassurants, actes menaçants : sémantique et pragmatique de l’interaction verbale, Scolia no 28.

Résumé des informations

Pages
423
ISBN (PDF)
9783035264937
ISBN (ePUB)
9783035299489
ISBN (MOBI)
9783035299472
ISBN (Broché)
9782875742131
Langue
Français
Date de parution
2015 (Février)
Published
Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2014. 423 p., 17 graph., 9 tabl.

Notes biographiques

Ana-Maria Cozma (Éditeur de volume) Abdelhadi Bellachhab (Éditeur de volume) Marion Pescheux (Éditeur de volume)

Ana-Maria Cozma, docteur en sciences du langage de l'Université de Nantes, est maître de conférences au département de français de l'Université de Turku et membre du laboratoire Construction Discursive des Représentations linguistiques et culturelles (CoDiRe EA4643) de l'Université de Nantes . Ses travaux portent principalement sur la notion de modalité, abordée dans la perspective sémantique et argumentative spécifique au CoDiRe. Abdelhadi Bellachhab, docteur en sciences du langage de l'Université de Nantes, est maître de conférences HDR à l'Université de Nantes ; membre du laboratoire CoDiRe (EA4643) ; ses recherches portent sur la construction du sens, l'acquisition des compétences sémantique et pragmatique, la pragmatique contrastive et interculturelle et la sémantique conceptuelle. Marion Pescheux, docteur en sciences du langage de l'Université de Nantes, Professeur des universités à l'Université Charles de Gaulle-Lille3, membre du laboratoire STL, UMR 8163, de l'Université de Lille 3 ; ses recherches portent sur l'analyse linguistique du discours, au moyen des théories de l'argumentation dans la langue, et plus spécifiquement sur les énoncés définitionnels dans les discours didactiques.

Précédent

Titre: Du sens à la signification / De la signification aux sens