Show Less
Restricted access

L’éthique de la libération d’Enrique Dussel

Penser l’altérité et l’utopie à partir du contexte latino-américain

Series:

Berthony Saint-Georges

L’ouvrage présente d’abord l’éthique de la libération du philosophe argentin, Enrique Dussel, et la situe dans le courant de la philosophie latino-américaine. Il en retrace ensuite les étapes de construction à travers son dialogue avec la tradition occidentale, en particulier Marx, Levinas, Rorty, Habermas, Ricœur et Apel, mais également Kant et Heidegger. C’est le dialogue avorté avec Apel comme figure d’une éthique universaliste fondée sur la délibération qui constitue le tournant de la démarche. Dussel ressort de cet échange convaincu de la pertinence de son principe matériel nécessaire à la fondation d’une éthique qui résiste à l’exclusion des sans voix produite par le principe de raison universelle. L’éthique doit accepter son incomplétude matérielle de principe et renvoyer constamment à l’impossible communauté avec les victimes dont elle procède toujours. De cette manière, elle ouvre la voie à une politique de la justice, seule capable d’entreprendre le chemin commun auquel aspire l’éthique de la libération.

Show Summary Details
Restricted access

Conclusion

Extract



Il ne fait aucun doute aujourd’hui que Dussel est parvenu à élaborer une pensée qui non seulement tient une place dans l’extériorité de l’impérialisme historique et culturel occidental, mais parvient également à donner une expression originale de la philosophie latino-américaine et du peuple latino-américain hors des marges de la pensée européenne dominante. Pour réaliser cette tâche, Dussel a opté pour le dialogue avec la pensée excluante pour rejoindre la source même de l’exclusion, mais il a également choisi la voie du plaidoyer pour briser le silence produit par l’exclusion et faire valoir la légitimité et la pertinence du point de vue de cet autre hors sens de la culture et de l’histoire. Il visait à une réhabilitation de l’Autre exclu comme porteur d’une pensée riche en véritables universaux au même titre que la pensée excluante.

A travers la construction et le développement de son éthique de la libération, Dussel s’est employé à produire de nouvelles connaissances à partir du point de vue de l’exclusion. Celle-ci permet en effet de reconnaître l’existence d’un monde dans lequel différentes manières de vivre et de connaître s’entrechoquent en fonction de positions asymétriques (domination et exclusion) et d’une violence conflictuelle effective ou latente qui résulte de l’exclusion des sans-voix. C’est à partir de questions telles que la faim, la souffrance, l’exclusion, l’exploitation, les dénis de droit que Dussel montre l’apport indispensable...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.