Show Less
Restricted access

Le groupe Empain en France

Une saga industrielle et familiale

Series:

Caroline Suzor

Le Belge Édouard Empain obtient en 1898 la concession du Métro de Paris, qu’il construit et exploite. Pour alimenter son Métro en énergie, Empain devient producteur d’électricité et fonde la Société d’électricité de Paris. Déjà présent en France depuis les années 1880, le groupe Empain ne cesse dès lors plus de croître dans ce pays. Fleurons d’un empire industriel de dimension mondiale, ses entreprises comptent parmi les plus importantes du paysage économique français.

La croissance du groupe Empain en France relève d’une saga à la fois industrielle et familiale. Trois générations se succèdent : un grand industriel européen, visionnaire et innovateur ; son frère ; ses fils. Des personnages hauts en couleur, très différents, reliés pour le meilleur et pour le pire par le sang et l’argent.

Cette histoire, dévoilée de l’intérieur et jusqu’alors mal connue, a été enfouie dans la mémoire nationale sous les décombres de la Troisième République et éclipsée après Seconde Guerre mondiale par la nationalisation de l’électricité et la municipalisation du Métro.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 4. 1929 : premier bilan

Extract

CHAPITRE 4

1929 : premier bilan

Édouard Empain meurt d’une crise cardiaque le 22 juillet 1929, à son domicile bruxellois du 5 rue de Putdaël, quelques semaines avant de fêter son 77e anniversaire. Une messe de funérailles est célébrée le 25 juillet 1929, à la Collégiale des Saints Michel et Gudule à Bruxelles. Y assistent les représentants du roi Albert, du prince héritier Léopold et du roi d’Égypte, le Premier ministre belge Henri Jaspar, le ministre des Finances Houtart, le ministre de l’Agriculture Baels, le Bourgmestre de la ville de Bruxelles Max, plusieurs anciens ministres et de très nombreuses personnalités du monde de la finance, de l’industrie, de l’armée et de la politique1. Le Général Baron est provisoirement enterré au cimetière d’Evere, en banlieue bruxelloise. En février 1930, ses cendres sont transférées en Égypte. Édouard Empain n’avait-il pas exprimé le souhait de reposer dans la crypte de sa basilique d’Héliopolis ? Les funérailles égyptiennes sont encore plus grandioses que les belges. Le gouvernement égyptien au grand complet, plusieurs anciens ministres, les délégués des grands corps, les notables du Caire viennent rendre un dernier hommage au fondateur d’Héliopolis.

Comme nous le savons, Édouard Empain laisse pour héritiers ses deux fils, Jean et Louis. Les jeunes barons vont prendre la direction du groupe et en modifier profondément l’organigramme, en remplaçant les trois...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.