Show Less
Restricted access

L’anglais en France

Attitudes et représentations des blogueurs francophones

Kathleen Shields

Ce volume présente la première étude qualitative de blogs français portant sur la langue anglaise. Basé sur un corpus d’articles affichés durant les années 2011 et 2012, il tient compte également de débats ayant eu lieu entre 2005 et 2015 dans les domaines de la formation, de la publicité et du cinéma. Les textes analysés vont au-delà du stéréotype bipolaire de l’anglais perçu comme menace ou, au contraire, comme atout indispensable qu’il faut adopter à tout prix. Si l’anglais est inévitable à l’heure de la mondialisation, pourquoi suscite-t-il des représentations parfois polémiques, des évaluations subjectives, des descriptions et théories diverses de la part des blogueurs ? Globish, outil, langue de culture, langue facile ou difficile, sont autant d’aspects de l’anglais abordés ici qui provoquent des expressions de sentiment linguistique ainsi que des représentations originales modifiant les idées préconçues. Les blogueurs diffèrent des experts linguistes qui occupent une place importante sur la scène publique. Pragmatiques, indifférents, nationalistes, neutres, joueurs, créatifs, passionnés par le savoir, ces savants amateurs démontrent qu’ils considèrent la connaissance des langues comme une ressource que chaque utilisateur peut adapter à ses besoins. Tout lecteur curieux de découvrir le développement de réflexions sur cette langue majeure trouvera ici une analyse originale qui touche au cadre plus large du contact des langues.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 5: Les linguistes sur la scène publique : Henriette Walter, Claude Hagège et Louis-Jean Calvet

Extract

| 109 →

CHAPITRE 5

Les linguistes sur la scène publique : Henriette Walter, Claude Hagège et Louis-Jean Calvet

Dans ce chapitre je me propose de considérer les évaluations de l’anglais que font les experts linguistes quand ils écrivent des ouvrages destinés au grand public. En matière d’évaluations subjectives, et de descriptions métalinguistiques et épilinguistiques, il se trouve que ces écrits d’experts ont des points en commun avec ceux des blogueurs. Ainsi les remarques des professionnels, les linguistes citoyens, rejoignent celles des citoyens linguistes, les amateurs, sur un terrain du milieu. Il existe en outre des différences notables entre ces deux types d’auteur qui permettent de mieux éclaircir les écrits des blogueurs. Toutefois, de manière globale il s’agit de deux versants du même sujet : les représentations de l’anglais et les attitudes qui s’en dégagent, la seule différence étant la distinction entre spécialistes et non-spécialistes.

Dans quelle mesure les experts et les amateurs diffèrent-ils en matière de savoir pratique et de science ? (Paveau 2008a : 3–4). Les écrits ordinaires des linguistes et ceux des blogueurs se rencontrent au milieu du continuum d’expertise que propose Patrice Flichy pour décrire le partage de savoirs sur Internet (2010). L’idée de différences « scalaires » entre linguistes spécialistes et « ordinaires » (Paveau 2008a : 4) permet d’avancer l’hypothèse que les experts, autant que les blogueurs, sont portés à faire des évaluations subjectives...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.