Show Less
Restricted access

Ces Chrétiens qui ne croyaient pas en Jésus-Christ

Un Christianisme appelé « Géométrie » au Moyen Âge

Series:

Jean-Pierre Van Halteren

Le christianisme celte, les origines de la franc-maçonnerie ou certains rites inexplicables chez les Templiers sont autant de questions restées sans réponse jusqu’ici, auxquelles se heurte notre compréhension du Moyen Âge.

Ce livre propose d’apporter des solutions à ces difficultés à la lumière des traditions qui faisaient de Jésus-Christ « simplement un homme », héritées de la première communauté judéo-chrétienne de Jérusalem dirigée par le frère de Jésus.

L’auteur montre comment cette hérésie a pu traverser les siècles jusqu’au Moyen Âge. Pour les uns elle était l’héritière de la foi chrétienne originelle, pour les autres elle permettait de réconcilier la religion du Christ avec la raison et la logique.

Il apparaît alors que les traditions issues de cette foi dissidente se retrouvent dans les manuscrits fondateurs de la franc-maçonnerie médiévale, ce qui pourrait éclairer d’un jour nouveau tant les origines de la franc-maçonnerie que celles de la religion celtique, ou encore la genèse du rite – reconnu bien réel – du crachat sur la croix chez les Templiers, ainsi que le symbolisme très particulier de certaines cathédrales du Moyen Âge.

Show Summary Details
Restricted access

Introduction

Extract



Dans les première et deuxième parties de ce livre ont été exposées les raisons qui conduisent à envisager l’existence au Moyen Âge d’une élite chrétienne qui avait retrouvé une foi proche de celle qui se pratiquait dans la première communauté des apôtres dirigée par Jacques, le frère de Jésus, communauté dans laquelle Jésus-Christ était encore considéré comme simplement un homme. La possible existence d’un tel mouvement de pensée au sein du christianisme moyenâgeux conduit à se poser certaines autres questions. La troisième partie de ce livre introduit trois sujets qui mériteraient sans doute un examen plus approfondi que les quelques pages qui leur sont consacrées ici.

Le premier sujet a trait aux Templiers et au « rite honteux » du crachat sur la croix qui était imposé lors de la rentrée dans l’Ordre. Longtemps considéré comme une aberration de l’histoire, dans les toutes dernières décennies ce rite a pourtant été reconnu comme bien réel, même s’il est en totale contradiction avec la foi que les Templiers défendaient souvent au prix de leur vie. L’hypothèse de l’existence au Moyen Âge d’une élite chrétienne qui ne croyait pas en la divinité du Christ, ni au miracle de sa résurrection sur la croix, pourrait sans doute aider à appréhender la possible genèse d’un tel rite qui resterait autrement tout à fait incompréhensible.

Un autre...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.