Chargement...

La région au XXIe siècle

Perspectives de France et d’Europe

de Thomas Perrin (Auteur)
©2022 Monographies 292 Pages
Série: Action publique / Public Action, Volume 21

Résumé

La région, notion fondatrice de l’aménagement du territoire, est toujours pertinente et incontournable pour l’organisation socio-territoriale contemporaine. Cet ouvrage livre une vision actualisée de ces questions, avec une approche originale et inédite, à la fois interdisciplinaire et internationale. L’analyse combine plusieurs corpus et approches de la région – notamment francophone et anglophone, mais pas seulement – ce qui à ce jour reste peu fréquent. Ces apports théoriques sont croisés avec les données empiriques issues de plusieurs études de cas, en France et en Europe : région Occitanie nouvellement créée, eurorégions à la frontière nord-est de la France et macro-région de la Méditerranée occidentale. L’analyse permet ainsi de dégager plusieurs enseignements et de dresser des perspectives pour une reconsidération de la région et de l’aménagement régional, selon trois enjeux : la coopération, la complexité et l’incarnation.
Au moment où l’économie mondialisée semble en passe, dans certains secteurs tout au moins, de se « re-régionaliser » au sein d’ensembles tels que l’Union européenne et où, parallèlement, certaines réponses sociopolitiques semblent plus efficaces à des échelles alternatives à celle des États-nation, cet ouvrage permet de reconsidérer la région comme un sujet clé pour l’aménagement des territoires et le développement des sociétés, dans toutes ses dimensions : à la fois région-espace, région géohistorique, sociopolitique, économique ou culturelle.
L’ouvrage intéressera non seulement un public de spécialistes, de professionnels ou d’étudiants, mais aussi toute personne qui souhaite se mettre à jour d’un sujet essentiel pour les rapports entre sociétés et territoires.

Table des matières

  • Couverture
  • Titre
  • Copyright
  • À propos de l’auteur
  • À propos du livre
  • Pour référencer cet eBook
  • Sommaire
  • Introduction
  • Chapitre 1. La notion de région, entre inconstance et permanence
  • Chapitre 2. Les paramètres particuliers de la région en Europe
  • Chapitre 3. Penser et comprendre la région aujourd’hui
  • Chapitre 4. L’Occitanie en France : aménager une nouvelle région
  • Chapitre 5. Les eurorégions, ensembles régionaux en émergence
  • Chapitre 6. La macro-régionalisation en Méditerranée occidentale
  • Chapitre 7. Faire région en Europe, construire la région Europe
  • Conclusion
  • Bibliographie
  • Tables
  • Table des matières
  • Table des encadrés
  • Table des figures
  • Table des tableaux
  • Titres de la collection

←10 | 11→

Introduction

« Le problème de l’organisation régionale de l’espace est fondamental pour tous les groupements humains. Il est inséparable – comme les recherches récentes le soulignent – de deux autres questions : celle de l’organisation de la société elle-même, et celles de ses relations avec l’environnement » (Claval, 2016, p. 12).

La région est une notion capitale pour l’aménagement des territoires et pour le développement des sociétés, comme plusieurs travaux récents le confirment (Abels & Battke, 2019 ; Lingua & Balz, 2020 ; Harrison, Galland & Tewdwr-Jones, 2021 ; Purkarthofer, Humer & Mäntysalo, 2021 ; Neuman & Zonneveld, 2021 ; Perrin, 2022). Cet ouvrage poursuit et enrichit ces travaux par une analyse approfondie de la notion de région et de ses déclinaisons opérationnelles en Europe.

La région est ici envisagée comme une construction sociale, qui évolue en interaction permanente avec la société qui la conçoit et la met en œuvre (Frémont & Guermond, 2016 ; Perrin, 2017 ; Paasi, Harrison & Jones, 2018 ; Perrin & Seys, 2019, 2019b). L’analyse privilégie les allers-retours entre les outils théoriques et les données empiriques, afin de livrer une vision actualisée des ressorts et des produits d’une « fabrique régionale » en recomposition, selon différentes situations en Europe. Cette démarche constructiviste et pragmatique, entre pensée et action, entre théories et pratiques, correspond à une des fonctions de l’aménagement du territoire comme discipline « transactionnelle », qui lie la réflexion scientifique, la pratique politique et la mise en œuvre d’une action publique (Cordobes, Desjardins & Vanier, 2020)1.

L’ouvrage revient d’abord sur l’épistémologie de la notion de région et sur les caractéristiques de la région en Europe. À partir de cette revue épistémologique on élabore une synthèse des théories et des concepts qui permettent de penser la région aujourd’hui en Europe, auxquels correspondent, sur le terrain, des formes régionales que l’on identifie comme tendancielles. On ←11 | 12→éprouve ensuite l’analyse à travers différentes études de cas, à différentes échelles, ce qui permet, enfin, d’ouvrir des perspectives pour une reconsidération de la région en aménagement.

Épistémologie de la notion de région

L’évolution des approches et des travaux sur la région permet d’en saisir à la fois la complexité et la permanence dans le champ de l’aménagement, sur le plan tant conceptuel qu’instrumental. L’épistémologie proposée ici combine plusieurs corpus et approches de la région pour livrer une vision à la fois interdisciplinaire et internationale du sujet, ce qui à ce jour reste peu fréquent. Elle met également en lumière les interactions parfois contradictoires entre approche scientifique et construction sociopolitique des régions dans de nombreux États européens.

Si la région a été un concept fondateur et opératoire pour l’aménagement du territoire, ce même concept a aussi connu un certain oubli, si ce n’est une défaveur dans ce même champ interdisciplinaire, depuis une quarantaine d’années, en particulier en France face à des visions renouvelées – plus sociales, voire socioculturelles – du rapport des sociétés à l’espace et aux territoires. Ces approches ont fait des notions de lieu, de territoire, des concepts plus opérants que celui de région, alors même que la région devenait cantonnée à son signifié de « collectivité politique et administrative ».

Or en adoptant une vision internationale du sujet on constate que, à la différence du corpus francophone, la région prend un autre relief dans des travaux anglophones notamment, avec l’émergence d’une « nouvelle géographie régionale » dès les années 1980, puis avec les approches post-modernes et relationnelles de la « région-réseau » ou « multi-située », avancées par certains chercheurs depuis près de vingt ans. En Allemagne aussi la région reste un sujet structurant pour l’aménagement du territoire. La pertinence scientifique de la notion de région ressort également des apports de la science politique, de la sociologie ou encore des études culturelles, qui ont renouvelé le sujet et sa portée analytique, en parallèle notamment de l’institutionnalisation d’autorités dites régionales dans de nombreux pays européens.

Le rapport des acteurs sociaux à la région révèle ainsi de nombreuses contradictions. La notion a été en permanence contestée dans ses théorisations et dans ses applications, qu’il s’agisse de pointer les limites de la géographie régionale classique, de l’analyse régionale spatiale issue de (l’ancienne) Nouvelle Géographie, ou de l’approche néo-libérale appliquée au développement régional. La région est aussi un sujet contesté sur le plan sociopolitique, une contestation dont on observe aujourd’hui certains ←12 | 13→paroxysmes à l’œuvre dans plusieurs États qui comprennent des régions politiques fortement autonomisées, notamment en Europe de l’Ouest.

Constater l’évolution, la construction et la déconstruction permanente des concepts et théories des sciences humaines et sociales, ou celles des formes sociales et territoriales, pourrait presque relever de la tautologie. Mais l’étude de la région dépasse ce registre car, comme le montre l’épistémologie, le haut degré d’instabilité et de contestation de la notion va de concert avec une stabilité certaine en tant que concept et instrument clés de l’aménagement. Cette dialectique entre variabilité et permanence, tout comme la position scalaire intermédiaire, interstitielle, sont autant de caractéristiques qui donnent à la région toute sa praticité.

L’épistémologie amène également à forger le concept de « cooplexité » pour traduire la conjonction entre deux dynamiques caractéristiques des ensembles régionaux contemporains : d’une part, la complexité des configurations régionales possibles et des processus de gouvernance, d’autre part, la coopération entre acteurs et parties prenantes de tel ou tel ensemble (figure 5).

Par ailleurs, l’épistémologie confirme que c’est bien dans le champ de l’aménagement que les différentes significations et conceptions de la région se relient et s’articulent : l’aménagement régional recoupe et combine les aspects géographiques, historiques, économiques, politiques et culturels de la région.

La région en Europe : paramètres et perspectives

Analyser la région et l’aménagement régional en contexte européen induit des paramètres particuliers qu’il convient de prendre en compte. En effet, la région occupe une place spécifique dans la construction européenne, liée non seulement à des tendances mondiales – métropolisation, rééchelonnement des politiques publiques, néo-libéralisme économique – mais aussi à des particularités du fait régional européen. La région politique et culturelle est une maille importante dans l’organisation socio-territoriale de nombreux pays d’Europe. Par ailleurs, la recomposition et l’aménagement de régions à de nouvelles échelles – transfrontalières, transnationales – contribuent à la dynamique d’intégration sociale, économique et politique de l’Union européenne.

Sur le plan heuristique la perspective européenne permet ainsi de confirmer la plasticité de la maille régionale, entre les régions sub-étatiques internes aux États, les eurorégions transfrontalières ou transnationales, et la « grande » région Europe. Cela permet de dépasser le syndrome de complexité sémantique pour constater, d’une part que ces différentes formes régionales sont liées entre elles, d’autre part que cette plasticité donne à la ←13 | 14→région tout son intérêt au sein du champ de l’aménagement. Parallèlement, la construction européenne modifie les représentations, les références et les pratiques des politiques d’aménagement, à travers des dynamiques d’européanisation. Autant d’éléments qui donnent aux régions européennes des caractéristiques qui leur sont propres.

La région au XXIe siècle : caractéristiques et tendances

La revue épistémologique de la notion de région et l’identification des spécificités du contexte européen amènent à une synthèse des théories et des concepts qui permettent de définir et de penser la région européenne actuelle dans une situation de cooplexité, comme par exemple l’interterritorialité, la gouvernance coopérative, le rééchelonnement de l’État, le soft planning ou encore l’européanisation.

En tenant compte des apports du post-modernisme ou post-structuralisme, on relativise cet exercice de caractérisation : l’objectif n’est pas de fournir une hypothétique définition ultime ou essentialisée de la région, mais bien plutôt de proposer un cadre d’analyse générique et opérationnel pour penser et comprendre la région aujourd’hui.

Cet exercice de synthèse passe également par l’identification, sur le terrain, des formes régionales tendancielles qui correspondent à deux problématiques saillantes de l’aménagement régional contemporain : la constitution de régions à une échelle métropolitaine ou métro-régionalisation, la régionalisation à plus une échelle vaste, souvent transnationale, ou macro-régionalisation. Si ces tendances s’observent à l’échelle internationale, l’analyse se concentre ici sur l’espace européen, en particulier l’Europe de l’Ouest où plusieurs réformes territoriales et régionales ont été menées, à commencer par la France. La question macro-régionale est quant à elle abordée en lien direct avec le développement et l’aménagement du territoire de l’Union européenne, compte tenu des dispositifs mis en place à cette échelle, qui constituent autant de terrains d’expérimentation.

La région en action : illustration par le terrain

Plusieurs études de cas permettent d’éprouver les problématiques, les caractéristiques et les tendances identifiées concernant la région aujourd’hui en Europe. Les cas sont issus des deux macro-régions européennes : la Méditerranée occidentale d’une part, l’Europe du Nord-Ouest d’autre part. Ils ont été sélectionnés pour représenter différentes échelles et différents enjeux de l’aménagement régional : une nouvelle région française récemment fusionnée, l’Occitanie ; un ensemble de régions transfrontalières – ou ←14 | 15→eurorégions – au nord et à l’est de la France ; et la Méditerranée occidentale en tant que macro-région européenne.

L’analyse relève principalement d’une approche qualitative des processus socio-économiques et sociopolitiques à l’œuvre et des jeux d’acteurs qui concourent à la fabrique régionale et aux recompositions territoriales. Des données quantitatives viennent appuyer l’analyse des faits sociaux, pour enrichir la vision et la compréhension des cas étudiés. Ces études se basent sur des recherches menées depuis plus de dix ans, qui ont permis de rassembler et de traiter un ensemble de données issues d’observations directes de terrain, d’entretiens auprès d’acteurs, d’une revue de littérature et documentaire actualisée en continu. L’ouvrage permet d’en dégager les résultats les plus signifiants.

Ces terrains apportent une connaissance pratique de formes et de modalités contemporaines de régionalisation en Europe et de leurs effets en matière d’aménagement et de développement socio-territorial. Ils illustrent en particulier la dimension relationnelle et partenariale, multi-acteurs et multi-scalaire de l’aménagement régional. Ils confirment la situation de cooplexité évoqué précédemment, et amènent à développer une approche post-complexe de l’aménagement.

Vers une approche post-complexe de l’aménagement

Qu’il s’agisse de la mise en place de nouvelles régions en France, de la formation d’eurorégions à l’échelle transfrontalière ou des processus de macro-régionalisation, l’ouvrage démontre la fonction critique de l’aménagement du territoire comme réponse pragmatique et constructive pour ajuster, stabiliser et opérationnaliser les politiques territoriales dans des sociétés complexes et dans des situations de cooplexité régionale.

Appréhender la complexité est une étape essentielle pour relever les défis de l’aménagement du territoire contemporain (Roo, Yamu & Zuidema, 2020). Or, l’opérationnalisation de tels systèmes complexes appelle une approche renouvelée de l’aménagement du territoire, que l’on propose de dénommer « post-complexe ». Cette approche, qui s’appuie sur plusieurs travaux émergents dans différentes disciplines (Ang, 2011, Berthoz & Petit, 2014, Paasi, Harrison & Jones, 2018, Friedmann, 2019), souligne le besoin de réintroduire de la lisibilité et de la cohérence suite à la rupture conceptuelle post-moderniste et déconstructionniste, pour dépasser le constat de la complexité et lier théorie et pratique, science et action. La région est à la fois une notion et un terrain privilégiés pour exposer et montrer l’intérêt de cette vision renouvelée de l’aménagement. Au-delà des « pour et contre » tel ou tel découpage régional ou échelle d’action, et sachant que le périmètre parfait ou « l’optimum territorial » sont des mythes, l’approche ←15 | 16→post-complexe réside également dans la capacité de l’aménagement à délivrer un service adapté, lisible et efficace malgré le caractère évolutif et imparfait des ensembles territoriaux, a fortiori des ensembles régionaux.

Résumé des informations

Pages
292
Année
2022
ISBN (PDF)
9782807618046
ISBN (ePUB)
9782807618053
ISBN (MOBI)
9782807618060
ISBN (Broché)
9782807618039
DOI
10.3726/b19503
Langue
Français
Date de parution
2022 (Mai)
Published
Bruxelles, Berlin, Bern, New York, Oxford, Warszawa, Wien, 2022. 292 p., 32 ill. en couleurs, 28 ill. n/b, 22 tabl.

Notes biographiques

Thomas Perrin (Auteur)

Thomas Perrin est maître de conférences HDR en aménagement, sciences humaines et sociales à l'école nationale supérieure d'architecture de Montpellier et au laboratoire TVES de l’université de Lille. Il travaille sur les régions, l'aménagement régional et la coopération territoriale d'une part, et sur les politiques et relations culturelles d'autre part, notamment en Europe.

Précédent

Titre: La région au XXIe siècle