Loading...

Development by Free Trade? Développement à travers le libre-échange?

The Impact of the European Unions’ Neoliberal Agenda on the North African Countries Les enjeux de l’agenda néolibéral de l’Union européenne pour les pays de l’Afrique du Nord

by Gisela Baumgratz (Volume editor) Khaled Chaabane (Volume editor) Werner Ruf (Volume editor) Wilfried Telkämper (Volume editor)
Edited Collection 288 Pages
Open Access

Table Of Content

  • Couverture
  • Titre
  • Copyright
  • Sur l’auteur/l’éditeur
  • À propos du livre
  • Pour référencer cet eBook
  • Contents / Table des matières / Inhalt
  • Preface (Gisela Baumgratz / Khaled Chaabane / Werner Ruf / Wilfried Telkämper)
  • Préface
  • Vorwort
  • Mot de bienvenue (Petra Dachtler)
  • Summary (Gisela Baumgratz)
  • Introduction
  • Einleitung
  • 1. The dominance of the European Union’s neoliberal economic approach in its relations with the North-African countries L’Union européenne comme actrice d’une politique économique néolibérale dans ses relations extérieures avec les pays de l’Afrique du Nord Die Europäische Union als Akteurin neoliberaler Außen(wirtschafts)politik in Nordafrika
  • Open Markets and Closed Frontiers. The European Union’s negative and exclusive neoliberal integration (Elmar Altvater)
  • Structural Adjustment in Tunisia. The Crisis of Neoliberalism and the ‘Gafsa Riots’ of 2008 (Sascha Radl)
  • Le moment révolutionnaire tunisien en question. Vers l’oubli du mouvement social ? (Béatrice Hibou)
  • From Barcelona to the policies of neighborhood. Goals and consequences of the EU’s economic and trade policy (Birgit Mahnkopf)
  • 2. The critical perception of the free trade agreements by Tunisian, Moroccan and Algerian researchers La perception critique des accords de libre-échange par des chercheurs tunisiens, marocains et algériens Bilanz der Freihandelsabkommen mit der EU aus tunesischer, marokkanischer und algerischer Sicht
  • Les relations commerciales tuniso-européennes. Nouveaux défis (Sami Aouadi)
  • La politique économique européenne vis-à-vis des pays de la rive sud de la Méditerranée. Une critique de l’Accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA) de la Tunisie avec l’UE (Azzam Mahjoub)
  • Le « partenariat » entre le Maroc et l’Union européenne. Bilan d’un échec (Ahmed Zoubdi)
  • Accord d’Association Algérie-UE et diversification économique en Algérie. Quel bilan, quelles perspectives ? (Ahcene Amarouche)
  • 3. Development in the context of the neoliberal agenda Développement : alternatives à l’agenda néolibéral Entwicklung im Kontext der neoliberalen Agenda
  • The policies of the European Union and the International Monetary Fund towards North-African countries. Why did the revolutions not succeed? (Heiner Flassbeck)
  • Penser le développement, hier et aujourd’hui. Grandeur et décadence d’une ambition (Baccar Gherib)
  • Instrumentaliser la coopération pour sortir du sous-développement et de la dépendance ? (Hartmut Elsenhans)
  • De l’échec du modèle économique et social en Tunisie et de la nécessité d’un modèle alternatif (Abdeljelil Bedoui)
  • Le secteur informel. Une menace ou une opportunité ? (Abderrahmane Ben Zakour)
  • La coopération scientifique dans les domaines socio-économiques en Afrique du Nord. Défis, conditions, priorités (Werner Ruf)
  • Authors / Auteurs / Autoren
  • Abbreviations / Abréviations / Abkürzungen

| 11 →

Gisela Baumgratz, Khaled Chaabane, Werner Ruf, Wilfried Telkämper

Preface

One year after the beginning of the negotiations on the Deep and Comprehensive Free Trade Agreement (DCFTA) between Tunisia and the European Union at October 13, 2015 we are very glad to present a publication, aimed at contributing, thanks to the critical analysis of European and North-African researchers, to intensify scientific cooperation between Europe and North-Africa in the crucial field of economics. We would like to express our gratitude to the authors, men and women, who accepted to share their long standing critical expertise in the field of the neoliberal globalization of economy and its negative impact on the economies of the Southern countries by writing articles for the present publication, deemed to mark a new stage of common research between experts from the North and the South aiming at fostering critical thinking in the domain of neoliberal economy and free trade. We hope that this publication which is part of a vaster program of the Rosa Luxemburg Foundation Tunis, directed by Khaled Chaabane, will contribute to further exchange of perspectives between the North and the South and shows, by referring to the Tunisian, Algerian and Moroccan examples, that different historical, political and economic constellations provoke different reactions to the EU’s propositions for cooperation. Nevertheless, the history of the relationship between these North African countries and the EU reveals so many similarities that it seems to be more than useful to intensify cooperation between the Southern Mediterranean countries.

By an international conference from 10 to 12 October 2015 with a range of eminent economists from both sides of the Mediterranean in Tunis, the organizers intended to assist political actors, trade-unionists and activists of the civil society by sharpening their critical argumentation in view of the negotiations on the free trade agreement between Tunisia and the EU which were to start by October 13. The publication entitled: “Development by free trade?” however, goes far beyond the North-African context, taking the history and the evolution of the economic neoliberalism within the globalization into account and examining the different significations of the notion of development within different economic approaches. Far away from being merely “technical” agreements, as members of the European commission tend to advance, these free trade agreements are part of a ← 11 | 12 → world vision: The free trade ideology corresponds to a new concept of domination of the global South by the global North which a number of critical researchers associate with the concept of neo-colonialism.

We would like to thank all those whose efforts made sure that this book could come out. This is especially true for professor Habib Mellakh from Manouba University whose propositions strongly contributed to the stylistic revision of the French articles. To end with we would like to express our gratitude for the German Ministry of Foreign Affairs’ and the Rosa Luxemburg Foundation’s support and to congratulate the team in Tunis for its commitment.

| 13 →

Gisela Baumgratz, Khaled Chaabane, Werner Ruf, Wilfried Telkämper

Préface

Un an après le lancement des négociations sur l’Accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA) entre la Tunisie et l’Union européenne, le 13 octobre 2015, nous avons le plaisir de pouvoir présenter un livre qui marque une nouvelle étape de la recherche commune entre experts du Nord et du Sud, soucieux d’alimenter l’esprit critique en matière d’économie néolibérale et de libre-échange : il est censé contribuer, grâce à des analyses scientifiques de chercheurs européens et nord-africains, à un approfondissement de la coopération scientifique entre l’Europe et l’Afrique du Nord dans le domaine crucial du développement économique. En remerciant tous les auteurs, femmes et hommes, d’avoir mis leur expertise acquise de longue date à la disposition de cette publication, nous espérons que cet ouvrage, fruit d’un programme plus vaste de promotion de la recherche scientifique à l’université tunisienne, soutenu par la Fondation Rosa Luxemburg à Tunis et dirigé par Khaled Chaabane, contribuera à approfondir l’échange de perspectives entre le Nord et le Sud. L’exemple de la Tunisie, de l’Algérie et du Maroc montre que la différence des constellations historiques, politiques et économiques fait que les pays respectifs réagissent différemment aux propositions de coopération de l’Union européenne. Néanmoins il y a des similarités tellement flagrantes que les pays de la rive sud de la Méditerranée ont intérêt à intensifier leur coopération.

Avec l’organisation d’un colloque international, qui a réuni du 10 au 12 octobre 2015 toute une gamme de chercheurs éminents des deux côtés de la Méditerranée à Tunis, les initiateurs et responsables du programme ont compté aider les acteurs politiques, les syndicalistes et les activistes de la société civile à aiguiser leurs connaissances, à affiner leurs idées et à construire une argumentation précise à la veille des négociations précitées sur l’Accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA) entre la Tunisie et l’Union européenne.

Intitulée « Développement à travers le libre-échange ? » notre publication ne concerne pas la seule sphère nord-africaine et tient compte de l’histoire et de l’évolution du néolibéralisme économique dans le cadre de la mondialisation et de la signification du terme de « développement » en fonction de l’orientation politico-économique. Loin d’être des accords « techniques » comme l’avancent les membres de la Commission européenne, ← 13 | 14 → ces accords de libre-échange font partie d’une vision du monde : le libre-échangisme se révèle comme le nouveau concept de domination du Sud global par le Nord global que nombre de chercheurs et critiques associent au concept de « néo-colonialisme ».

Nous remercions toutes celles et tous ceux qui ont contribué à ce que ce livre voie le jour et notamment notre collègue tunisien, le professeur Habib Mellakh de l’Université de la Manouba à Tunis, dont les précieux conseils, lors de la révision stylistique des contributions françaises, nous ont beaucoup aidés. Nous tenons également à remercier le ministère allemand des Affaires étrangères et la Fondation Rosa Luxemburg pour leur soutien et à féliciter l’équipe de Tunis pour son engagement.

| 15 →

Gisela Baumgratz, Khaled Chaabane, Werner Ruf, Wilfried Telkämper

Vorwort

Wir freuen uns sehr, dass es uns gelungen ist, ziemlich genau ein Jahr nach dem Beginn der Verhandlungen über ein neues vertieftes und umfassendes Freihandelsabkommen DCFTA) zwischen Tunesien und der Europäischen Union ein Buch vorlegen zu können, das eine neue Etappe der Zusammenarbeit zwischen Wissenschaftlerinnen und Wissenschaftlern aus dem Süden und dem Norden markiert, welche sich um die Entwicklung kritischen Bewusstseins im Bereich von neoliberaler Wirtschafts- und Freihandelspolitik bemühen. Dank der kritischen Analysen europäischer und nordafrikanischer Forscher soll diese Publikation zur Intensivierung der wissenschaftlichen Zusammenarbeit zwischen Europa und Nord-Afrika im existenziellen Bereich der Wirtschaft beitragen und die öffentliche Diskussion darüber bereichern. Wir danken allen Autorinnen und Autoren sehr herzlich für die Bereitschaft, ihre langjährige Expertise im Bereich der neoliberalen Globalisierung der Wirtschaft für diese Veröffentlichung zur Verfügung zu stellen. Wir hoffen, dass diese Publikation als Bestandteil eines breiter angelegten Programms der Rosa Luxemburg Stiftung Tunis, welches von Khaled Chaabane geleitet wird, einen Perspektivenwechsel zwischen Nord und Süd ermöglicht, aber auch am Beispiel Tunesiens, Algeriens und Marokkos deutlich macht, dass die Situation sich je nach historischer politischer und wirtschaftliche Konstellation unterschiedlich darstellt und daher auch unterschiedliche Antworten auf die Kooperationsangebote der EU hervorbringt. Gleichwohl sind die Parallelen so eklatant, dass eine engere Zusammenarbeit der südlichen Mittelmeeranrainer mehr als geboten erscheint.

Mit einem internationalen Kolloquium vom 10.-12. Oktober, am Vorabend des Beginns der Verhandlungen zwischen der EU und Tunesien über das neue Freihandelsabkommen, wollte die Rosa Luxemburg Stiftung politischen und gewerkschaftlichen Akteuren und Aktivisten der Zivilgesellschaft Argumentationshilfen im Zusammenhang mit den Verhandlungen um das Freihandelsabkommen anbieten, welche am 13. Oktober letzten Jahres, einen Tag nach dem Ende des Kolloquiums, begonnen haben. Die Publikation mit dem Titel: Development by Free Trade (Entwicklung durch Freihandel) geht jedoch über die nordafrikanischen Länder hinaus, indem sie den wirtschaftlichen Neoliberalismus in die ← 15 | 16 → Geschichte der Globalisierung einordnet und einen Zusammenhang zwischen der Bedeutung des Begriffs „Entwicklung“ und der jeweiligen politisch-ökonomischen Orientierung herstellt. Die Freihandelsabkommen sind weit davon entfernt, rein „technische“ Natur zu sein, wie es Mitglieder der EU-Kommission gerne darstellen. Sie sind Bestandteil eines bestimmten Weltbildes: die Freihandelsdoktrin entpuppt sich als Strategie der Domination des globalen Südens durch den globalen Norden, welche eine Reihe von kritischen Wissenschaftlern mit dem Konzept des Neo-Kolonialismus in Verbindung bringen.

Wir danken allen denen, die dazu beigetragen haben, dass dieses Buch erscheinen konnte, insbesondere Professor Habib Mellakh von der Universität Manouba in Tunis für seine wertvollen Ratschläge bei der stilistischen Revision der französischen Beiträge. Unser Dank gilt außerdem dem Auswärtigen Amt und der Rosa Luxemburg Stiftung für ihre Unterstützung, und dem Programmteam in Tunis für sein Engagement.

| 17 →

Petra Dachtler

Mot de bienvenue*

La semaine prochaine verra le lancement officiel des négociations entre l’Union européenne et la Tunisie sur l’Accord de libre-échange complet et approfondi (ALECA) visant maintenant la libéralisation des services ainsi que la commercialisation des produits agricoles, et ce après l’exonération des produits industriels des droits de douane depuis 2008.

Tout en saluant l’ouverture de ces négociations afin d’avancer sur la voie de la libéralisation, nous nous rappelons d’ailleurs ce que la suppression des droits de douane et des obstacles non tarifaires aux échanges a apporté à l’Allemagne. Au départ, c’étaient le libre-échange et la création d’un marché intérieur européen qui formaient le cœur de l’intégration européenne. Derrière ce projet se cachait l’idée de créer un espace commun permettant l’échange libre et dépourvu de discrimination en Europe des marchandises d’abord et ensuite des services. L’idée était de surmonter les mécanismes protectionnistes des États au bénéfice des consommateurs et au profit d’une meilleure répartition du travail.

Au début, le projet a rencontré, bien sûr, des résistances en Europe et en Allemagne. Des producteurs craignaient une plus grande concurrence et une dilution des normes de qualité. Dans ce contexte, la loi sur la pureté de la bière en Allemagne a acquis une certaine notoriété. Les producteurs de bière allemands, en prescrivant les ingrédients de la bière, avaient cherché à empêcher l’accès d’autres sortes de bière au marché, aux mêmes conditions. Cependant, la Cour de justice de l’UE a décidé que chaque produit, légalement mis sur le marché d’un pays membre de l’UE, peut être commercialisé dans tous les autres pays membres. Par cette décision fondamentale et importante, la Cour a préparé le terrain pour la naissance d’un marché transfrontalier. Nous savons aujourd’hui que la peur des producteurs de bière allemands était pourtant infondée car la bière allemande jouit toujours d’une grande popularité. Mais, il appartient au consommateur de choisir le produit de son choix et non pas à l’État qui protège les producteurs nationaux à l’aide de décisions régulatrices. ← 17 | 18 →

L’accomplissement du marché intérieur en 1992 a apporté des bénéfices en termes de prospérité à presque tous les pays de l’UE, notamment aux petits pays membres de l’UE qui ont bénéficié d’une plus grande intégration, et pour l’Allemagne aussi, le bilan était positif.1

Summary

One year ago the negotiations between Tunisia and the European Union about a deep and comprehensive free trade agreement (DCFTA) had started in Tunis. Experts from both sides of the Mediterranean accepted to contribute to this book in order to foster the public debate in the North-African countries by informing actors of the civil society about the risks of this new generation of free trade agreements of the EU for the respective countries and their population. In fact, by analyzing the impact of the structural adjustment programs of the World Bank and the International Monetary Fund in Tunisia, Morocco and Algeria since the late 1980s followed up by the EU’s free trade policy, the authors seriously doubt about the positive effects on development and prosperity promised by the promotors of free trade. They underline, on the contrary, that it is the EU which profits from the asymmetric power-relations in order to pursue its economic and especially its security interests related to "illegal migration".
Publié un an après le début des négociations sur l’Accord de libre échange complet et approfondi (ALECA) entre la Tunisie et l’Union européenne, cet ouvrage veut contribuer au débat public dans les pays concernés et alerter les acteurs de la société civile sur les risques que comporte cette nouvelle génération des accords de libre-échange de l’UE. Les experts nord-africains et européens réunis pour débattre des enjeux de la politique économique de l’UE vis-à-vis des pays de l’Afrique du Nord mettent sérieusement en cause la promesse de développement et de prospérité du libre-échange. Analysant l’impact de cette politique entamée par la Banque mondiale et le FMI depuis les années 1980 en Tunisie, en Algérie et au Maroc et poursuivie par l’UE, ils soulignent au contraire que l’UE profite de l’asymétrie des relations de pouvoir pour poursuivre ses intérêts économiques et sécuritaires liés à la « migration illégale ».

Details

Pages
288
ISBN (PDF)
9782807602540
ISBN (ePUB)
9782807602557
ISBN (MOBI)
9782807602564
ISBN (Book)
9782807602533
Open Access
CC-BY-NC-ND
Language
English
Publication date
2017 (January)
Tags
Afrique du Nord Union européenne commerce libre-échange
Published
Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2017. 288 p., 21 fig., 5 tabl.

Biographical notes

Gisela Baumgratz (Volume editor) Khaled Chaabane (Volume editor) Werner Ruf (Volume editor) Wilfried Telkämper (Volume editor)

Gisela Baumgratz, Dr. phil., Fachbereich für Sozial- und Kulturwissenschaften, Hochschule Fulda, Deutschland. Khaled Chaabane, Dr. phil., Coordinateur du projet ‘Coopération Scientifique avec l’Afrique du Nord’ de la Foundation Rosa Luxemburg, Tunis, Tunisie. Werner Ruf, Professor emeritus für Politikwissenschaft, Universität Kassel, Deutschland. Wilfried Telkämper, Direktor, Zentrum für Internationalen Dialog und Zusammenarbeit, Rosa Luxemburg Stiftung, Berlin, Deutschland.

Previous

Title: Development by Free Trade? Développement à travers le libre-échange?