Show Less
Restricted access

La France, l’Allemagne, l’Europe

Mélanges en l’honneur de Chantal Metzger

Series:

Edited By Jean El Gammal

Ce recueil rassemble des études d’historiens, géographes et germanistes d’origines diverses. Elles sont réunies en hommage à Chantal Metzger, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Lorraine, spécialiste d’histoire de l’Allemagne et des relations internationales, notamment franco-allemandes, et rédactrice en chef de la revue Guerres mondiales et conflits contemporains. Ce volume aborde des sujets relatifs à l’histoire des guerres mondiales, aux relations entre la France et l’Allemagne depuis 1945 et aux enjeux internationaux, coloniaux et européens depuis le début du XXe siècle. À travers vingt-et-une contributions, il est question de l’emprise et de la portée des conflits, ainsi que des modalités de la construction européenne, des réticences et des relations qu’elle a suscitées. Plusieurs thèmes sont mis en évidence, tels la mémoire, le renseignement, l’industrie, l’aéronautique, la presse et la gastronomie. Des regards croisés sont rendus possibles par des études concernant l’URSS, la Poznanie, l’Italie, le Portugal, voire, en contrepoint, le Japon.

Show Summary Details
Restricted access

Réflexions historiques sur le renseignement dans le processus de prise de décision politique en Grande-Bretagne et en France (J.F.V. Keiger)

Extract

← 226 | 227 →

Réflexions historiques sur le renseignement dans le processus de prise de décision politique en Grande-Bretagne et en France

J.F.V. KEIGER

University of Cambridge, United Kingdom

Presque tous les États importants sur la scène internationale ont mis en place des services de renseignement pour défendre leurs intérêts et pour contribuer à leur sécurité nationale. La plupart dépensent des crédits importants à cette fin, ce qui explique la supériorité des dépenses dans le domaine du renseignement sur celles concernant la diplomatie1. Mais ce n’est pas seulement dans les dépenses budgétaires ni dans la technique que réside la véritable force du renseignement d’un état. Sa vraie valeur dépend de l’utilisation qui est faite de ces services et du véritable rôle du renseignement dans le processus décisionnel au plus haut degré de l’état. Car il est possible d’avoir des services bien financés et très performants au niveau de la collecte, l’analyse et le traitement des informations2, mais à quoi bon si le « produit fini » ne profite pas aux décideurs politiques ou si ceux-ci négligent de s’en servir ? Ceci est une banalité insuffisamment répétée que l’ancien directeur de la CIA de 1953 à 1961, Alan Dulles, nous rappelle dans son ouvrage classique sur le renseignement : « L’information rassemblée par les services de renseignement ou compilée par l’analyste est de peu de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.