Chargement...

Texte et discours en confrontation dans l’espace européen

de Driss Ablali (Éditeur de volume) Guy Achard-Bayle (Éditeur de volume) Sandrine Reboul-Touré (Éditeur de volume) Malika Temmar (Éditeur de volume)
Collections 526 Pages

Table des matières

  • Couverture
  • Titre
  • Copyright
  • À propos des directeurs de la publication
  • À propos du livre
  • Pour référencer cet eBook
  • Sommaire
  • (Re-)Penser le texte et le discours dans le paysage actuel des sciences du langage (Driss Ablali / Guy Achard-Bayle / Sandrine Reboul-Touré / Malika Temmar)
  • 1. Pour une épistémologie des textes et des discours
  • De la généricité comme fait textuel. Interactionnisme socio-discursif vs Analyse (textuelle) des discours (Jean-Paul Bronckart)
  • L’actualisation des textes et des discours : du sujet, des œuvres et de l’expérience (Alain Rabatel)
  • 2. Méta-textualité et discursivité
  • Le texte de la glose, de l’énonciation au discours (Dominique Ducard)
  • Texte/Discours du point de vue des dynamiques de production (Georgeta Cislaru)
  • Attention à la marche. De l’instruction sémantique au texte polyphonique (Coco Norén)
  • La notion de texte entre linguistique et sémiotique pendant les années 1970–1990 (Rossana de Angelis)
  • 3. Texte et discours entre sémiotique et herméneutique
  • Texte-discours, sur fond d’action, dans les Essais d’herméneutique II de Ricœur (Guy Achard-Bayle)
  • Ipséité et mise en discours. Le cas d’Edmond A. El Maleh (Anouar Ben Msila)
  • Jean Peytard explorateur de texte (Djamel Kadik)
  • Le texte, le discours et la pratique. Sémiotique, linguistique textuelle et analyse du discours (Marion Colas-Blaise)
  • 4. Approches pour l’analyse du texte littéraire
  • Le poème dans les approches sémantiques et discursives : textualité, évocation, scène d’énonciation et éthos (Michèle Monte)
  • Linguistique du texte et genre littéraire (Sándor Kiss)
  • Une stylistique sociologique : itinéraire d’une approche socio-discursive du texte littéraire (Laurence Rosier)
  • 5. Parcours interprétatifs
  • Les organisateurs textuels dans les traductions françaises médiévales : le marqueur d’autre part (Ondřej Pešek)
  • La concession argumentative dans une perspective double (Maria Svensson)
  • Le Modèle textuel Bâlois : la structure informationnelle comme interface entre grammaire (de la phrase) et texte (Angela Ferrari / Filippo Pecorari / Roska Stojmenova Weber)
  • 6. Corpus et analyse de données
  • Les discours politiques nationaux sous l’influence supra- et transnationale. Esquisse d’une heuristique quantitative (Ronny Scholz)
  • Intertextualité et interdiscursivité : deux concepts complémentaires pour l’analyse de plusieurs reformulations contemporaines de La Liberté guidant le peuple de Delacroix (Justine Simon)
  • L’implicite dans la circulation des discours : l’idéologie et ses marques. La représentation des Roms dans la presse française (Béatrice Turpin)
  • Le discours des intellectuels roumains dans les médias après le communisme : la CDA, une possible approche (Camelia Cusnir)
  • 7. Textes et discours : mises en regard
  • Penser le non-dit en Critical Discourse Analysis, Analyse du Discours Française et Analyse du Discours Contrastive (Patricia von Münchow)
  • Les théories du texte contemporaines à l’aune des anagrammes (Pierre-Yves Testenoire)
  • Nouveaux discours, nouveaux textes – quel(s) modèle(s) d’analyse ? (Filomena Capucho)
  • Pour une typologie communicationnelle (Franciska Skutta)
  • 8. Rétro-/Prospection
  • Quelques réflexions sur l’évolution de l’analyse du discours (Dominique Maingueneau)
  • Texte et discours : quand dire c’est (se) signifier (Eni Puccinelli Orlandi)

Driss Ablali, Guy Achard-Bayle,
Sandrine Reboul-Touré, Malika Temmar (éds)

Texte et discours en confrontation
dans l’espace européen

img

PETER LANG

Bern • Berlin • Bruxelles • New York • Oxford • Warszawa • Wien

À propos des directeurs de la publication

Driss Ablali, professeur des universités à l’université de Lorraine, enseigne et travaille dans le cadre de la sémiotique des textes et des discours.

Guy Achard-Bayle est professeur à l’université de Lorraine, enseignant-chercheur en linguistique textuelle.

Sandrine Reboul-Touré est maître de conférences à l’université Sorbonne Nouvelle ; ses recherches en analyse du discours et en sémantique portent essentiellement sur la vulgarisation scientifique.

Malika Temmar est maître de conférences à l’université d’Amiens ; ses travaux en analyse du discours ont pour objet les discours philosophiques et médiatiques.

À propos du livre

Cet ouvrage cherche à confronter divers modèles européens discursifs et/ou textuels : plus précisément, le lien d’inclusion, ou inversement, la manière dont ces deux modèles se sont exclus au sein de la dynamique qu’ont connu les recherches discursives et textuelles dans l’espace européen ces dix-vingt dernières années.

Tandis que la plupart des rencontres scientifiques de cette période ont joué sur les contrastes, une histoire contemporaine ou encore une « géographie » des idées linguistiques du présent montrent que la diversité et la profusion de ces modèles permettent de tracer un fil continu, même si les extrêmes en sont contrastés.

Les collaborations entre les disciplines les plus diverses autour du couple texte/discours apparaissent désormais légitimes, ce qui permet d’esquisser des directions de travail en vue de renouvellements tant heuristiques que problématiques.

Pour référencer cet eBook

Afin de permettre le référencement du contenu de cet eBook, le début et la fin des pages correspondant à la version imprimée sont clairement marqués dans le fichier. Ces indications de changement de page sont placées à l’endroit exact où il y a un saut de page dans le livre ; un mot peut donc éventuellement être coupé.

Sommaire

Driss Ablali, Guy Achard-Bayle, Sandrine Reboul-Touré, Malika Temmar

(Re-)Penser le texte et le discours dans le paysage actuel des sciences du langage

1. Pour une épistémologie des textes et des discours

Jean-Paul Bronckart

De la généricité comme fait textuel. Interactionnisme socio-discursif vs Analyse (textuelle) des discours

Alain Rabatel

L’actualisation des textes et des discours : du sujet, des œuvres et de l’expérience

2. Méta-textualité et discursivité

Dominique Ducard

Le texte de la glose, de l’énonciation au discours

Georgeta Cislaru

Texte/Discours du point de vue des dynamiques de production

Coco Norén

Attention à la marche. De l’instruction sémantique au texte polyphonique

Rossana de Angelis

La notion de texte entre linguistique et sémiotique pendant les années 1970–1990 ←5 | 6→

3. Texte et discours entre sémiotique et herméneutique

Guy Achard-Bayle

Texte-discours, sur fond d’action, dans les Essais d’herméneutique II de Ricœur

Anouar Ben Msila

Ipséité et mise en discours. Le cas d’Edmond A. El Maleh

Djamel Kadik

Jean Peytard explorateur de texte

Marion Colas-Blaise

Le texte, le discours et la pratique. Sémiotique, linguistique textuelle et analyse du discours

4. Approches pour l’analyse du texte littéraire

Michèle Monte

Le poème dans les approches sémantiques et discursives : textualité, évocation, scène d’énonciation et éthos

Sándor Kiss

Linguistique du texte et genre littéraire

Laurence Rosier

Une stylistique sociologique : itinéraire d’une approche socio-discursive du texte littéraire

5. Parcours interprétatifs

Ondřej Pešek

Les organisateurs textuels dans les traductions françaises médiévales : le marqueur d’autre part

Maria Svensson

La concession argumentative dans une perspective double ←6 | 7→

Angela Ferrari, Filippo Pecorari, Roska Stojmenova Weber

Le Modèle textuel Bâlois : la structure informationnelle comme interface entre grammaire (de la phrase) et texte

6. Corpus et analyse de données

Ronny Scholz

Les discours politiques nationaux sous l’influence supra- et transnationale. Esquisse d’une heuristique quantitative

Justine Simon

Intertextualité et interdiscursivité : deux concepts complémentaires pour l’analyse de plusieurs reformulations contemporaines de La Liberté guidant le peuple de Delacroix

Béatrice Turpin

L’implicite dans la circulation des discours : l’idéologie et ses marques. La représentation des Roms dans la presse française

Camelia Cusnir

Le discours des intellectuels roumains dans les médias après le communisme : la CDA, une possible approche

7. Textes et discours : mises en regard

Patricia von Münchow

Penser le non-dit en Critical Discourse Analysis, Analyse du Discours Française et Analyse du Discours Contrastive

Pierre-Yves Testenoire

Les théories du texte contemporaines à l’aune des anagrammes

Filomena Capucho

Nouveaux discours, nouveaux textes – quel(s) modèle(s) d’analyse ? ←7 | 8→

Franciska Skutta

Pour une typologie communicationnelle

8. Rétro-/Prospection

Dominique Maingueneau

Quelques réflexions sur l’évolution de l’analyse du discours

Eni Puccinelli Orlandi

Texte et discours : quand dire c’est (se) signifier ←8 | 9→

Driss Ablali, Guy Achard-Bayle, Sandrine Reboul-Touré, Malika Temmar

(Re-)Penser le texte et le discours dans le paysage actuel des sciences du langage

Le réseau DITECO (DIscours TExtes COrpus)1 a organisé du 15 au 18 septembre 2015 un colloque international, qui a pris place dans le cadre du quarantième anniversaire de la création de la revue Pratiques et de la collection Recherches linguistiques2. Ce colloque Texte-Discours s’est déroulé à Metz, le choix de ce site se justifiant par le fait que les sciences du langage, depuis leur création dans cette université3, se sont orientées vers les théories textuelles et discursives (et leurs applications didactiques)4.

Le colloque : « Texte et discours en confrontation dans l’espace européen. Pour un renouvellement épistémologique et heuristique » – dont est présentée ici une sélection d’études issues et reprises des conférences ou communications – avait pour ambition de confronter divers modèles européens discursifs et/ou textuels : le propos et l’objectif principaux←9 | 10→ étant d’interroger ce lien d’inclusion, ou, inversement, la manière dont ces deux modèles ou perspectives s’excluent, compte tenu, d’une part, des recherches des dix dernières années, d’autre part, de la dynamique que connaissent ces recherches discursives et textuelles dans l’espace européen. S’il nous a semblé utile de poursuivre dans l’esprit d’autres manifestations organisées récemment sur le thème, nous avons aussi cherché à renouveler la méthodologie du rassemblement, c’est-à-dire la méthodologie de la confrontation des modèles développés et pratiqués, et des champs investis.

De même, s’il nous a semblé utile de mettre des modèles différents en présence, et face à face, il nous a semblé tout aussi utile d’envisager au-delà d’une confrontation, ce que nous pourrions appeler une exposition des continuités : la plupart des rassemblements ou des sommaires des vingt dernières années jouent en effet sur les contrastes qui rendent plus lisibles les modèles mis en présence ; or, une histoire contemporaine des idées linguistiques, ou encore leur « géographie » au présent, montre que la diversité ou la profusion des modèles discursifs et/ou textuels permet certes de tracer un fil continu dont les extrêmes seront très contrastés, mais aussi de constituer ou restituer une chaîne dont les maillons nombreux mettront en évidence de multiples parentés.

Si l’on prend néanmoins pour base, voire comme a priori épistémologique, la distinction texte/discours, qui a l’avantage d’offrir un appui solide, on peut grosso modo catégoriser deux tendances : soit les modèles ignorent par principe (sociologisant ou historisant) la problématique textuelle, soit les modèles sont ou doivent être textuels et/ou discursifs à partir du moment où ils se situent en priorité, sinon par définition, dans le champ des sciences du langage, où la systématicité, qu’elle relève de la narrativité, de la généricité ou de la connexité, a sa place en ce qu’elle définit des régularités sinon des normes ; inversement certains modèles discursifs ou textuels ignorent la dimension « adverse ».

Dans l’espace francophone, qui nous intéresse ici particulièrement, les modèles textuels et discursifs sont hétérogènes et instables. Le couple texte/discours est soumis à des épistémologies et à des heuristiques adossées à des perspectives extrêmement diversifiées : historique, politique, communicationnelle, argumentative, ou encore lexicométrique.←10 | 11→

Dans leur majorité, ces modèles, à la croisée des textes et des discours, se sont développés depuis les années soixante : citons, pour les travaux en français, la sémiotique de l’École de Paris, l’analyse du discours5 avec ses différents courants, la linguistique énonciative, la linguistique du texte… D’autres travaux, pour prendre encore des exemples de recherches exposées en français, se sont développés à partir de la fin des années soixante-dix en linguistique textuelle, « grammaire de texte », analyse des interactions orales, sémantique interprétative, sémiotique du discours, interactionnisme socio-discursif, pragmatique textuelle, modularité, praxématique, théorie du discours social.

Paradoxalement, d’une part au-delà de cet éclatement des pratiques et des méthodologies, un certain nombre de principes partagés sous-tend les fondements du couple texte/discours ; d’autre part, ces théories, malgré le commun dénominateur qu’est leur objet, dialoguent très rarement, parce qu’elles ne relèvent pas des mêmes disciplines ou domaines, alors même que les rapprochent plusieurs principes qui sont à l’œuvre à différents niveaux de la textualité, de la généricité, comme de la discursivité.

C’est donc ce dialogue que nous avons voulu instaurer entre les modèles francophones, mais pas seulement, en cherchant aussi à établir des passerelles avec les autres modèles européens encore peu connus en France, comme ceux développés aux Pays-Bas et en Angleterre dans le cadre de la Critical Discourse Analysis (Fairclough, Wodak, van Dijk), ou ceux de Halliday & Hasan (Cohesion in English), considérés comme pionniers pour l’analyse des marques de cohésion, ou encore ceux développés par van Dijk & Kintsch (pour la compréhension du texte, notamment narratif, suivant un « modèle propositionnel »). En Italie, le texte a toujours occupé, dans une perspective interprétative, le devant de la scène sémiotique (Eco), comme c’est le cas aussi en Allemagne avec les travaux de Busse, Ehlich, Jäger, Link, Bublitz, Diaz-Bone, Keller, dont certains sont influencés par le poststructuralisme américain, mais dans le sillage herméneutique de Heidegger, Gadamer, Habermas et dernièrement Foucault. Des ponts sont aussi à jeter avec la théorie belge des hégémonies de Laclau et Mouffe, avec l’école viennoise de de Beaugrande & Dressler, ou encore la textologie hongroise dans la lignée de Petőfi.←11 | 12→

Les collaborations autour du couple texte/discours, entre disciplines les plus diverses, apparaissent désormais comme légitimes et urgentes, ce qui permet d’esquisser des directions de travail en vue d’un renouvellement des heuristiques et des problématiques discursives et textuelles. Ainsi, notre objectif est de chercher à dépasser les barrières linguistiques et culturelles qui se sont dressées comme un obstacle à la circulation de la pensée scientifique entre différents modèles. Il s’agit pour nous d’inviter et d’inciter à aller au-delà de cet éparpillement, entre les nombreuses et différentes écoles, théories et pratiques qui se retrouvent dans la plupart des pays européens ; par-là, on pourrait imaginer des modèles sans frontières.

En attendant, on espère que ce dialogue participera à l’émergence, de la part des linguistes comme des sémioticiens inscrits dans différentes traditions, écoles, ou différents paradigmes, de nouvelles catégories et de nouveaux moyens de décrire les textes et les discours. Au-delà de l’enjeu que représente l’exposé des théories et des domaines et l’explicitation de leurs principales références et notions clefs, l’objet de cette publication est de faire ressortir des lignes de questionnement nouvelles. Nous ne prétendons pas offrir ici un état de la question ou un historique des recherches qui se sont accumulées dans ces différents domaines : il s’agit plutôt d’étudier des observables nouveaux, de proposer des outils méthodologiques rénovés et de faire ressortir des catégories descriptives innovantes.

Afin de mettre en regard le couple texte/discours, nous avons choisi d’évoquer brièvement ici deux modèles théoriques « incontournables », représentatifs des épistémologies et des heuristiques contemporaines textuelles/discursives, et très présents en France ces dernières années : celui d’Adam et celui de Rastier.

Pour aborder le couple texte/discours chez Adam, nous avons voulu nous appuyer sur quelques pages de la quatrième réédition (janvier 2017) de son ouvrage : Les Textes : types & prototype. Outre un long avant-propos qui justifie la réédition de l’ouvrage, et situe l’évolution qui a conduit l’auteur des textes aux discours, ou à l’analyse textuelle des discours, une section de l’introduction est précisément consacrée à (s’) interroger (sur) l’intérêt, la nécessité de distinguer les deux notions au travers des notions qui leur sont de longue date associées : celles de ←12 | 13→genres et types ; d’ailleurs, le titre de cette section est, exactement : « Type de textes, genres de textes ou genres de discours ? »

Ainsi, pour Adam :

il existe cinq (proto-) types de séquences : narrative, descriptive, argumentative, explicative, dialogale.

Les genres de discours sont des catégories fondées sur les pratiques ; de la sorte, il y a, suivant les formations discursives elles-mêmes diverses, des genres journalistique, religieux, littéraire, philosophique

Résumé

Ce volume propose de mettre en regard divers modèles européens discursifs et/ou textuels. La plupart des rencontres scientifiques de ces vingt dernières années jouent sur les contrastes, or une histoire contemporaine ou encore une « géographie » des idées linguistiques du présent montre que la diversité et la profusion de ces modèles permettent aussi de tracer un fil continu dont les extrêmes sont certes très contrastés.
Par ailleurs, les collaborations autour du couple texte/discours, entre disciplines les plus diverses, apparaissent désormais comme légitimes, ce qui permet d’esquisser des directions de travail en vue d’un renouvellement des heuristiques et des problématiques. Dans cet ouvrage, il s’agit plutôt d’étudier des observables nouveaux, de proposer des outils méthodologiques rénovés et de faire ressortir des catégories descriptives innovantes.

Notes biographiques

Driss Ablali (Éditeur de volume) Guy Achard-Bayle (Éditeur de volume) Sandrine Reboul-Touré (Éditeur de volume) Malika Temmar (Éditeur de volume)

Driss Ablali, professeur des universités à l’université de Lorraine, enseigne et travaille dans le cadre de la sémiotique des textes et des discours. Guy Achard-Bayle est professeur à l’université de Lorraine, enseignant-chercheur en linguistique textuelle. Sandrine Reboul-Touré est maître de conférences à l’université Sorbonne Nouvelle ses recherches en analyse du discours et en sémantique portent essentiellement sur la vulgarisation scientifique. Malika Temmar est maître de conférences à l’université d’Amiens, ses travaux en analyse du discours ont pour objet les discours philosophiques et médiatiques.

Précédent

Titre: Texte et discours en confrontation dans l’espace européen