Show Less
Restricted access

La France, l’Allemagne, l’Europe

Mélanges en l’honneur de Chantal Metzger

Series:

Edited By Jean El Gammal

Ce recueil rassemble des études d’historiens, géographes et germanistes d’origines diverses. Elles sont réunies en hommage à Chantal Metzger, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Lorraine, spécialiste d’histoire de l’Allemagne et des relations internationales, notamment franco-allemandes, et rédactrice en chef de la revue Guerres mondiales et conflits contemporains. Ce volume aborde des sujets relatifs à l’histoire des guerres mondiales, aux relations entre la France et l’Allemagne depuis 1945 et aux enjeux internationaux, coloniaux et européens depuis le début du XXe siècle. À travers vingt-et-une contributions, il est question de l’emprise et de la portée des conflits, ainsi que des modalités de la construction européenne, des réticences et des relations qu’elle a suscitées. Plusieurs thèmes sont mis en évidence, tels la mémoire, le renseignement, l’industrie, l’aéronautique, la presse et la gastronomie. Des regards croisés sont rendus possibles par des études concernant l’URSS, la Poznanie, l’Italie, le Portugal, voire, en contrepoint, le Japon.

Show Summary Details
Restricted access

Les changements de ton de la presse parisienne pendant et après la débâcle de 1940. Défi, résignation, acquiescement, collaboration (David Winegate Pike)

Extract

← 36 | 37 →

Les changements de ton de la presse parisienne pendant et après la débâcle de 1940

Défi, résignation, acquiescement, collaboration

David WINEGATE PIKE*

American University of Paris

Au début de la Seconde Guerre mondiale, et comme conséquence directe de la guerre d’Espagne, la presse française se trouve plus polarisée qu’elle ne l’a jamais été. Il n’existe plus un seul journal qui n’ait pas pris parti pour l’un ou l’autre des deux belligérants espagnols. Politiquement, la France a été coupée en deux, et aucune union sacrée à la façon de 1914 ne peut venir à sa rescousse.

L’importance de la presse à la fin des années 1930 est fondamentale1. La presse parisienne domine durant cette période la presse nationale2, et à Paris, la majorité des journaux appartiennent au centre droit ou à la droite.

Ainsi, parmi les plus grands quotidiens, Le Petit Parisien, Le Journal, Excelsior, Le Figaro, et L’Époque sont conservateurs, alors que Le Matin et Le Jour (devenu en 1938 Le Jour-L’Écho de Paris)3 sont réactionnaires tout comme Le Petit Journal dirigé par le colonel de La Rocque. Un autre journal d’extrême droit, L’Ami du Peuple, qui tire à 150 000 exemplaires, disparaît le 27 octobre 1937. L’Intransigeant, journal du soir, fut, au départ, dirigé par Léon Bailby, qui était d’extrême droite, il le céda,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.