Chargement...

Le théâtre à (re)découvrir I

Intermédia / Intercultures

de Witold Wolowski (Éditeur de volume)
Collections 274 Pages

Résumé

Dans une optique à la fois intermédiatique et interculturelle, «Le Théâtre à (re)découvrir» réunit une trentaine d’études consacrées aux dramaturgies peu connues. Les textes rassemblés dans les deux volumes du «Théâtre à (re)découvrir», écrits dans le cadre d’un vaste projet de recherche portant sur les dramaturgies et les théories théâtrales peu connues, présentent tout un éventail d’œuvres et d’auteurs français, italiens, belges, allemands, polonais, norvégiens, québécois et latino-américains qui méritent d’être (re)visités. Pièces, dramaturges, penseurs et phénomènes artistiques sont traités ici dans une double optique : celle des interférences entre les médias (théâtre, cinéma, danse, image, mime, philosophie...) et celle d’une exploration culturelle, souvent interculturelle, orientée vers les pistes et les terrains peu fréquentés par le grand public.

Table des matières

  • Couverture
  • Titre
  • Copyright
  • À propos du directeur de la publication
  • À propos du livre
  • Pour référencer cet eBook
  • Table des matières
  • Avant-propos
  • Intermédia
  • Lucien Attoun, prospecteur du théâtre contemporain (Pierre-Marie Héron)
  • Théâtre pour la jeunesse contemporain et innovations dramaturgiques (André Petitjean)
  • De l’écran noir au rideau rouge : pour une histoire du théâtre cinéphile (Séverine Reyrolle)
  • Remémoré, célébré. Mémoire et rituel comme partition d’un événement scénique : le cas de Raimund Hoghe (Jadwiga Majewska)
  • Intercultures
  • A travers l’Europe
  • Johann Gottfried Herder et la philosophie de l’histoire par le théâtre (Catherine Girardin)
  • Vers une esthétique transculturelle et universelle? Le Voyage de derrière la montagne (1962) de Gabriel Cousin (Marina-Rafaela Buch)
  • Contraste, étrangeté, expérience – genèse et réception de la pièce Fugleelskerne (Les Amateurs d’Oiseaux) de Jens Bjørneboe à la lumière de la collaboration de l’auteur avec Eugenio Barba (Karolina Drozdowska)
  • Un théâtre d’idées (?)
  • Dans le sillage de Gabriel Marcel : théorie et pratique du théâtre (Halina Sawecka)
  • Le théâtre d’idées : ses caractéristiques et ses innovations. Les Nuits de la colère d’Armand Salacrou (Jean-Paul Dufiet)
  • Le dénigrement du pouvoir, ou le théâtre de contestation sociale en France au tournant du XXe siècle (Tomasz Kaczmarek)
  • Autour du boulevard
  • Se souvenir de Guitry, oublier son théâtre : une paradoxale postérité (Florence Fix)
  • De la diplomatie au théâtre : La Prisonnière d’Édouard Bourdet (Elisabeth Le Corre)
  • Jean Anouilh, « un vieux boulevardier » ou un virtuose ? (Sylwia Kucharuk)
  • Entre la France et la Pologne
  • Le théâtre français contemporain en Pologne (1945–1954) (Krystyna Modrzejewska)
  • Wielkanoc [Pâques] de Stefan Otwinowski : le premier drame écrit immédiatement après la guerre sur les insurrections de 1943 et de 1944 (Anna Kuligowska-Korzeniewska)
  • La réception et l’avenir du drame polonais en France ? Le cas de Witkiewicz (Mariola Odzimkowska)
  • Titres de la collection

Witold Wołowski (ed.)

Le théâtre à (re)découvrir I

Intermédia / Intercultures

À propos du directeur de la publication

Witold Wołowski est professeur à la KUL (Pologne). Domaines de recherche : théorie du texte dramatique et du spectacle théâtral, théâtre francophone, italophone, poésie polonaise.

À propos du livre

Dans une optique à la fois intermédiatique et interculturelle, Le Théâtre à (re)découvrir réunit une trentaine d’études consacrées aux dramaturgies peu connues. Les textes rassemblés dans les deux volumes du Théâtre à (re)découvir, écrits dans le cadre d’un vaste projet de recherche portant sur les dramaturgies et les théories théâtrales peu connues, présentent tout un éventail d’oeuvres et d’auteurs français, italiens, belges, allemands, polonais, norvégiens, québécois et latino-américains qui méritent d’être (re)visités. Pièces, dramaturges, penseurs et phénomènes artistiques sont traités ici dans une double optique : celle des interférences entre les médias (théâtre, cinéma, danse, image, mime, philosophie...) et celle d’une exploration culturelle, souvent interculturelle, orientée vers les pistes et les terrains peu fréquentés par le grand public.

Pour référencer cet eBook

Afin de permettre le référencement du contenu de cet eBook, le début et la fin des pages correspondant à la version imprimée sont clairement marqués dans le fichier. Ces indications de changement de page sont placées à l’endroit exact où il y a un saut de page dans le livre ; un mot peut donc éventuellement être coupé.

Table des matières

Avant-propos

Intermédia

Pierre-Marie Héron

Lucien Attoun, prospecteur du théâtre contemporain

André Petitjean

Théâtre pour la jeunesse contemporain et innovations dramaturgiques

Séverine Reyrolle

De l’écran noir au rideau rouge : pour une histoire du théâtre cinéphile

Jadwiga Majewska

Remémoré, célébré. Mémoire et rituel comme partition d’un événement scénique : le cas de Raimund Hoghe

Intercultures

A travers l’Europe

Catherine Girardin

Johann Gottfried Herder et la philosophie de l’histoire par le théâtre

Marina-Rafaela Buch

Vers une esthétique transculturelle et universelle? Le Voyage de derrière la montagne (1962) de Gabriel Cousin

Karolina Drozdowska

Contraste, étrangeté, expérience – genèse et réception de la pièce Fugleelskerne (Les Amateurs d’Oiseaux) de Jens Bjørneboe à la lumière de la collaboration de l’auteur avec Eugenio Barba ←5 | 6→

Un théâtre d’idées (?)

Halina Sawecka

Dans le sillage de Gabriel Marcel : théorie et pratique du théâtre

Jean-Paul Dufiet

Le théâtre d’idées : ses caractéristiques et ses innovations. Les Nuits de la colère d’Armand Salacrou

Tomasz Kaczmarek

Le dénigrement du pouvoir, ou le théâtre de contestation sociale en France au tournant du XXe siècle

Autour du boulevard

Florence Fix

Se souvenir de Guitry, oublier son théâtre : une paradoxale postérité

Elisabeth Le Corre

De la diplomatie au théâtre : La Prisonnière d’Édouard Bourdet

Sylwia Kucharuk

Jean Anouilh, « un vieux boulevardier » ou un virtuose ?

Entre la France et la Pologne

Krystyna Modrzejewska

Le théâtre français contemporain en Pologne (1945–1954)

Anna Kuligowska-Korzeniewska

Wielkanoc [Pâques] de Stefan Otwinowski : le premier drame écrit immédiatement après la guerre sur les insurrections de 1943 et de 1944

Mariola Odzimkowska

La réception et l’avenir du drame polonais en France ? Le cas de Witkiewicz ←6 | 7→

Avant-propos

Les scènes du signe n’est pas un titre anodin dans l’esprit de celui qui écrit ces mots. Il comporte ce que l’on pourrait appeler des thèses, mais, au fond, il s’agit plutôt des réaffirmations de quelques évidences que certains cherchent à relativiser1. La première réaffirmation est cruciale : il y a des signes, et ceci dans toutes les acceptions du terme : signe linguistique, stimulus sensoriel, amalgame de stimuli, signaux divers et variés, codes, indices, icônes, signes des temps… Tous ces éléments, dont on met parfois en cause le bien-fondé, surtout à l’intérieur de la mouvance performative, très en vogue dans le domaine des études théâtrales, sont porteurs de sens, souvent de sens objectif, notion qui me semble elle aussi exiger d’être ardemment défendue à l’époque des subjectivismes exacerbés, tyranniques et déboussolés dans laquelle nous vivons.

Les signes, tels que je viens de les définir (de manière très intuitionnelle, certes) peuvent se manifester dans différents milieux, environnements, contextes. Ce sont les scènes des signes, des espaces-temps qui abritent les phénomènes de la signification, qu’elle soit entendue comme quelque chose de figé, simple et clair ou, au contraire, comme un processus plus ou moins dynamique, complexe, confus, délicat à saisir. Voilà pour les explications d’ordre sémantique concernant la première partie de l’intitulé du projet.

La deuxième partie, le syntagme théâtre à (re)découvrir, constitue lui aussi un certain programme. Il pourrait se définir de la manière suivante : la recherche en sciences humaines, victime, comme nous tous, d’une augmentation frénétique de la cadence de développement, oublie mainte chose, omet parfois le principal, marginalise de façon tendancieuse certains éléments, en renvoie d’autres au rencart sans raison valable, broie, anihile.

Les articles réunis dans ces deux volumes sont là pour prouver que la liste des oublis est longue et qu’il y a des choses passivement et activement oubliées, ou, tout simplement, peu connues.←7 | 8→

Or, la vraie existence et la vraie histoire de certaines personnes ou artefacts est ce qu’il y a de plus objectif au monde et, partant, de plus digne d’examen méthodique (je me demande d’ailleurs, ces derniers temps, face à certaines interrogations post-intellectuelles, si la notion de méthode n’est pas elle aussi condamnée au ban par les tenants du subjectivisme radical d’aujourd’hui).

Ce qui est particulièrement regrettable, à l’intérieur du champ qui nous intéresse ici, c’est que certaines dramaturgies, très innovantes et importantes à un moment donné de l’histoire du théâtre (idéologiquement et formellement), soient aujourd’hui délaissées et ignorées, même par ceux dont l’activité s’inscrit dans le domaine des arts du spectacle.

On l’a dit tant de fois et on le répétera encore bien souvent : il est impossible de parler du théâtre contemporain sans connaître le théâtre non-contemporain. Il est impossible de parler du théâtre polonais (roumain, russe ou norvégien) sans connaître le théâtre français (japonais, chinois, balinais, africain…). Et ce n’est pas parce que le réseau des liens insoupçonnables entre les œuvres ou les artistes est toujours plus vaste et plus complexe qu’on ne l’imagine ; c’est surtout parce que l’histoire (concrète) des pièces (produites dans un pays déterminé) est aussi une histoire (abstraite) des formes (conçues dans le monde entier).

Dans le domaine de la science, même s’il s’agit ici d’une discipline soft, il faut ainsi faire tout ce que l’on peut pour remedier à tout déséquilibre générateur de blancs et de zones ombragées, remettre en circulation ce qui a été, à un moment donné, une contribution significative à l’évolution des produits dans un domaine déterminé de l’activité humaine.

Notes biographiques

Witold Wolowski (Éditeur de volume)

Witold Wołowski est professeur à la KUL (Pologne). Domaines de recherche : théorie du texte dramatique et du spectacle théâtral, théâtre francophone, italophone, poésie polonaise.

Précédent

Titre: Le théâtre à (re)découvrir I