Chargement...

Les Europes du patronat français depuis 1948

de Yohann Morival (Auteur)
Monographies 268 Pages
Série: La Fabrique du politique, Volume 2

Résumé

Que ce soit avec « Notre entreprise l’Europe » en 1988 ou avec « Merci l’Europe ! » en 2019, les dirigeants du MEDEF, la confédération patronale française, mettent régulièrement en scène leur soutien à l’intégration européenne. À grand renfort de colloques et de campagnes de communication, ils s’efforcent de mobiliser les chefs d’entreprise autour de la promotion de l’intégration européenne. Pourtant, les membres de la confédération sont loin de s’accorder sur ce que devrait être l’intégration européenne. Plus surprenant encore, les débats sur le sujet sont souvent abandonnés et certaines prises de position ne sont jamais diffusées. Comment expliquer les discours de soutien à l’intégration européenne malgré les difficultés à faire exister un débat à ce propos au sein de l’organisation ? À travers l’élucidation de ce paradoxe, cet ouvrage s’attache à comprendre comment se définit la voix du MEDEF. À partir de la consultation extensive d’archives inédites et de l’observation du travail mené au sein de groupes patronaux, ce livre éclaire les mobilisations pour faire exister une voix unifiée du patronat français. Il analyse la lutte entre différentes formes de légitimité pour faire et dire l’Europe, aussi bien au sein du siège parisien de MEDEF qu’à l’échelle européenne. On pense par exemple aux concurrences entre acteurs « politiques » et « techniques » de l’Europe ou aux tensions entre « représentativité » et « expertise » dans la production d’une parole patronale. Le suivi de ces débats sur une période de 70 ans donne plus largement à voir les transformations du rôle de la confédération patronale française.

Table des matières

  • Couverture
  • Titre
  • Copyright
  • À propos de l’auteur
  • À propos du livre
  • Pour référencer cet eBook
  • Table des matières
  • Introduction
  • A – Le patronat français au travail
  • B – Structurations d’un espace patronal transnational européen
  • C – Les organisations patronales saisies par leurs marges
  • Chapitre 1. Le difficile positionnement patronal sur l’Europe depuis 1948
  • A – Soutenir une autorité politique européenne supranationale (1948-1974)
  • B – Changer d’Europe sans parvenir à le dire (1974-1986)
  • C – « Notre entreprise l’Europe » (1986-2017)
  • Conclusion du chapitre
  • Chapitre 2. Quand l’Europe était trop « politique » pour être « patronale » (1946-1956)
  • A – Négocier le rôle de la confédération patronale française
  • B – Structurer des organisations patronales transnationales européennes
  • C – L’intégration de l’Europe au sein de la confédération patronale
  • Conclusion du chapitre
  • Chapitre 3. Un consensus patronal sur le refus du libre-échange (1956-1974)
  • A – Produire une vision supranationale de l’intégration européenne
  • B – Les acteurs étatiques dans la production d’une décision patronale
  • C – Une position qui ne convainc pas en dehors du CNPF
  • Conclusion du chapitre
  • Chapitre 4. D’une patronale produite par des membres à une parole d’experts (1973-2017)
  • A – Comment l’Europe n’est plus un problème patronal (1973-1987)
  • B – Une parole patronale contestée : l’adhésion de l’Espagne à la CEE (1979-1985)
  • C – L’abandon progressif d’un rôle de porte-parole sur l’Europe (1987-2014)
  • Conclusion du chapitre
  • Chapitre 5. Les commissions dans le gouvernement de la confédération patronale
  • A – Les commissions au cœur de l’espace du pouvoir de l’organisation
  • B – Rendre visible l’activité de l’organisation par les commissions
  • C – Mettre en scène la prise de décision
  • Conclusion du chapitre
  • Chapitre 6. Acteurs « techniques » et acteurs « politiques » de l’Europe patronale
  • A – Salarié « Europe », une position dominée
  • B – Une activité orientée vers les parlementaires européens
  • Conclusion du chapitre
  • Chapitre 7. Une présence nationale à Bruxelles aux marges de l’Eurocratie
  • A – L’espace patronal transnational européen en 2016
  • B – Les multiples usages d’une présence permanente à Bruxelles
  • C – Un bureau européen aux marges de l’Eurocratie
  • D – Négocier sa place au sein de l’UNICE-BusinessEurope
  • Conclusion du chapitre
  • Conclusion générale
  • Liste des sigles et abréviations
  • Liste des figures et tableaux
  • Index
  • Sources
  • Liste des entretiens
  • Archives consultées
  • Sources imprimées
  • Bibliographie
  • Titres de la collection

Yohann Morival

Les Europes du patronat
français depuis 1948

La Fabrique du politique
Sociologie de l’action publique
Vol. 2

À propos de l’auteur

YOHANN MORIVAL est maître de conférences en science politique à l’Université de Lille et membre du CERAPS (UMR 8026). Après avoir travaillé sur plusieurs organisations patronales françaises, il poursuit actuellement des recherches sur les groupes patronaux transnationaux

À propos du livre

Que ce soit avec « Notre entreprise l’Europe » en 1988 ou avec « Merci l’Europe ! » en 2019, les dirigeants du MEDEF, la confédération patronale française, mettent régulièrement en scène leur soutien à l’intégration européenne. À grand renfort de colloques et de campagnes de communication, ils s’efforcent de mobiliser les chefs d’entreprise autour de la promotion de l’intégration européenne. Pourtant, les membres de la confédération sont loin de s’accorder sur ce que devrait être l’intégration européenne. Plus surprenant encore, les débats sur le sujet sont souvent abandonnés et certaines prises de position ne sont jamais diffusées. Comment expliquer les discours de soutien à l’intégration européenne malgré les difficultés à faire exister un débat à ce propos au sein de l’organisation ? À travers l’élucidation de ce paradoxe, cet ouvrage s’attache à comprendre comment se définit la voix du MEDEF. À partir de la consultation extensive d’archives inédites et de l’observation du travail mené au sein de groupes patronaux, ce livre éclaire les mobilisations pour faire exister une voix unifiée du patronat français. Il analyse la lutte entre différentes formes de légitimité pour faire et dire l’Europe, aussi bien au sein du siège parisien de MEDEF qu’à l’échelle européenne. On pense par exemple aux concurrences entre acteurs « politiques » et « techniques » de l’Europe ou aux tensions entre « représentativité » et « expertise » dans la production d’une parole patronale. Le suivi de ces débats sur une période de 70 ans donne plus largement à voir les transformations du rôle de la confédération patronale française.

Pour référencer cet eBook

Afin de permettre le référencement du contenu de cet eBook, le début et la fin des pages correspondant à la version imprimée sont clairement marqués dans le fichier. Ces indications de changement de page sont placées à l’endroit exact où il y a un saut de page dans le livre ; un mot peut donc éventuellement être coupé.

Table des matières

Introduction

A – Le patronat français au travail

B – Structurations d’un espace patronal transnational européen

C – Les organisations patronales saisies par leurs marges

Chapitre 1. Le difficile positionnement patronal sur l’Europe depuis 1948

A – Soutenir une autorité politique européenne supranationale (1948-1974)

B – Changer d’Europe sans parvenir à le dire (1974-1986)

C – « Notre entreprise l’Europe » (1986-2017)

Conclusion du chapitre

Chapitre 2. Quand l’Europe était trop «  politique  » pour être «  patronale  » (1946-1956)

A – Négocier le rôle de la confédération patronale française

B – Structurer des organisations patronales transnationales européennes

C – L’intégration de l’Europe au sein de la confédération patronale

Conclusion du chapitre

Chapitre 3. Un consensus patronal sur le refus du libre-échange (1956-1974)

A – Produire une vision supranationale de l’intégration européenne

B – Les acteurs étatiques dans la production d’une décision patronale

C – Une position qui ne convainc pas en dehors du CNPF

Conclusion du chapitre←9 | 10→

Chapitre 4. D’une patronale produite par des membres à une parole d’experts (1973-2017)

A – Comment l’Europe n’est plus un problème patronal (1973-1987)

B – Une parole patronale contestée : l’adhésion de l’Espagne à la CEE (1979-1985)

C – L’abandon progressif d’un rôle de porte-parole sur l’Europe (1987-2014)

Conclusion du chapitre

Chapitre 5. Les commissions dans le gouvernement de la confédération patronale

A – Les commissions au cœur de l’espace du pouvoir de l’organisation

B – Rendre visible l’activité de l’organisation par les commissions

C – Mettre en scène la prise de décision

Conclusion du chapitre

Chapitre 6. Acteurs «  techniques  » et acteurs «  politiques  » de l’Europe patronale

A – Salarié « Europe », une position dominée

B – Une activité orientée vers les parlementaires européens

Conclusion du chapitre

Chapitre 7. Une présence nationale à Bruxelles aux marges de l’Eurocratie

A – L’espace patronal transnational européen en 2016

B – Les multiples usages d’une présence permanente à Bruxelles

C – Un bureau européen aux marges de l’Eurocratie

D – Négocier sa place au sein de l’UNICE-BusinessEurope

Conclusion du chapitre

Conclusion générale

Liste des sigles et abréviations

Liste des figures et tableaux←10 | 11→

Index

Sources

Liste des entretiens

Archives consultées

Sources imprimées

Bibliographie←11 | 12→ ←12 | 13→

Introduction

Le 13 décembre 1989, plusieurs milliers de chefs d’entreprise français et de représentants d’organisations patronales écoutent la voix d’Alain Souchon résonner dans le palais des Congrès de Paris : «  Vous êtes, lents, lents, lents, dans vos vieilles godasses. Il serait, temps, temps, temps, que l’Europe se fasse.  » La chanson Vous êtes lents est diffusée durant la rencontre «  Notre entreprise, l’Europe  » organisée par la confédération patronale française, le Conseil national du patronat français (CNPF), qui devient en 1998 le Mouvement des entreprises de France (MEDEF). Ainsi, à l’initiative des dirigeants de la confédération représentative du patronat français, près de 4 000 chefs d’entreprise et représentants d’organisations patronales participent à une journée entière dédiée à l’intégration européenne. Ils ont regardé des vidéos insistant sur la nécessité d’un marché européen uni face aux concurrences états-uniennes et japonaises, assisté à des témoignages de chefs d’entreprise sur l’importance de l’intégration européenne et vu l’ensemble des présidents des confédérations patronales des pays alors membres de la Communauté économique européenne (CEE) réunis sur la scène du Palais des Congrès. Plus que sur des thématiques précises, la rencontre met l’accent sur la nécessité très générale d’une intégration européenne pour les entreprises françaises. La Revue des entreprises, le mensuel du CNPF, donne d’ailleurs de cette journée l’image d’une mobilisation pour l’Europe : «  Convaincus, passionnés, les chefs d’entreprise présents manifestaient qu’ils se sentaient tout à fait concernés et réagissaient vigoureusement1.  »

La rencontre « Notre entreprise l’Europe » témoigne de la mobilisation des enjeux européens par les représentants de la confédération patronale française. Elle trouve notamment son prolongement dans le mot d’ordre « Merci l’Europe ! » lancé fin 2018 par les dirigeants du MEDEF. Une étude lexicométrique menée sur les discours prononcés lors des assemblées générales du CNPF-MEDEF entre 1981 et 2010 révèle que l’Europe constitue un terme particulièrement utilisé2. Les représentants de la confédération patronale française seraient plus enclins à se saisir des enjeux←13 | 14→ européens que de l’environnement par exemple. Rien, a priori¸ de très surprenant pour des acteurs souvent présentés comme des gagnants de l’intégration européenne3. Pourtant, la plupart des salariés et des représentants du CNPF-MEDEF rencontrés partagent le constat d’un ancien directeur des affaires européennes au sein de la confédération patronale française pour qui : « L’Europe a toujours été quelque chose qui dérangeait l’organigramme4. » Les modalités du suivi des sujets européens au sein de la confédération patronale française font depuis longtemps l’objet de désaccords réguliers.

Résumé des informations

Pages
268
ISBN (PDF)
9782807610385
ISBN (ePUB)
9782807610392
ISBN (MOBI)
9782807610408
ISBN (Broché)
9782807610378
Langue
Français
Date de parution
2019 (Juin)
Published
Bruxelles, Bern, Berlin, New York, Oxford, Wien, 2019. 268 p. 2 graph n/b, 13 tabl.

Notes biographiques

Yohann Morival (Auteur)

Yohann Morival est maître de conférences en science politique à l’Université de Lille et membre du CERAPS (UMR 8026). Après avoir travaillé sur plusieurs organisations patronales françaises, il poursuit actuellement des recherches sur les groupes patronaux transnationaux.

Précédent

Titre: Les Europes du patronat français depuis 1948