Chargement...

« Fol » et « Folie » en ancien français

Étude sémantique et stylistique

de Charles Brucker (Auteur)
©2017 Monographies 248 Pages

Résumé

Dans cet ouvrage, la richesse du champ sémantique de fol et de folie est abordée et analysée dans sa globalité et dans ses dimensions rhétoriques et stylistiques ; elle est, par ailleurs, éclairée par des examens statistiques. L’objectif principal de cette recherche est donc d’étudier l’évolution des emplois des termes qui relèvent du champ conceptuel de la folie en mettant en évidence le jeu des concurrences qui se font jour dans ce réseau lexical, mais aussi de montrer comment les termes ont pu être diversement intégrés dans les structures syntagmatiques et dans les habitudes rhétoriques et stylistiques. La naissance et le développement de la littérature courtoise enrichissent considérablement l’aire sémantique de fol en raison d’un nouveau jeu d’oppositions lexicales, qui fait son apparition au milieu du XIIe siècle : des termes tels que preu/cortois et vilain/coart entrent en contact avec fol. Le passage de l’ancien au moyen français s’accompagne d’une réflexion profonde sur la langue même et le renouvellement de la vision du monde suscite une nouvelle manière de s’exprimer.

Table des matières

  • Couverture
  • Titre
  • À propos de l’auteur
  • À propos du livre
  • Pour référencer cet eBook
  • Table des matières
  • Avant-propos
  • Abréviations et sigles
  • Introduction
  • Première partie : Fol
  • I. La première moitié du XIIe siècle
  • A. Les chansons de geste
  • B. La littérature morale et religieuse de la première moitié du XIIe siècle
  • C. Le genre historique : l’Estoire des Engleis par Geoffroi Gaimar
  • II. Naissance et apogée de la littérature courtoise (1150-1180)
  • A. Les romans antiques
  • B. La littérature historique : le Brut de Wace
  • C. Les premières manifestations de la matière de Bretagne dans le genre narratif
  • D. Chrétien de Troyes
  • E. Gautier d’Arras
  • F. Œuvres romanesques mineures
  • G. Le Roman d’Alexandre – version d’Alexandre de Paris
  • H. La littérature morale et religieuse de la période 1150-1180
  • I. La littérature bourgeoise
  • J. Les chansons de geste 1150-1180
  • Deuxième partie : Folie
  • I. La première moitié du XIIe siècle
  • A. Les chansons de geste
  • B. La littérature morale et religieuse de la première moitié du XIIe siècle
  • C. La littérature historique de la première moitié du XIIe siècle
  • II. La période courtoise : Naissance et apogée de la littérature courtoise (1150-1180)
  • A. Les romans antiques
  • B. La littérature historique
  • C. Les premières manifestations de la matière de Bretagne dans le genre narratif
  • D. Chrétien de Troyes
  • E. Gautier d’Arras
  • F. Piramus et Thisbé, Floire et Blancheflor et Le Roman d’Alexandre (version d’Alexandre de Paris)
  • G. Le Roman d’Alexandre (version d’Alexandre de Paris)
  • H. Littérature morale et religieuse et littérature bourgeoise
  • I. Les chansons de geste de la période 1150-1180
  • Troisième partie : Évolution ultérieure de Fol et de Folie
  • I. La fréquence
  • A. La fréquence de fol/folie au début du XIIIe siècle
  • B. La fréquence de fol/folie à travers le XIIIe siècle
  • C. Les grandes tendances de l’évolution de fol/folie
  • II. Le point de vue sémantique
  • A. Distribution des dominantes sémantiques
  • B. Adam de la Halle
  • C. Les romans en prose
  • D. Fol/folie dans l’esthétique médiévale
  • III. Comparaisons et perspectives diachroniques
  • A. Fol
  • B. Folie
  • C. Les concurrents de fol/folie
  • Conclusion générale
  • A. Différences entre fol et sage
  • B. L’universalisation de la folie
  • C. Le rôle des traducteurs et des traductions : la ville et l’université
  • D. Évaluation globale des emplois chez les auteurs et poètes
  • Bibliographie
  • Index chronologique des auteurs et des œuvres
  • Index des auteurs, des œuvres, des notions et des sémèmes

Charles Brucker

Fol et Folie en ancien français

Étude sémantique et stylistique

À propos de l’auteur

Charles BRUCKER est professeur émérite à l’Université de Lorraine (Campus Lettres Nancy). Il est agrégé de grammaire, docteur de Troisième Cycle et docteur d’État. Sa spécialité porte sur l’histoire du vocabulaire français et sur l’édition de textes inédits du moyen français, notamment de traductions du latin classique et médiéval. Il a enseigné l’histoire de la langue française et la linguistique comparée des langues romanes de 1966 à 2002 à Nancy.

À propos du livre

Dans cet ouvrage, la richesse du champ sémantique de fol et de folie est abordée et analysée dans sa globalité et dans ses dimensions rhétoriques et stylistiques ; elle est, par ailleurs, éclairée par des examens statistiques. L’objectif principal de cette recherche est donc d’étudier l’évolution des emplois des termes qui relèvent du champ conceptuel de la folie en mettant en évidence le jeu des concurrences qui se font jour dans ce réseau lexical, mais aussi de montrer comment les termes ont pu être diversement intégrés dans les structures syntagmatiques et dans les habitudes rhétoriques et stylistiques. La naissance et le développement de la littérature courtoise enrichissent considérablement l’aire sémantique de fol en raison d’un nouveau jeu d’oppositions lexicales, qui fait son apparition au milieu du XIIe siècle : des termes tels que preu/cortois et vilain/coart entrent en contact avec fol. Le passage de l’ancien au moyen français s’accompagne d’une réflexion profonde sur la langue même et le renouvellement de la vision du monde suscite une nouvelle manière de s’exprimer.

Pour référencer cet eBook

Afin de permettre le référencement du contenu de cet eBook, le début et la fin des pages correspondant à la version imprimée sont clairement marqués dans le fichier. Ces indications de changement de page sont placées à l’endroit exact où il y a un saut de page dans le livre ; un mot peut donc éventuellement être coupé.

Table des matières

Avant-propos

Abréviations et sigles

Introduction

Première partie
Fol

I. La première moitié du XIIe siècle

A. Les chansons de geste

B. La littérature morale et religieuse de la première moitié du XIIe siècle

C. Le genre historique : l’Estoire des Engleis par Geoffroi Gaimar

II. Naissance et apogée de la littérature courtoise (1150-1180)

A. Les romans antiques

B. La littérature historique : le Brut de Wace

C. Les premières manifestations de la matière de Bretagne dans le genre narratif

D. Chrétien de Troyes

E. Gautier d’Arras

F. Œuvres romanesques mineures

G. Le Roman d’Alexandre – version d’Alexandre de Paris

H. La littérature morale et religieuse de la période 1150-1180

I. La littérature bourgeoise

J. Les chansons de geste 1150-1180 ←7 | 8→

Deuxième partie
Folie

I. La première moitié du XIIe siècle

A. Les chansons de geste

B. La littérature morale et religieuse de la première moitié du XIIe siècle

C. La littérature historique de la première moitié du XIIe siècle

II.La période courtoise : Naissance et apogée de la littérature courtoise (1150-1180)

A. Les romans antiques

B. La littérature historique

C. Les premières manifestations de la matière de Bretagne dans le genre narratif

D. Chrétien de Troyes

E. Gautier d’Arras

F. Piramus et Thisbé, Floire et Blancheflor et le Roman d’Alexandre (version d’Alexandre de Paris)

G. Le Roman d’Alexandre (version d’Alexandre de Paris)

H. Littérature morale et religieuse et littérature bourgeoise

I. Les chansons de geste de la période 1150-1180

Troisième partie
Évolution ultérieure de Fol et de Folie

I. La fréquence

A. La fréquence de fol/folie au début du XIIIe siècle

B. La fréquence de fol/folie à travers le XIIIe siècle

C. Les grandes tendances de l’évolution de fol/folie

II. Le point de vue sémantique

A. Distribution des dominantes sémantiques

B. Adam de la Halle

C. Les romans en prose

D. Fol/folie dans l’esthétique médiévale

III. Comparaisons et perspectives diachroniques

A. Fol

B. Folie←8 | 9→

C. Les concurrents de fol/folie

Conclusion générale

A. Différences entre fol et sage

B. L’universalisation de la folie

C. Le rôle des traducteurs et des traductions : la ville et l’université

D. Évaluation globale des emplois chez les auteurs et poètes

Bibliographie

Index chronologique des auteurs et des œuvres

Index des auteurs, des œuvres, des notions et des sémèmes ←9 | 10→ ←10 | 11→

Avant-propos

En molt des paroles sunt folies.

Ki garde sa lange, garde sa vie.

Ki sa lange ne set tenir

En compaignie sei fet haïr.

(Nicole Bozon, Les Proverbes de bon enseignement)1

Tout ce qui relève de la folie et du non-respect de la norme, qui s’inscrit dans ce qui est raisonnable et qui relève de la Sagesse, perturbe la vie de tous les jours et, au Moyen Âge, et ce depuis les temps bibliques, pour ne pas sortir de la vision du monde qui a été longtemps celle de l’Europe occidentale et d’une partie du monde oriental, met en danger la vie même de l’individu. C’est bien ce que semble suggérer Nicole Bozon dans ses Proverbes, qui représentent assez bien la mentalité des hommes du Moyen Âge finissant ; il est marqué par une vision du monde réaliste et pessimiste, ce qui n’était pas toujours le cas de la littérature des XIIe et XIIIe siècles.

D’ailleurs, si une belle étude telle que celle d’Ulrich Ricken2, dédiée à l’examen de « savant » et « science » du XIIe au XVIIe siècle, n’évoque le terme de folie qu’à propos de Larivey, donc en fin d’examen et dans un contexte caricatural, aux côtés de docteur « maître, pédagogue » avec la connotation de « pédant »3, c’est que l’ouvrage en question est essentiellement axé sur des valeurs intellectuelles, alors que, vers la fin du XVIe siècle, fol et folie étendent une grande partie de leurs acceptions dans le registre moral4. Le terme de folie finit par désigner une vision du monde où tout ou presque tout est contestable et contesté. L’ère des certitudes, représentée par sage et sa famille, est révolue une fois pour toutes, lorsqu’on s’éloigne de sage et de son réseau.

Il est très rare que telle ou telle étude consacrée à l’examen du vocabulaire intellectuel de tel ou tel genre prenne en considération les valeurs stylistiques et rhétoriques de fol et de folie ; en général, la prise en compte de ces termes ne se justifie que par rapport aux emplois des←11 | 12→ réseaux positifs. Parmi les études concernant le champ de la « sagesse » et figurant dans la bibliographie de notre ouvrage portant sur sage et la sagesse médiévale5, seul le travail d’Irmgard Maierhofer6, et encore dans le domaine restreint des adjectifs, examine de façon quelque peu approfondie7 certains termes relevant de la partie négative du champ retenu dans le cadre de l’ancien français de l’époque courtoise.

La contestation impliquée dans ces termes concerne soit les valeurs intellectuelles, soit les valeurs morales. Aussi, tout au long de ce travail, sera-t-il question d’évaluer, selon les genres littéraires concernés, les proportions respectives des registres intellectuel et moral.

La méthode mise en œuvre ici est celle qui a guidé notre travail sur le réseau lexical de la « sagesse » médiévale et s’inspire, entre autres, des recherches d’Otto Duchaček et de Georges Lavis8. Ce sont les commentaires textuels qui, tout comme dans notre ouvrage précédent, permettent d’entrer dans les structures profondes du système sémiotique qui président à la composition des œuvres mentionnées et étudiées.

*

Les sources, les analyses et les commentaires concernant l’ancien français proprement dit ont été partiellement empruntés aux chapitres de notre thèse d’État non imprimés, augmentés considérablement tant par le dépouillement et l’examen de textes non pris en considération initialement que par le renouvellement des analyses.

←12 | 13→


1 Éd. A. C. Thorn, Lund-Leipzig, Gleerup, 1921, p. 42.

2 U. Ricken, « Gelehrter » und « Wissenschaft » im Französischen. Beiträge zu ihrer Bedeutungsgeschichte vom 12.-17. Jahrhundert, Berlin, Akademie-Verlag, 1961.

3 « En quelle faculté estes-vous passé docteur en toute folie ? » (Ancien Théâtre français, La Constance, VI, 233, éd. E. Viollet-Le-Duc, 1854-1857). Voir U. Ricken, p. 273.

4 Voir, par exemple, E. F. Rice, The Renaissance Idea of Wisdom, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1958, p. 163 : la « sagesse » devient « vertu ».

5 C. Brucker, Sage et Sagesse au Moyen Âge (XIIe et XIIIe siècle) – Étude historique, sémantique et stylistique, Genève, Droz, 1987 (Public. rom. et franç.), pp. 452 sqq.

6 I. Maierhofer, Das altfranzösische Adjektiv im Sinnbezirk des Denkens und Fühlens mit besonderer Berücksichtigung des höfischen Zeitalters, Diss., Erlangen, 1957, 200 p.

7 L’étude d’O. Schneider se contente essentiellement de répertorier les termes négatifs cham intellectuel dans les premiers textes de l’épopée espagnole et de l’épopée française : Das Feld intellektueller Begriffe und ihrer sprachlichen Wiedergabe in der Frühepik Spaniens und Frankreichs, Diss., Frankfurt-am-Main, 1955.

8 Voir Sage et Sagesse…, pp. 447 sqq. : O. Duchaček, « Analyse componentielle », in Travaux de linguistique et de littérature. Mélanges Paul Imbs, Strasbourg, 1973, pp. 25-36 ; G. Lavis, L’Expression de l’affectivité dans la poésie lyrique française du Moyen Âge (XIIe-XIIIe siècles) ; étude sémantique et stylistique du réseau lexical « joie/douleur », Paris, Belles Lettres, 1972. – Seuls certains points de vue de l’ouvrage de J. Trier ont pu être exploités : Der deutsche Wortschatz im Sinnbezirk des Verstandes. Die Geschichte eines sprachlichen Feldes (von den Anfängen bis zum Beginn des 13. Jahrhunderts), Heidelberg, 1931.

Résumé des informations

Pages
248
Année
2017
ISBN (PDF)
9782807604995
ISBN (ePUB)
9782807605008
ISBN (MOBI)
9782807605015
ISBN (Broché)
9782807604988
DOI
10.3726/b11681
Langue
Français
Date de parution
2017 (Août)
Published
Bruxelles, Bern, Berlin, Frankfurt am Main, New York, Oxford, Wien, 2017. 247 p., 41 tabl.

Notes biographiques

Charles Brucker (Auteur)

Charles Brucker est professeur émérite à l’Université de Lorraine (Campus Lettres Nancy). Il est agrégé de grammaire, docteur de Troisième Cycle et docteur d’État. Sa spécialité porte sur l’histoire du vocabulaire français et sur l’édition de textes inédits du moyen français, notamment de traductions du latin classique et médiéval. Il a enseigné l’histoire de la langue française et la linguistique comparée des langues romanes de 1966 à 2002 à Nancy.

Précédent

Titre: « Fol » et « Folie » en ancien français