Show Less
Restricted access

Les enseignes traditionnelles, partie intégrante du patrimoine culturel immatériel de Pékin

Lili Du

Depuis son adoption de la « Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel » en 2003, la Chine a lancé au niveau national, le répertoire de son patrimoine culturel immatériel, et a élaboré, mis en action des mesures pour sa sauvegarde. Pékin, ancienne capitale des cinq dynasties, possède une source abondante du patrimoine culturel immatériel. Les vieilles enseignes pékinoises représentent un vecteur particulier du patrimoine oral, l’art de la dénomination, l’art de l’enseigne, la culture traditionnelle à travers le Confucianisme ainsi que des savoir-faire. Cependant, par rapport à la valorisation économique, la valorisation culturelle de ces entreprises a été longtemps négligée. En recourant à la formulation du patrimoine culturel immatériel, le présent travail a voulu explorer et étudier la pluralité du patrimoine immatériel des vieilles enseignes pékinoises, afin de montrer son enjeu dans le développement et la pérennité de ces enseignes ainsi que pour la préservation de la culture locale de Pékin.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre Six : L’art de l’enseigne des vieux commerces pékinois

Extract

Chapitre Six

L’art de l’enseigne des vieux commerces pékinois

La main réalise ce que lui dicte le cœur.

– Lao Tseu1

Lorsqu’à une enseigne était attribué un nom soigneusement choisi, sous quelle forme ce nom se présentait-il dans l’ancien temps ? Le bouche à oreille était sûrement inévitable et même très efficace à une époque dépourvue des moyens de communication modernes dont nous disposons aujourd’hui. Pour un établissement nouvellement fondé, selon la tradition chinoise, son nom s’inscrira sur une enseigne qui sera accrochée par la suite en haut au centre de la porte d’entrée. Malgré l’ancienneté de cette tradition, l’accrochage d’une enseigne sur laquelle le nom d’une construction est calligraphié reste encore très présent dans la société actuelle. Au cours de plusieurs siècles d’évolution, l’enseigne est devenue un élément indispensable dans l’architecture traditionnelle chinoise. Manuellement conçue, elle surplombe le palais royal, la résidence princière, le jardin de mandarins, le bureau de lettrés, les temples, les rues, les boutiques… Bref, elle se trouve dans les espaces tant publics que privés. En ce qui concerne les vieux commerces pékinois, elle a joué dans un premier temps un rôle principal à titre publicitaire. Aujourd’hui, c’est un emblème culturel non seulement des commerces en question mais aussi de la ville de Pékin. C’est un musée à la portée quotidienne des habitants, nous offrant←147...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.