Show Less
Restricted access

Les sociologues chinois de la première moitié du XXème siècle

Traduit par Sun Xuefen

Peilin Li, Jingdong Qu and Yabin Yang

La Chine de la première moitié du 20ème siècle a connu de nombreux bouleversements dont la fin des dynasties, les mouvements pour la république, les Seigneurs de guerre, de multiples invasions … Elle a aussi vu son milieu culturel et académique s’épanouir. Pendant cette période, la sociologie chinoise contemporaine a pris forme, s’est développée, et a exercé une influence non négligeable dans le monde intellectuel. La variété des approches et la qualité des recherches en sociologie ont atteint un niveau remarquable. Les travaux réalisés durant cette période constituent un héritage précieux et une base solide et incontournable pour les recherches contemporaines en la matière. Après l’arrêt de toute recherche sociologique pendant presque 30 ans (les années 50–80), il est important et intéressant de faire connaître les chercheurs qui ont bâti la sociologie chinoise d’aujourd’hui, ainsi que leurs travaux, aux étudiants et chercheurs de nos jours.

Show Summary Details
Restricted access

1 La sociologie basée sur la conception matérialiste de l’histoire

Extract

1 La sociologie basée sur la conception matérialiste de l’histoire

I. LI Dazhao et la sociologie basée sur la conception matérialiste de l’histoire

1. Vie et ouvrages

LI Dazhao (1889–1927), dont le deuxième prénom était Shouchang, est né à Leting dans la province du Hebei. Pionnier du mouvement communiste chinois, révolutionnaire et théoricien du marxisme, il fut aussi un professeur renommé.

LI Dazhao commença ses études à l’âge de sept ans à l’école primaire de son village et entra au Collège Yong Ping Fu en 1905, avant d’être admis à l’École Beiyang du Droit et de la Politique.1 Témoin dans sa jeunesse de la Chine noire et corrompue, humiliée par l’invasion des pays impérialistes, LI Dazhao se donna ←7 | 8→ pour vocation de trouver une solution pour la patrie en souffrance. En 1913, il partit étudier la politique au sein de l’Université Waseda de Tokyo, où il fut en contact avec la pensée socialiste pour la première fois. Après que le Japon ait fait les Vingt et Une Demandes2 au Gouvernement Yuan Shikai, il publia un télégramme intitulé « Avertissement à tous mes compatriotes », par lequel il appela à la résistance avec « la détermination du désespoir et la volonté de lutter jusqu’à la mort ».

Rentré en Chine en 1916, LI devint un élément actif du Mouvement de la nouvelle culture,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.