Show Less
Restricted access

Représentations du sens linguistique

Les interfaces de la complexité

Series:

Edited By Olga Galatanu, Ana-Maria Cozma and Abdelhadi Bellachhab

Cet ouvrage est consacré à la complexité linguistique, cette expression couvrant des théories et des points de vue observationnels divers et de ce fait, plusieurs concepts. La diversité des approches, présente aussi dans ce volume, est toutefois sous-tendue ici par un double noyau commun : d’une part, situer le fait langagier complexe à l’interface ou aux interfaces de plusieurs disciplines des sciences du langage et, d’autre part, l’envisager sous les angles de la production, de l’interprétation et de la représentation du sens linguistique. Ainsi, la complexité linguistique n’est pas considérée de manière indépendante relativement à chaque niveau de description, mais à la croisée de deux ou plusieurs interfaces : sémantique-syntaxe, syntaxe-pragmatique, sémantique-pragmatique. Elle est également située à l’interface des sciences du langage et des sciences humaines et sociales. Le concept de complexité linguistique dont il s’agit ici concerne : les signifiants, leur ordre et leur combinaison, les signifiés, leur sens et leur mise à jour dans le discours, le langage en contexte et au service d’un certain agir.
Show Summary Details
Restricted access

Les objets implicites définis : une complexité sémantique induite lexicalement, syntaxiquement ou pragmatiquement ?

Extract



Anouch BOURMAYAN

Institut Jean Nicod

1. Introduction

Les objets implicites définis (ou OIDs) sont des constituants sémantiques qui n’apparaissent pas dans la forme de surface de l’énoncé mais sont néanmoins présents dans l’interprétation de la phrase. Ils correspondent sur un plan sémantique à des arguments objet de valeur définie, et peuvent donc être rendus explicites par des compléments d’objet directs définis. Imaginons par exemple que Marie, essayant une robe dans un magasin, déclare :

(1) Je prends !

Dans le contexte de l’essayage de la robe, (1) signifie que Marie prend non pas seulement quelque chose, non pas même seulement une robe, mais la robe précise qu’elle est en train d’essayer. L’énoncé met donc en jeu un constituant sémantique qui est implicite, en ce sens qu’il n’apparaît pas dans la forme de surface de la phrase, mais qui est cependant essentiel à la compréhension du contenu communiqué. Et ce constituant étant paraphrasable par un complément d’objet direct défini, l’on peut dire que (1) met en jeu un OID.

Le paradoxe des OIDs est le suivant : tandis que la forme de surface de la phrase met en jeu un verbe sans complément d’objet direct, à un niveau interprétatif l’énoncé met en jeu un verbe et son argument objet. Comment rendre compte de cet écart entre simplicité de surface et complexit...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.