Show Less
Restricted access

Cartographies littéraires du Brésil actuel

Espaces, acteurs et mouvements sociaux

Series:

Edited By Rita Olivieri-Godet

Cette cartographie de la production littéraire brésilienne actuelle révèle des dynamiques spatiales originales, en rapport avec l’émergence de nouveaux acteurs et mouvements sociaux, et donne une vision panoramique des tendances de cette production tout en scrutant chacun des éléments qui participent à la définition de ses contours.
Les différentes études visent à préciser les mutations thématiques et formelles qui inaugurent de nouveaux enjeux esthétiques et repositionnent le discours littéraire dans ses façons de voir, d’évoquer et d’interpréter des espaces, des acteurs et des mouvements sociaux. De quel(s) Brésil(s) cette production parle-t-elle ? Quelles images du Brésil saisit-elle et engendre-t-elle ? Quels paysages réels et imaginaires privilégie-t-elle du Brésil ? À quelles modalités thématiques et formelles a-t-elle recours pour dire et (re)signifier le présent ? De quelles stratégies particulières la littérature brésilienne dispose-t-elle pour intervenir dans le discours social de son temps (inscription, dialogue, transgression de la convention sociale) ?
Centrée sur les rapports entre faits sociaux et pratiques discursives d’une part et l’imaginaire de l’espace brésilien d’autre part, cette cartographie littéraire du Brésil offre ainsi au public de langue française un témoignage de la diversité et du bouillonnement qui caractérisent aussi bien le domaine de la création que celui de la critique littéraire brésilienne.
Show Summary Details
Restricted access

La judéité dans Diario da queda, de Michel Laub : la Shoah, les rites et la transmission

Extract

La judéité dans Diario da queda, de Michel Laub

La Shoah, les rites et la transmission

Ilana HEINEBERG

Université Bordeaux Montaigne

Dans son cinquième roman, Diário da queda (Journal de la chute)1, Michel Laub aborde pour la première fois la judaïté. Petit-fils d’un Juif émigré d’Allemagne après la Deuxième Guerre mondiale, son narrateur appartient, tout comme lui, à une famille installée au Brésil depuis trois générations. Cette génération a été élevée par des parents brésiliens, qui n’ont plus aucune trace d’accent allemand ou yiddish, majoritairement diplômés de l’université et qui, en règle générale, mènent une vie aisée et confortable, bien différente, donc, de celle de leurs aïeuls. Comment le narrateur s’approprie-t-il la culture et l’Histoire juives ashkénazim2 ? Michel Laub explique son choix de la manière suivante : « Jusqu’à il y a quelques années, je pensais que jamais je n’écrirai sur ce sujet. Dans ma vie personnelle, c’est un thème peu présent. À un moment donné, j’ai dû me rendre compte que, sans que cela émerge clairement, c’était quelque chose d’essentiel pour moi »3. C’est justement sur la représentation de cette ← 123 | 124 → identité culturelle essentielle malgré (ou dans) sa discrétion apparente que nous nous pencherons.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.