Chargement...

Métaphraste ou De la traduction

de Michael Herrmann (Auteur)
Monographies 274 Pages

Résumé

La traduction n’est pas réservée aux traducteurs, elle a lieu dans le moindre de nos entretiens. Ce livre se propose de déconstruire le phénomène global appelé traduction. Il distingue plusieurs plans d’analyse. Avant tout un plan sociolinguistique – la traduction comme la recherche d’un consensus entre deux interlocuteurs – et un plan herméneutique ou axiolinguistique – la traduction comme la négation d’une impossibilité de traduire, car toujours différente de l’original. Chaque plan est envisagé sous l’angle d’une dialectique. La langue à la fois nous met en contact et nous sépare, et le traducteur, tout en surmontant des barrières, ne peut s’empêcher par ailleurs d’en ériger.

Table des matières

  • Couverture
  • Titre
  • Copyright
  • À propos de l’auteur
  • À propos du livre
  • Pour référencer cet eBook
  • Métaphraste ou De la Traduction
  • Introduction
  • I Le vase de Walter Benjamin et la tâche du traducteur
  • 1 Convergence entre les langues
  • 2 „Brot“ et „pain“
  • 3 Traduction
  • 3 Original
  • 5 Echo de l’original
  • 6 Comme les débris d’une amphore
  • 7 Littéralité
  • Annexe : Baudelaire et Benjamin
  • II Ce qu’interlocuter veut dire
  • 1 Le message et l’usage : dire quelque chose ou se dire soi-même
  • 2 Langage et linguistique externe
  • 3 Le partage de la singularité
  • 4 Dire autre chose autrement
  • 5 Je n’ai pas de droit d’auteur sur ce qu’il prend de moi
  • 6 Pour un supplément d’exégèse : les paramètres de L’homme sans qualités
  • III Pierre Ménard auteur du Quichotte ?
  • 1 Mon problème est singulièrement plus difficile que celui de Cervantès
  • 2 Il consacra ses scrupules et ses veilles à reproduire dans une langue étrangère un livre préexistant
  • 3 Mon souvenir général du Quichotte, simplifié par l’oubli et l’indifférence, peut très bien être équivalent à la vague image antérieure d’un livre non écrit
  • 4 La gloire est une incompréhension, peut-être la pire
  • 5 Le texte de Cervantès et celui de Ménard sont verbalement identiques, mais le second est presque infiniment plus riche
  • 6 Ménard (peut-être sans le vouloir) a enrichi l’art figé et rudimentaire de la lecture par une technique nouvelle : la technique de l’anachronisme délibéré et des attributions erronées
  • IV Les livres consulaires
  • 1 Juger une double disparité
  • 2 Nul n’est interlocuteur qui ne soit tenu d’abord pour valable
  • 3 Anticiper un consensus dont il n’est pas exclu qu’il devienne réalité et débouche éventuellement sur un calque
  • 4 Le bon traducteur doit chercher tous les mots, et d’abord ceux qu’il connaît le mieux
  • 5 „Vous les y avez donc cherchés ?“
  • V Comprendre ou ne pas comprendre
  • 1 Autrement dit
  • 2 Traduire pour interpréter – ou interpréter pour traduire ?
  • 3 Saisir l’étroite imbrication, dans la langue, du parler et de la doxa
  • 4 Quelle allusion ? ou : La source est-elle directe ou indirecte ?
  • 5 Combien d’allusions ? ou : Les allusions identifiées après coup
  • 6 En français et pour Français
  • 7 Faire comprendre les emprunts ….
  • 8 …ou : Faire comprendre par les emprunts
  • VI Pour un supplément d’acceptabilité
  • 1 Un cas de marginalité : la traduction didactique
  • 2 Défense et illustration
  • 3 non verbum e verbo, sed sensum exprimere de sensu
  • 4 Traduire Don Quichotte aujourd’hui
  • 5 Traduction moderne et texte du passé
  • 6 Les belles infidèles
  • 7 Rappel théorique : traduction anallactique et traduction synallactique
  • 8 Le littéralisme selon Antoine Berman
  • Les tendances déformantes
  • Implanter en français le caractère disloqué de la syntaxe latine
  • VII Problèmes de traduction et pensée sans penseurs
  • 1 Mots-clés et concepts-clés
  • 2 Comparer la terminologie du droit, c’est comparer le droit
  • 3 Le traducteur et le plénipotentiaire
  • L’original – un seul ou plusieurs ?
  • En langue allemande et en langue française
  • Le génie du soupçon
  • VIII Le manque qu’on traduit devient ici un manque de la traduction
  • 1 Le malentendu est un mal
  • 2 „Le sommet est atteint page 411 où …“
  • 3 La traduction impossible
  • 4 Objection préjudicielle ou réticence ?
  • 5 Du „pas ça et pas là“ au „ça et là“
  • 6 La loy de traduyre, qui est n’espacier point hors des limites de l’aucteur
  • 7 Le moi est haïssable
  • 8 Traduction et transfert
  • 9 Présence du traducteur
  • 10 „Je suis absolument fou d’Ulysse“
  • 11 Le fait du prince
  • 12 Pierre Ménard ou la névrose du traducteur
  • IX La traduction dans la perspective de sa mémorisation écrite
  • 1 Le visage et la photographie
  • 2 Récapituler ou non : traduction et interprétation
  • 3 Raconter en temps réel ?
  • 4 Raconter la traduction
  • 5 Ecouter un discours, prendre des notes et le restituer dans l’autre langue
  • 6 Lecture et réécriture – le travail de la traduction
  • Conclusion
  • Bibliographie
  • Index des concepts
  • Index des auteurs

cover

Information bibliographique de la Deutsche Nationalbibliothek
La Deutsche Nationalbibliothek a répertorié cette publication dans
la Deutsche Nationalbibliographie; les données bibliographiques
détaillées peuvent être consultées sur Internet à l’adresse
http://dnb.d-nb.de.

À propos de l’auteur

Linguiste et spécialiste de la traduction, l’auteur a été professeur au département de langues romanes de l’université de Trèves, entretenant par son enseignement un échange d’idées permanent avec l’Ecole de Rennes de Jean Gagnepain et sa théorie de la médiation.

À propos du livre

Michael Herrmann

Métaphraste ou De la Traduction

La traduction n’est pas réservée aux traducteurs, elle a lieu dans le moindre de nos entretiens. Ce livre se propose de déconstruire le phénomène global appelé traduction. Il distingue plusieurs plans d’analyse. Avant tout un plan sociolinguistique – la traduction comme la recherche d’un consensus entre deux interlocuteurs – et un plan herméneutique ou axiolinguistique – la traduction comme la négation d’une impossibilité de traduire, car toujours différente de l’original. Chaque plan est envisagé sous l’angle d’une dialectique. La langue à la fois nous met en contact et nous sépare, et le traducteur, tout en surmontant des barrières, ne peut s’empêcher par ailleurs d’en ériger.

Pour référencer cet eBook

Afin de permettre le référencement du contenu de cet eBook, le début et la fin des pages correspondant à la version imprimée sont clairement marqués dans le fichier. Ces indications de changement de page sont placées à l’endroit exact où il y a un saut de page dans le livre ; un mot peut donc éventuellement être coupé.

Métaphraste ou De la Traduction

Introduction

I Le vase de Walter Benjamin et la tâche du traducteur

1 Convergence entre les langues

2 „Brot“ et „pain“

3 Traduction

4 Original

5 Echo de l’original

6 Comme les débris d’une amphore

7 Littéralité

Annexe : Baudelaire et Benjamin

II Ce qu’interlocuter veut dire

1 Le message et l’usage : dire quelque chose ou se dire soi-même

2 Langage et linguistique externe

3 Le partage de la singularité

4 Dire autre chose autrement

5 Je n’ai pas de droit d’auteur sur ce qu’il prend de moi

6 Pour un supplément d’exégèse : les paramètres de Lhomme sans qualités

III Pierre Ménard auteur du Quichotte ?

1 Mon problème est singulièrement plus difficile que celui de Cervantès

2 Il consacra ses scrupules et ses veilles à reproduire dans une langue étrangère un livre préexistant

3 Mon souvenir général du Quichotte, simplifié par l’oubli et l’indifférence, peut très bien être équivalent à la vague image antérieure d’un livre non écrit

4 La gloire est une incompréhension, peut-être la pire

5 Le texte de Cervantès et celui de Ménard sont verbalement identiques, mais le second est presque infiniment plus riche

6 Ménard (peut-être sans le vouloir) a enrichi l’art figé et rudimentaire de la lecture par une technique nouvelle : la technique de l’anachronisme délibéré et des attributions erronées

IV Les livres consulaires

1 Juger une double disparité

2 Nul n’est interlocuteur qui ne soit tenu d’abord pour valable

3 Anticiper un consensus dont il n’est pas exclu qu’il devienne réalité et débouche éventuellement sur un calque

4 Le bon traducteur doit chercher tous les mots, et d’abord ceux qu’il connaît le mieux

5 „Vous les y avez donc cherchés ?“

V Comprendre ou ne pas comprendre

1 Autrement dit

2 Traduire pour interpréter – ou interpréter pour traduire ?

3 Saisir l’étroite imbrication, dans la langue, du parler et de la doxa

4 Quelle allusion ? ou : La source est-elle directe ou indirecte ?

5 Combien d’allusions ? ou : Les allusions identifiées après coup

6 En français et pour Français

7 Faire comprendre les emprunts ….

8 …ou : Faire comprendre par les emprunts

VI Pour un supplément d’acceptabilité

1 Un cas de marginalité : la traduction didactique

2 Défense et illustration

3 non verbum e verbo, sed sensum exprimere de sensu

4 Traduire Don Quichotte aujourd’hui

5 Traduction moderne et texte du passé

6 Les belles infidèles

7 Rappel théorique : traduction anallactique et traduction synallactique

8 Le littéralisme selon Antoine Berman

Les tendances déformantes

Implanter en français le caractère disloqué de la syntaxe latine

VII Problèmes de traduction et pensée sans penseurs

1 Mots-clés et concepts-clés

2 Comparer la terminologie du droit, c’est comparer le droit

3 Le traducteur et le plénipotentiaire -

A propos d’une Convention en vue d’éviter les doubles impositions

L’original – un seul ou plusieurs ?

En langue allemande et en langue française

Le génie du soupçon

VIII Le manque qu’on traduit devient ici un manque de la traduction

1 Le malentendu est un mal

2 „Le sommet est atteint page 411 où …“

3 La traduction impossible

4 Objection préjudicielle ou réticence ?

5 Du pas ça et pas là au ça et là

6 La loy de traduyre, qui est n’espacier point hors des limites de l’aucteur

7 Le moi est haïssable

8 Traduction et transfert

9 Présence du traducteur

10 „Je suis absolument fou d’Ulysse“

11 Le fait du prince

12 Pierre Ménard ou la névrose du traducteur

IX La traduction dans la perspective de sa mémorisation écrite

1 Le visage et la photographie

2 Récapituler ou non : traduction et interprétation

3 Raconter en temps réel ?

4 Raconter la traduction

5 Ecouter un discours, prendre des notes et le restituer dans l’autre langue

6 Lecture et réécriture – le travail de la traduction

Conclusion

Bibliographie

Index des concepts

Index des auteurs

Résumé des informations

Pages
274
ISBN (PDF)
9783034341455
ISBN (ePUB)
9783034341462
ISBN (MOBI)
9783034341479
ISBN (Broché)
9783034339193
Langue
Français
Date de parution
2020 (Septembre)
Published
Bern, Berlin, Bruxelles, New York, Oxford, Warszawa, Wien, 2020. 274 p.

Notes biographiques

Michael Herrmann (Auteur)

Linguiste et spécialiste de la traduction, l’auteur a été professeur au département de langues romanes de l’université de Trèves, entretenant par son enseignement un échange d’idées permanent avec l’Ecole de Rennes de Jean Gagnepain et sa théorie de la médiation.

Précédent

Titre: Métaphraste ou De la traduction