Show Less
Restricted access

De l’unanimisme au fantastique

Jules Romains devant l’extraordinaire

Series:

Augustin Voegele

Jules Romains est connu comme un écrivain « de bonne volonté », raisonnable et rationaliste. Il existe, toutefois, un Jules Romains obscur, et méconnu : un Jules Romains créateur de personnages de mauvaise volonté – de criminels, même ; un Jules Romains qui n’hésite pas à parsemer son oeuvre de longs chapitres érotiques – pornographiques, même ; un Jules Romains, enfin, surtout, fasciné par tout ce qui relève du parapsychique et de l’extraordinaire.

Mais d’où vient cet attrait pour l’anormal et le paranormal ? C’est en replaçant la production de Romains dans le contexte d’une époque confrontée à la mort de Dieu et meurtrie par deux Guerres mondiales que l’on peut expliquer le glissement qui s’opère, de La Vie unanime (1908) aux oeuvres de l’après-guerre, d’un unanimisme optimiste et humaniste à un fantastique qui, s’il se révèle scientifiquement et politiquement militant, n’en est pas moins désespéré.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 10 Absence

Extract

Chapitre 10

Absence

Jules Romains et les extraterrestres

Pour Romains, le possible est un idéal ambigu – mais il est aussi un refuge où se protéger du réel. C’est ce mouvement de fuite que nous voudrions décrire dans ce dernier chapitre : car, si Romains promeut la valeur de présence, il construit pourtant un monde ontologiquement absent afin de se mettre à l’abri de ce à quoi il se cogne – la mort, le temps, la guerre, l’époque. Il va jusqu’à donner dans la rêverie chimérique, et si dans Violation de frontières il imagine une expérience de communication avec les extraterrestres, c’est sans doute parce que les extraterrestres sont ce que l’homme peut imaginer de plus lointain, de plus autre. « Vivant sous la menace tangible de l’autodestruction par des armes atomiques […], les hommes et les femmes ont tourné leurs regards, littéralement, hors de la Terre »,1 écrit George Steiner. Ces mots, sans y prétendre nullement, rendent un compte assez fidèle de l’attitude de Romains à l’égard de la question extraterrestre.

Toutefois, le problème est bien plus complexe, aussi bien littérairement que moralement, puisque se pose notamment la question de l’éventuelle parenté du para-fantastique romainsien avec la science-fiction. Les extraterrestres : voilà des personnages (et un thème) génériquement situés. Toute littérature évoquant les extraterrestres est de science-fiction, cela semble entendu. Où est la science-fiction, cependant, dans Violation de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.