Show Less
Restricted access

L’Eclat du voyage

Blaise Cendrars, Victor Segalen, Albert Londres

Series:

Mathilde Poizat-Amar

Que se joue-t-il entre le voyage et la littérature au début du XXe siècle ? Cet ouvrage se penche sur les œuvres de Blaise Cendrars, de Victor Segalen et d’Albert Londres pour comprendre comment s’articulent le voyage et son écriture autour du motif de l’éclat. Dans ces trois œuvres, le lien entre soi, le monde et l’autre est profondément remis en question dès qu’il est question de voyage. L’écriture elle-même a tendance à sortir des sentiers battus et menace d’éclatement certaines classifications narratives, linguistiques, génériques et poétiques. Plus encore, les textes étudiés obligent le critique qui veut les suivre à tracer une trajectoire qui lui est propre afin d’étudier de près les directions prises par ces textes en perpétuelle partance. Ce livre propose de s’engager dans cette trajectoire critique et, tout en cheminant, montre la nécessité de penser conjointement voyage et éclatement, voyage et littérature, et suggère une nouvelle lecture des textes considérés.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 1: L’éclat du voyage en théorie : tensions, ruptures, éclatements

Extract

← 4 | 5 →

CHAPITRE 1

L’éclat du voyage en théorie : tensions, ruptures, éclatements

Approcher les récits de voyage de ces trois auteurs pose, d’emblée, quelques questions fondamentales : comment se représente-t-on le voyageur et ses errances au début du vingtième siècle ? Vers où se dirige, à cette époque, le genre du récit de voyage ? Comment approcher ces récits de voyage plus d’un siècle après leur rédaction ? Chacune de ses questions nous pousse à adopter une posture critique singulière pour y répondre. La première question, qui porte sur les représentations du voyageur, nous invite à étudier les textes sous un angle philologique (à examiner les œuvres en interrogeant leurs contextes), et à les penser sur le plan de l’histoire littéraire. La seconde question, portant sur le genre du récit de voyage, nous dirige cette fois vers une étude générique et structuraliste (ou post-structuraliste) des œuvres : il s’agirait alors d’établir, dans le tissu même des textes, un réseau structurant de signes nous permettant, si possible, de définir un genre du récit de voyage et d’examiner son évolution dans l’espace et dans le temps. La troisième question, d’ordre métacritique, autorise enfin ces œuvres à redéfinir les structures de notre pensée critique : l’étude des récits de voyage peut-elle se penser dans le cadre des paradigmes dichotomiques qui sous-tendent habituellement les analyses s’intéressant aux...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.