Chargement...

Un dénuement fastueux

Les œuvres d’art dans les chartreuses médiévales

de Cristina Dagalita (Auteur)
©2019 Monographies 396 Pages

Résumé

En 1385, le duc de Bourgogne Philippe le Hardi fonde la chartreuse de Champmol, près de Dijon. Les œuvres somptueuses réalisées pour ce monastère reflètent-elles la spiritualité des chartreux ? Cet ouvrage propose un regard transversal sur l’art produit pour les moines chartreux au cours du Moyen Âge. Il analyse la manière dont ceux-ci envisageaient la création artistique, d’après le témoignage de leurs textes normatifs ou mystiques. Peut-on dire qu’il y a eu un « art chartreux » ? La présent livre explore les mécanismes de la commande artistique en se plaçant du point de vue d’un ordre placé sous le sceau de l’austérité, mais destinataire de nombreuses œuvres d’art.

Table des matières

  • Couverture
  • Titre
  • Copyright
  • À propos de l’auteur
  • À propos du livre
  • Pour référencer cet eBook
  • Table des matières
  • Avant-­propos
  • Préface
  • Introduction
  • Première partie : Art et image dans la législation et dans les écrits de spiritualité des chartreux
  • Chapitre 1. Les références aux œuvres d’art dans les textes normatifs des chartreux
  • Les Coutumes de Chartreuse, écrit fondateur de la législation de l’ordre
  • De la mise en place du chapitre général aux Antiqua statuta, 1140-1259
  • Les Nouveaux statuts rassemblés par Guillaume Raynaud, en 1368
  • L’organisation de l’ordre au cours du Grand Schisme
  • Les décrets du XVe siècle
  • La Tertia compilatio, réunie en 1509
  • Le rôle de la visitation
  • Conclusion
  • Chapitre 2. L’image dans les écrits de spiritualité des chartreux
  • Bruno de Cologne et Guigues Ier : l’expérience mystique des premiers pères chartreux
  • La connaissance de soi-­même à travers l’observation des réalités visibles
  • L’attitude de Guigues Ier envers les œuvres d’art
  • L’homme divin : vers une philosophie de l’image
  • L’union contemplative d’après Guigues II
  • L’Échelle de la contemplation, vers 1160
  • Les méditations : une théologie affective autour de la figure de Marie
  • Hugues de Balma et Guigues du Pont, les théoriciens de la vision
  • Les voies qui mènent à la perfection, pour Hugues de Balma
  • La contemplation active selon les écrits de Guigues du Pont
  • Les écrits de Marguerite d’Oingt et la pratique de la dévotion affective chez les moniales chartreuses
  • Le livre « comme un beau miroir »
  • L’image peinte qui transporte
  • L’interaction avec les personnes saintes
  • La Vita Christi de Ludolphe le Chartreux, vers 1350
  • Un discours imagé
  • Références à l’art dans la Vita Christi
  • La philosophie de l’image pour Denys le Chartreux
  • « L’attrait du monde et la beauté de Dieu »
  • L’image de Marie et la célébration de la Trinité
  • Conclusion
  • Conclusion de la première partie
  • Deuxième partie : Les œuvres d’art de trois chartreuses royales et princières
  • Chapitre 3. Le monastère de Vauvert, près de Paris, un modèle pour l’ordre des chartreux
  • La fondation royale de 1259
  • Le monastère comme « palais céleste », d’après l’acte de fondation de messes par Charles V, en 1367
  • Une construction favorisée par les proches des rois
  • La mise en scène des donateurs dans les images de fondation
  • Les dernières volontés des bienfaiteurs de Vauvert
  • Conclusion
  • Chapitre 4. Le monastère de Champmol, près de Dijon, et l’entraînement à la vie contemplative
  • Chartreuse princière et demeure éternelle
  • Par la manière que je l’ay commencé et devisié : l’organisation du chantier selon la volonté de Philippe le Hardi
  • Des œuvres réalisées pour les chartreux de Champmol ?
  • Le quadriptyque conservé à Anvers et à Baltimore
  • Le Retable de la Vierge et l’Enfant du musée Mayer van den Bergh
  • Les retables de Melchior Broederlam et de Jacques de Baerze
  • Claus Sluter et le traitement pictural de la sculpture : le portail de l’église
  • Le Puits de Moïse
  • Les tombeaux de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur
  • Conclusion
  • Illustrations
  • Chapitre 5. Le monastère royal de Miraflores, près de Burgos
  • Les chartreux en Aragon et en Castille
  • La construction et l’aménagement de la chartreuse de Miraflores
  • Le Triptyque de Miraflores, peint par Rogier van der Weyden, un don du roi Jean II de Castille
  • Tableaux commandés lors du règne d’Isabelle de Castille
  • Les œuvres d’art et la vision d’ensemble de l’intérieur de l’église
  • La commande de verrières à Niclaes Rombouts
  • Les œuvres sculptées par Gil de Siloé
  • Conclusion
  • Conclusion de la deuxième partie
  • Troisième partie : Y a-t-il un art chartreux ?
  • Chapitre 6. Les œuvres d’art reçues de divers donateurs et des peintres bienfaiteurs
  • Notre-­Dame-­du-­Val-­de-­Bénédiction, la chartreuse pontificale
  • Le Couronnement de la Vierge par Enguerrand Quarton en relation avec les écrits de spiritualité des chartreux
  • Le Retable de la Chute des anges rebelles, commande des chartreux à Raymond Boterie
  • Des bienfaiteurs à part : les peintres et les chartreux
  • Girard d’Orléans, ami des chartreux de Vauvert au temps de la mise par écrit du récit de fondation de l’ordre
  • Rogier van der Weyden et les chartreux des Pays-­Bas bourguignons
  • Le monastère de Cologne, ville du fondateur de la première chartreuse
  • Des peintres proches des moines : le Maître Wilhelm et le Maître de la Sainte Véronique
  • Patriciens, marchands, érudits : les bienfaiteurs du monastère de Sainte-­Barbe
  • Le couronnement de Maximilien Ier et le cycle de la fondation de l’ordre
  • D’autres commandes artistiques des chartreux de Cologne
  • Conclusion
  • Chapitre 7. Les œuvres d’art commandées par les chartreux
  • Niccolò Albergati à Arras, tamquam pacis angelum destinamus
  • Le portrait peint par Van Eyck
  • Le cardinal Albergati, une figure de référence pour les chartreux
  • Les humanistes et les moines : la commande de gravures pour les Statuts de l’ordre des chartreux à Urs Graf
  • Les verrières des chartreuses de Fribourg-­en-­Brisgau et de Bâle
  • Les portraits de chartreux et la dévotion à Marie, reine du ciel
  • Les œuvres commandées par Jan Vos à Van Eyck et à Petrus Christus
  • Le Portrait d’un chartreux par Petrus Christus
  • Le diptyque de Willem van Bibaut
  • Les représentations de la Vierge du rosaire chez Jan Provost et le Bergognone
  • Les images privilégiées de la vie et de la Passion du Christ
  • Le retable du maître-­autel de l’église des chartreux de Strasbourg : trois épisodes de l’enfance du Christ
  • Le retable de Thuison-­lès-­Abbeville
  • Le retable de Boniface Ferrer pour la chartreuse de Porta Coeli
  • La Lamentation sur le corps du Christ et l’Homme de douleurs
  • Le Retable du Liget ou une vision de la rédemption
  • Conclusion
  • Conclusion de la troisième partie
  • Conclusion générale
  • Annexes
  • Abréviations
  • Sources et bibliographie
  • Index et lexique
  • Titres de la collection

Cristina Dagalita

Un dénuement fastueux

Les œuvres d’art dans
les chartreuses médiévales

Pour une histoire nouvelle de l’Europe
Vol. 9

À propos de l’auteur

Cristina Dagalita, chercheur associé au Centre André Chastel (UMR 8150), a soutenu sa thèse de doctorat sur les oeuvres d’art des chartreuses médiévales à l’université Paris-Sorbonne (Paris IV). Depuis 2010, elle a enseigné l’histoire et l’histoire de l’art du Moyen Âge, tout en participant à plusieurs projets de recherche sur la restauration et la numérisation de manuscrits et de vitraux médiévaux.

À propos du livre

En 1385, le duc de Bourgogne Philippe le Hardi fonde la chartreuse de Champmol, près de Dijon. Les oeuvres somptueuses réalisées pour ce monastère reflètent-elles la spiritualité des chartreux ? Cet ouvrage propose un regard transversal sur l’art produit pour les moines chartreux au cours du Moyen Âge. Il analyse la manière dont les chartreux envisageaient la création artistique, d’après le témoignage de leurs textes normatifs ou mystiques. Peut-on dire qu’il y a eu un « art chartreux » ? Le présent livre explore les mécanismes de la commande artistique en se plaçant du point de vue d’un ordre renommé pour son austérité, mais destinataire de nombreuses oeuvres d’art.

Pour référencer cet eBook

Afin de permettre le référencement du contenu de cet eBook, le début et la fin des pages correspondant à la version imprimée sont clairement marqués dans le fichier. Ces indications de changement de page sont placées à l’endroit exact où il y a un saut de page dans le livre ; un mot peut donc éventuellement être coupé.

Table des matières

Avant-­propos

Préface

Introduction

Première partie : Art et image dans la législation et dans les écrits de spiritualité des chartreux

Chapitre 1. Les références aux œuvres dart dans les textes normatifs des chartreux

Les Coutumes de Chartreuse, écrit fondateur de la législation de lordre

De la mise en place du chapitre général aux Antiqua statuta, 1140-1259

Les Nouveaux statuts rassemblés par Guillaume Raynaud, en 1368

Lorganisation de lordre au cours du Grand Schisme

Les décrets du XVe siècle

La Tertia compilatio, réunie en 1509

Le rôle de la visitation

Conclusion

Chapitre 2. Limage dans les écrits de spiritualité des chartreux

Bruno de Cologne et Guigues Ier : lexpérience mystique des premiers pères chartreux

La connaissance de soi-­même à travers lobservation des réalités visibles

Lattitude de Guigues Ier envers les œuvres dart

Lhomme divin : vers une philosophie de limage

Lunion contemplative daprès Guigues II

LÉchelle de la contemplation, vers 1160

Les méditations : une théologie affective autour de la figure de Marie←7 | 8→

Hugues de Balma et Guigues du Pont, les théoriciens de la vision

Les voies qui mènent à la perfection, pour Hugues de Balma

La contemplation active selon les écrits de Guigues du Pont

Les écrits de Marguerite dOingt et la pratique de la dévotion affective chez les moniales chartreuses

Le livre « comme un beau miroir »

Limage peinte qui transporte

Linteraction avec les personnes saintes

La Vita Christi de Ludolphe le Chartreux, vers 1350

Un discours imagé

Références à l’art dans la Vita Christi

La philosophie de limage pour Denys le Chartreux

« Lattrait du monde et la beauté de Dieu »

Limage de Marie et la célébration de la Trinité

Conclusion

Conclusion de la première partie

Deuxième partie : Les œuvres dart de trois chartreuses royales et princières

Chapitre 3. Le monastère de Vauvert, près de Paris, un modèle pour lordre des chartreux

La fondation royale de 1259

Le monastère comme « palais céleste », daprès lacte de fondation de messes par Charles V, en 1367

Une construction favorisée par les proches des rois

La mise en scène des donateurs dans les images de fondation

Les dernières volontés des bienfaiteurs de Vauvert

Conclusion

Chapitre 4. Le monastère de Champmol, près de Dijon, et lentraînement à la vie contemplative

Chartreuse princière et demeure éternelle

Par la manière que je lay commencé et devisié : lorganisation du chantier selon la volonté de Philippe le Hardi

Des œuvres réalisées pour les chartreux de Champmol ?

Le quadriptyque conservé à Anvers et à Baltimore

Le Retable de la Vierge et l’Enfant du musée Mayer van den Bergh←8 | 9→

Les retables de Melchior Broederlam et de Jacques de Baerze

Claus Sluter et le traitement pictural de la sculpture : le portail de léglise

Le Puits de Moïse

Les tombeaux de Philippe le Hardi et de Jean sans Peur

Conclusion

Illustrations

Chapitre 5. Le monastère royal de Miraflores, près de Burgos

Les chartreux en Aragon et en Castille

La construction et laménagement de la chartreuse de Miraflores

Le Triptyque de Miraflores, peint par Rogier van der Weyden, un don du roi Jean II de Castille

Tableaux commandés lors du règne dIsabelle de Castille

Les œuvres dart et la vision densemble de lintérieur de léglise

La commande de verrières à Niclaes Rombouts

Les œuvres sculptées par Gil de Siloé

Conclusion

Conclusion de la deuxième partie

Troisième partie : Y a-­t-il un art chartreux ?

Chapitre 6. Les œuvres dart reçues de divers donateurs et des peintres bienfaiteurs

Notre-­Dame-­du-­Val-­de-­Bénédiction, la chartreuse pontificale

Le Couronnement de la Vierge par Enguerrand Quarton en relation avec les écrits de spiritualité des chartreux

Le Retable de la Chute des anges rebelles, commande des chartreux à Raymond Boterie

Des bienfaiteurs à part : les peintres et les chartreux

Girard dOrléans, ami des chartreux de Vauvert au temps de la mise par écrit du récit de fondation de lordre

Rogier van der Weyden et les chartreux des Pays-­Bas bourguignons

Le monastère de Cologne, ville du fondateur de la première chartreuse

Des peintres proches des moines : le Maître Wilhelm et le Maître de la Sainte Véronique←9 | 10→

Patriciens, marchands, érudits : les bienfaiteurs du monastère de Sainte-­Barbe

Le couronnement de Maximilien Ier et le cycle de la fondation de lordre

Dautres commandes artistiques des chartreux de Cologne

Conclusion

Chapitre 7. Les œuvres dart commandées par les chartreux

Niccolò Albergati à Arras, tamquam pacis angelum destinamus

Le portrait peint par Van Eyck

Le cardinal Albergati, une figure de référence pour les chartreux

Les humanistes et les moines : la commande de gravures pour les Statuts de l’ordre des chartreux à Urs Graf

Les verrières des chartreuses de Fribourg-­en-­Brisgau et de Bâle

Les portraits de chartreux et la dévotion à Marie, reine du ciel

Les œuvres commandées par Jan Vos à Van Eyck et à Petrus Christus

Le Portrait d’un chartreux par Petrus Christus

Le diptyque de Willem van Bibaut

Les représentations de la Vierge du rosaire chez Jan Provost et le Bergognone

Les images privilégiées de la vie et de la Passion du Christ

Le retable du maître-­autel de léglise des chartreux de Strasbourg : trois épisodes de lenfance du Christ

Le retable de Thuison-­lès-­Abbeville

Le retable de Boniface Ferrer pour la chartreuse de Porta Coeli

La Lamentation sur le corps du Christ et l’Homme de douleurs

Le Retable du Liget ou une vision de la rédemption

Conclusion

Conclusion de la troisième partie

Conclusion générale

Annexes

Abréviations

Sources et bibliographie

Index et lexique←10 | 11→

Avant-­propos

Ce livre est issu de ma thèse de doctorat, intitulée « En .I. lieu desert, plain de montaignes ». Les images et la commande dœuvres dart pour les chartreuses médiévales (fin du XIe siècle-­début du XVIe siècle). Le résultat de cette recherche, menée sous la direction du Professeur Philippe Lorentz, a été soutenu le 26 novembre 2015, à lUniversité Paris-­Sorbonne (Paris IV). Cet ouvrage doit son existence au directeur de ma thèse de doctorat, M. Philippe Lorentz, qui a eu lidée dune telle étude thématique et na cessé de lencourager. Au cours des cinq années de lélaboration de ma thèse, nos discussions, allant parfois dans les moindres détails de mes découvertes, ont façonné le chemin suivi et lécrit qui en résulte.

Depuis 2016, le texte de ma thèse a bénéficié de lapport des échanges avec les professeurs de mon jury de soutenance. Pour la publication de ce livre, je me suis efforcée de prendre en compte leurs remarques, afin de clarifier ou daméliorer certains points. Le texte de ma thèse de doctorat a été légèrement réduit en vue de la publication. Certaines parties, jugées trop hypothétiques ou insuffisamment fondées, ont été écartées. Les notes en bas de page ont été allégées. Ce qui paraissait important a été inclus dans le corps du texte, tandis que de nombreuses informations secondaires ou descriptives ont été supprimées. Par ailleurs, le texte de ma thèse a été mis à jour, autant que possible, par lajout de nouvelles références bibliographiques.

Mon travail de recherche sest déroulé dans des conditions privilégiées. Pour commencer, je remercie les enseignants de léquipe daccueil EA 3400 de lUniversité de Strasbourg, dirigée alors par M. Benoît-­Michel Tock, qui, en 2010, mont accordé un contrat doctoral, avec la possibilité dêtre chargée de travaux dirigés en histoire et en histoire de lart du Moyen Âge. Après ces trois premières années de recherche, jai été accueillie au Département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale de France. Je remercie léquipe de la mission pour la numérisation, ainsi que toutes les personnes auprès desquelles jai travaillé et qui mont tant appris sur les manuscrits et sur leur conservation. Je tiens à exprimer ma gratitude envers ceux qui mont facilité laccès à des manuscrits précieux, à la Bibliothèque nationale de France ou au musée Condé, à Chantilly.

Jadresse mes remerciements à Mme Patricia Stirnemann pour son soutien et pour mavoir mise en relation avec le Département des Manuscrits. La fin de mes recherches a été financée par un contrat temporaire dans le cadre de la restauration de la rose occidentale de la Sainte-­Chapelle. Je remercie tout particulièrement Mme Karine Boulanger et M. Michel←11 | 12→ Hérold, qui mont formée à létude du vitrail médiéval. De plus, je tiens à remercier les enseignants de lUMR 8150 du Centre André Chastel pour leur accueil chaleureux parmi eux, ainsi que Mme Marianne Grivel, alors directrice de lUFR dHistoire de lart et darchéologie de lUniversité Paris-­Sorbonne, pour mavoir permis deffectuer des heures denseignement en histoire de lart médiéval. Par ailleurs, je remercie les étudiants avec lesquels jai travaillé pour leur intérêt et leur enthousiasme qui ont fait grandir les miens.

Cet ouvrage naurait pas été tel sans ces rencontres et sans les personnes qui mont soutenue pendant tout ce temps. Jadresse un grand merci à ma famille et à mes amis, pour mavoir accompagnée de diverses manières lors de la rédaction de ma thèse. Par ailleurs, jadresse des remerciements cordiaux aux professeurs de mon jury de soutenance, Mme Laurence Ciavaldini Rivière, M. Daniel Le Blévec, M. Dany Sandron et M. Philippe Lorentz, qui ont accepté de lire ce travail et de le critiquer. Enfin, ma reconnaissance va à tous ceux qui ont facilité la publication de mon livre, grâce, entre autres, à une aide financière : les équipes du Centre André Chastel, du LabEx EHNE, de lécole doctorale 124 Histoire de lart et archéologie et de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université. Que tous mes interlocuteurs des musées et des bibliothèques mayant donné les images et les autorisations pour leur parution dans ce livre soient assurés de ma vive gratitude.←12 | 13→

Résumé des informations

Pages
396
Année
2019
ISBN (PDF)
9782807611474
ISBN (ePUB)
9782807611481
ISBN (MOBI)
9782807611498
ISBN (Broché)
9782807611467
DOI
10.3726/b15669
Langue
Français
Date de parution
2019 (Juin)
Published
Bruxelles, Bern, Berlin, New York, Oxford, Wien, 2019. 396 p., 46 ill. coul.

Notes biographiques

Cristina Dagalita (Auteur)

Cristina Dagalita, chercheur associé au Centre André Chastel (UMR 8150), a soutenu sa thèse de doctorat sur les œuvres d’art des chartreuses médiévales à l’université Paris-Sorbonne (Paris IV). Depuis 2010, elle a enseigné l’histoire et l’histoire de l’art du Moyen Âge, tout en participant à plusieurs projets de recherche sur la restauration et la numérisation de manuscrits et de vitraux médiévaux.

Précédent

Titre: Un dénuement fastueux