Chargement...

Les fibres textiles entre synchronie et diachronie : études terminologiques

de Klara Dankova (Auteur)
©2023 Monographies 288 Pages
Série: Linguistic Insights, Volume 296

Résumé

La présente étude vise à reconstruire l'évolution de la terminologie des fibres textiles en français à partir du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours, avec une attention particulière à la néologie dans le domaine des fibres chimiques. La recherche s’inscrit dans le cadre théorique des études de terminologie diachronique menées depuis les années 2010 en Italie dans le but d’approfondir la relation entre l’évolution de la terminologie et le développement technique, scientifique et culturel. L’approche adoptée permet de retracer l'évolution linguistique et conceptuelle du domaine, ainsi que d’obtenir des informations intéressantes sur l'évolution sociétale et culturelle. Ses applications se trouvent également dans le domaine de l'histoire des sciences, des techniques et de la société.

Table des matières

  • Couverture
  • Titre
  • Copyright
  • À propos de l’auteur
  • À propos du livre
  • Pour référencer cet eBook
  • Table des matières
  • Liste des abréviations
  • Introduction
  • 1. Le cadre théorique de référence : la terminologie diachronique
  • 1.1 Les vocabulaires spécialisés : des études lexicologiques
  • 1.2 Le développement des études de terminologie diachronique
  • 1.3 Les études de terminologie diachronique : le projet TERM-DIACHRO
  • 1.3.1 Le développement des terminologies techniques et le discours de la science (XVe–XVIIIe siècles)
  • 1.3.2 La systématisation de l’approche des études en terminologie diachronique
  • 1.3.3 Les principales pistes de recherche
  • 1.3.3.1 Le traitement terminologique, la transmission des savoirs et la métaterminologie
  • 1.3.3.2 L’évolution de formes et de sens dans les vocabulaires et la lexicographie spécialisée
  • 1.3.3.3 La néologie terminologique en perspective diachronique
  • 1.3.3.4 L’étude de l’évolution terminologique au cours d’une période déterminée d’un domaine ou d’un sous-domaine spécialisé
  • 1.3.4 Observations conclusives
  • 2. Les études sur les fibres textiles au cours des siècles XVIIIe et XIXe
  • 2.1 Les ouvrages des siècles XVIIIe et XIXe
  • 2.2 Évolution des définitions : fil, lin, abaca
  • 2.2.1 Analyse des définitions – récapitulation
  • 2.3 Les fibres textiles aux XVIIIe et XIXe siècles : études et terminologie
  • 3. Les études sur les fibres textiles au cours des siècles XXe et XXI
  • 3.1 Les ouvrages des siècles XXe et XXIe
  • 3.2 Évolution des définitions : fil, fibre, lin, abaca
  • 3.2.1 Analyse des définitions – récapitulation
  • 3.2.2 Évolution des définitions de fil, fibre, lin, abaca du XVIIIe siècle à nos jours : observations conclusives
  • 3.3 Les fibres textiles aux XXe et XXIe siècles : études et terminologie
  • 4. L’organisation conceptuelle du domaine des fibres textiles et son évolution
  • 4.1 Analyse des sources documentaires
  • 4.2 Les représentations conceptuelles en terminologie
  • 4.3 L’organisation conceptuelle du domaine
  • 4.3.1 L’organisation de la filière textile
  • 4.3.2 L’évolution conceptuelle du domaine des fibres textiles
  • 4.3.2.1 Les fibres textiles avant 1884 : fibres naturelles
  • 4.3.2.2 Les fibres textiles après 1884 : apparition de fibres artificielles
  • 4.3.2.3 Depuis la fin des années 1930 : production de fibres synthétiques et de nouvelles fibres inorganiques
  • 4.3.2.4 Depuis les années 1970 jusqu’à présent : utilisation des « fibres spéciales »
  • 4.3.2.5 Observations conclusives
  • 4.3.3 L’évolution du sens des termes : fibre
  • 4.3.3.1 Étymologie du terme et développement de nouveaux sens
  • 4.3.3.2 Fibre dans les dictionnaires de langue
  • 4.3.3.3 Fibre dans le domaine textile
  • 4.3.3.4 Observations conclusives
  • 4.3.4 L’évolution du sens des termes : artificiel
  • 4.3.4.1 Étymologie du terme et développement de nouveaux sens
  • 4.3.4.2 Artificiel dans les dictionnaires de langue
  • 4.3.4.3 Artificiel dans le domaine textile
  • 4.3.4.4 Observations conclusives
  • 5. Les dénominations des fibres chimiques. Analyse linguistico-terminologique
  • 5.1 Enquête terminologique proposée
  • 5.1.1 L’établissement du corpus pour l’extraction terminologique
  • 5.1.2 Les résultats de l’extraction manuelle et leur enrichissement
  • 5.1.2.1 La structure des termes : point de vue conceptuel et fonctionnel
  • 5.1.3 Les possibilités de l’extraction semi-automatique par rapport à la terminologie des fibres textiles
  • 5.1.4 Méthodologie du traitement terminologique
  • 5.1.4.1 Proposition d’un nouveau traitement terminologique en vue de la création d’une ressource numérique
  • 5.2 Extrait du Glossaire des fibres chimiques FR/IT/EN
  • 5.3 La création néologique dans le domaine des fibres textiles chimiques
  • 5.3.1 Les noms génériques
  • 5.3.1.1 Les matrices morphosémantiques
  • 5.3.1.1.1 La composition
  • 5.3.1.1.2 L’affixation
  • 5.3.1.2 Les matrices syntactico-sémantiques
  • 5.3.1.2.1 Changement de sens : métonymie et métaphore
  • 5.3.1.2.2 Changement de fonction : conversion
  • 5.3.1.3 La matrice externe : emprunt
  • 5.3.1.4 La création spécialisée
  • 5.3.1.5 L’origine inconnue
  • 5.3.2 Les noms de marque
  • 5.3.2.1 Quelques considérations théoriques
  • 5.3.2.2 L’analyse des noms de marque
  • 5.3.3 La présence des termes dans les dictionnaires de langue
  • 5.3.4 Observations conclusives
  • Conclusion
  • Liste des termes des fibres chimiques (chapitre 5)
  • Liste des tableaux
  • Liste des figures
  • Références bibliographiques
  • Index des notions
  • Titres de la collection

←10 | 11→

Introduction

Née du besoin de l’homme de se protéger contre les intempéries, la production de fibres textiles est l’une des activités artisanales les plus anciennes au monde. Pendant plusieurs siècles, les hommes ne faisaient que recueillir des matières déjà disponibles à l’état de fibres dans la nature, telles que le lin ou la laine. Dans ce panorama, l’invention des fibres manufacturées ou chimiques à la fin du XIXe siècle représente une véritable révolution : pour la première fois, les matières textiles sont fabriquées à partir des ressources naturelles, telles que la cellulose, qui n’ont pas de structure fibreuse, et qui sont, par conséquent, plus facilement accessibles, que ce soit en termes de prix ou de quantité. Grâce au progrès technologique et scientifique dans la deuxième moitié du XXe siècle, les fibres chimiques sont devenues des matières incontournables non seulement dans la production textile, mais aussi dans d’autres secteurs industriels, parmi lesquels le médical, le bâtiment et l’agriculture. Ces dernières années, la prise de conscience de l’impact négatif de l’industrie textile sur l’environnement – notamment pour ce qui est de la consommation d’eau, de pesticides et d’autres substances chimiques, d’énergie et de ressources non renouvelables – a conduit à une restructuration progressive du secteur ainsi qu’au développement de nouvelles fibres aux procédés de fabrication plus éco-responsables. Dans ce contexte, une étude diachronique des termes et des concepts du domaine avec une attention portée aux dynamiques qui sont à la base de la création terminologique s’avère être un premier pas vers une clarté définitoire et la compréhension des phénomènes actuels relatifs à la terminologie des fibres textiles.

Cette étude s’insère dans la lignée tracée par les travaux en terminologie diachronique. Son objectif principal est celui de reconstruire l’évolution de la terminologie des fibres textiles en français à partir du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours, en mettant en évidence le lien avec le ←11 | 12→développement technologique et le contexte socioéconomique. Cette longue fenêtre temporelle a été envisagée, car elle permet de saisir l’évolution générale du domaine, qui, jusqu’à la mise au point des fibres chimiques à la fin du XIXe siècle, paraît plutôt statique. Notre deuxième objectif est celui d’effectuer une analyse linguistico-terminologique d’un ensemble de termes désignant des fibres chimiques, en nous concentrant sur les procédés de formation néologique. Les données recueillies sont présentées de manière systématique dans le Glossaire des fibres chimiques : fournissant, entre autres, des équivalents en italien et en anglais, il se veut un outil pratique pour des experts du domaine, des dirigeants marketing, des traducteurs techniques et des consommateurs responsables.

Après la description du cadre théorique dans lequel l’étude a été réalisée, nous présentons notre parcours terminologique qui s’articule en trois phases :

1)l’étude des informations sur les fibres textiles dans des ouvrages significatifs sur le sujet publiés à partir du XVIIIe siècle ;

2)la reconstruction de l’organisation conceptuelle du domaine et de son évolution ;

3)l’analyse linguistico-terminologique des termes désignant des fibres chimiques.

Dans le premier chapitre, nous présentons les études de l’histoire des vocabulaires spécialisés telles qu’elles se sont développées au XXe siècle en France, car celles-ci constituent un point de départ pour le développement d’une approche diachronique en terminologie. Nous nous attarderons, ensuite, sur les études de terminologie diachronique dans le contexte francophone, en retraçant, dans ses grandes lignes, leur évolution. La partie centrale du chapitre est consacrée aux aspects méthodologiques de l’approche de terminologie diachronique : la description des premières études concernant l’évolution des vocabulaires spécialisés est suivie d’un aperçu des principes méthodologiques désormais consolidés, visant à rendre compte des changements terminologiques, en tenant compte de l’évolution technologique et socioculturelle. La partie suivante approfondit les principales pistes de recherche, en fournissant des exemples concrets d’études menées depuis les années 2010.

←12 | 13→Dans les chapitres deux et trois, nous proposons une analyse des informations sur les fibres textiles fournies dans des études significatives sur le sujet, publiées aux XVIIIe et XIXe siècles et depuis le début du XXe siècle jusqu’à nos jours. Pour ce faire, nous avons consulté un corpus de sources documentaires hétérogènes, contenant, entre autres, des ouvrages lexicographiques et encyclopédiques et des manuels techniques, dans le but d’observer comment les fibres ont été étudiées dans les deux périodes considérées. Combinant l’approche onomasiologique avec la démarche sémasiologique, nous avons étudié les fibres textiles, notamment en ce qui concerne leur classification et leurs dénominations. Après une description succincte des ouvrages étudiés, nous présentons une analyse détaillée d’une série de termes clés du domaine – fibre et /ou fil, lin et abaca – ce qui nous permet, d’une part, de rendre compte de la tradition concernant la rédaction de définitions dans le passé, et, d’autre part, d’observer l’évolution des connaissances dans ce domaine spécialisé. Dans la partie finale des chapitres, nous résumons nos remarques sur le traitement des fibres textiles dans les études consultées aussi bien que sur les caractéristiques principales de leurs dénominations.

Le quatrième chapitre a pour objet l’organisation conceptuelle du domaine des fibres textiles et son évolution. Dans la partie introductive, les principales sources d’informations sur les fibres textiles sont analysées, suivies d’une note explicative relative aux représentations conceptuelles en terminologie. Dans la partie suivante, l’organisation conceptuelle du domaine est présentée : les fibres sont décrites dans le contexte de l’industrie textile et, ensuite, l’évolution du domaine est retracée en prenant comme points d’appui les inventions qui l’ont transformé de manière radicale, à savoir les fibres artificielles (la fin du XIXe siècle), synthétiques (la fin des années 1930) et « spéciales » (depuis les années 1970). L’évolution du domaine est illustrée également en analysant le changement du sens des termes fibre et artificiel.

Le dernier chapitre porte sur l’analyse linguistico-terminologique d’un ensemble de termes désignant des fibres chimiques en français. Nous présentons l’enquête terminologique effectuée, en nous concentrant sur ses objectifs, l’établissement du corpus utilisé pour l’extraction terminologique, les résultats de l’extraction – avec une attention particulière aux possibilités d’une extraction semi-automatique – et ←13 | 14→la méthodologie du traitement terminologique. La partie suivante est constituée d’un extrait du Glossaire des fibres chimiques FR/IT/EN rassemblant des informations sur les fibres artificielles. Cette catégorie a été choisie par son intérêt écologique : même si à des degrés différents, les fibres artificielles s’avèrent, en général, plus respectueuses de l’environnement, car leur production se base sur une transformation chimique des matières d’origine naturelle et renouvelable. Les résultats de l’analyse linguistico-terminologique portant sur les procédés de formation des noms génériques, la création et l’emploi des noms de marque et l’enregistrement des termes dans les dictionnaires de langue sont présentés et commentés dans la partie finale du chapitre.

←14 | 15→

1. Le cadre théorique de référence : la terminologie diachronique

L’histoire des termes a fait l’objet d’études très avancées depuis longtemps dans tous les domaines scientifiques et dans les études linguistiques, lexicologiques et lexicographiques. Les études terminologiques mettent en valeur l’approche linguistique et approfondissent de manière systématique l’étude des concepts auxquels les termes renvoient ainsi que leur contexte discursif, textuel, culturel. Combinant ainsi enquête linguistique et analyse conceptuelle – en dimension synchronique et/ou diachronique –, la recherche terminologique permet de reconstruire des réseaux conceptuels d’un domaine dans leur évolution, offrant un accès privilégié à l’histoire de la langue aussi bien qu’à celle de la société en général (Rey in Zanola 2014 : 9).

L’étude développée autour de la terminologie des fibres textiles s’insère dans la lignée tracée par les études en terminologie diachronique (Zanola 2021a : 13). Nous présenterons la filière d’études lexicologiques de type historique mettant en évidence leur influence sur la néologie terminologique (§ 1.1), pour passer ensuite à la description du développement des études de terminologie diachronique dans le contexte francophone et à leur contribution aux études terminologiques (§ 1.2). Le troisième sous-chapitre (§ 1.3) est consacré à l’illustration du projet TERM-DIACHRO, afin de comprendre les fondements de notre recherche : après la description des études de l’évolution des vocabulaires spécialisés relevant d’une phase préparatoire (§ 1.3.1), nous nous concentrerons sur la présentation des bases méthodologiques (§ 1.3.2) ainsi que sur la description des principales pistes de recherche (§ 1.3.3), visant à saisir les changements linguistiques les plus significatifs marquant l’évolution linguistique et à la fois technologique et culturelle.

←15 | 16→

1.1 Les vocabulaires spécialisés : des études lexicologiques

Parmi les travaux lexicologiques sur le développement des vocabulaires spécialisés, ceux de Brunot tiennent une place importante : il a mis en lumière des aspects spécifiques de l’évolution linguistique dans plusieurs domaines de spécialité – parmi lesquels la politique, l’économie politique, la chimie et les sciences naturelles –, en prêtant attention à l’influence que ces lexiques spécialisés ont exercée sur l’évolution sociétale et culturelle. L’intérêt de cette approche est argumenté par l’auteur relativement à la langue technique et scientifique du XVIIIe siècle (Zanola 2014 : 25–26) :

Ce qui me semble importer en effet, c’est de montrer le lien entre le développement de la pensée et le développement du vocabulaire, de laisser voir le travail simultané par lequel se créaient les idées nouvelles et les mots qui devaient leur servir d’expression (Brunot 1930, t. VI/1 : VIII).

Pour ce faire, Brunot insiste sur la nécessité d’une étude systématique du contexte extralinguistique – notamment social, économique et historique – dans lequel ces changements linguistiques se sont produits. Cet impératif des connaissances extralinguistiques ainsi que l’importance accordée au dépouillement d’un riche corpus documentaire ont ébauché les traces d’un modèle de travail, de grand intérêt pour des enquêtes terminologiques (Zanola 2014 : 30–31).

L’histoire des vocabulaires spécialisés a été poursuivie dans une optique lexicologique à partir des années 1950 par un groupe de chercheurs français constituant une école qui peut être considérée comme un « précurseur direct de la terminologie historique » (Humbley 2018 : 207). Dans leurs travaux, ils ont examiné, entre autres, le vocabulaire des chemins de fer (Wexler 1950), le lexique de la mode (Matoré 1951), le vocabulaire médical (Quemada 1955), celui de l’aviation (Guilbert 1965) et de l’astronautique (Guilbert 1967) (Humbley 2011 : 51). Se focalisant sur la constitution des vocabulaires spécialisés, et donc sur l’apparition de nouveautés lexicales, ces recherches ont joué un rôle central dans le développement des études de néologie. Brunot ainsi que Matoré (1953) ont analysé les relations entre des événements importants dans la société et l’apparition de néologismes, en observant ←16 | 17→comment l’appréciation de ceux-ci varie dans le temps : l’examen des attitudes de la société envers les néologismes leur a permis d’obtenir des informations nécessaires pour comprendre et retracer l’évolution du mode de pensée (Sablayrolles 2000 : 68). L’idée de Brunot, selon laquelle les mots peuvent être considérés comme « témoins de l’histoire », a été développée par Matoré : selon ce dernier, les mots expriment plutôt la conscience que les hommes ont des choses et constituent ainsi « le reflet d’un état de société » (Matoré 1952 : 89–90). Partageant cette conception et l’appliquant à la langue technique, Lerat (2016 : 66–67) parle plus tard des « mots témoins », c’est-à-dire des termes qui véhiculent des traces des changements importants dans la société, tels que des innovations techniques.

Parmi les membres de cette école française de lexicologie, une place particulière doit être faite à Guilbert, car ses études ont contribué de manière significative à la formulation d’une théorie de la néologie dans les langues spécialisées. À partir de ses observations concernant l’apparition de nouveaux termes, Guilbert a proposé de distinguer la néologie « terminologique » ou « dénominative » de la néologie spontanée : à la différence de celle-ci, typique de la langue générale, la création de nouveaux termes n’est pas due avant tout au système de la langue, mais elle est « prédéterminée par une situation extralinguistique » (Humbley 2018 : 96). D’autres chercheurs, tels que Guespin, ont ensuite poursuivi ces études, en explorant des facteurs sociaux qui influencent la création de nouveaux termes (Humbley 2018 : 96).

Résumé des informations

Pages
288
Année
2023
ISBN (PDF)
9783034346498
ISBN (ePUB)
9783034346504
ISBN (Relié)
9783034345873
DOI
10.3726/b20322
Langue
Français
Date de parution
2023 (Février)
Published
Bern, Berlin, Bruxelles, New York, Oxford, Warszawa, Wien, 2023. 288 p., 7 ill. n/b, 35 tabl.

Notes biographiques

Klara Dankova (Auteur)

Klara Dankova est docteure en Sciences linguistiques et littératures étrangères à l’Università Cattolica del Sacro Cuore de Milan. Ses intérêts de recherche concernent principalement la terminologie et la lexicographie dans une perspective synchronique aussi bien que diachronique. Dans ses recherches, elle s’intéresse notamment à la terminologie du domaine textile.

Précédent

Titre: Les fibres textiles entre synchronie et diachronie : études terminologiques
book preview page numper 1
book preview page numper 2
book preview page numper 3
book preview page numper 4
book preview page numper 5
book preview page numper 6
book preview page numper 7
book preview page numper 8
book preview page numper 9
book preview page numper 10
book preview page numper 11
book preview page numper 12
book preview page numper 13
book preview page numper 14
book preview page numper 15
book preview page numper 16
book preview page numper 17
book preview page numper 18
book preview page numper 19
book preview page numper 20
book preview page numper 21
book preview page numper 22
book preview page numper 23
book preview page numper 24
book preview page numper 25
book preview page numper 26
book preview page numper 27
book preview page numper 28
book preview page numper 29
book preview page numper 30
book preview page numper 31
book preview page numper 32
book preview page numper 33
book preview page numper 34
book preview page numper 35
book preview page numper 36
book preview page numper 37
book preview page numper 38
book preview page numper 39
book preview page numper 40
290 pages