Show Less
Restricted access

Quand les écrivains font leur musée ...

Series:

Edited By Catherine Mayaux

Les travaux rassemblés dans cet ouvrage étudient la représentation ou l’imaginaire muséographique d’écrivains de la fin du XIXe siècle à l’époque contemporaine. Ils interrogent la manière dont la réflexion sur le musée croise les préoccupations d’un écrivain et interagit avec sa création. Selon quelles lignes de force un écrivain invente-t-il de toutes pièces une forme muséographique ou reconfigure-t-il le musée qu’il a parcouru ? Comment parfois défait-il symboliquement l’institution muséale que ses références ou ses caprices rendent tout à coup plastique et délégitiment de sa forme académique? Comment encore nourrit-il son imagination créatrice d’œuvres muséales et (re)crée-t-il son musée par les mots, mots puissamment vivants dans l’esprit du lecteur soumis à tous les pouvoirs de l’ekphrasis et des tropes métamorphiques du réel ? Comment la littérature travaille-t-elle à une autre forme de patrimonialisation de l’art, à l’élaboration d’une autre histoire de l’art, qui déjoue les académismes historiques et les contraintes institutionnelles ? Telles sont les questions auxquelles répondent les études proposées, à partir d’exemples variés d’auteurs majeurs des XIXe et XXe siècles.

Show Summary Details
Restricted access

Le musée dans l’œuvre de Yannick Haenel. L’initiation au regard intérieur (Myriam Watthee-Delmotte)

Extract

| 215 →

Le musée dans l’œuvre de Yannick Haenel

L’initiation au regard intérieur

Myriam WATTHEE-DELMOTTE

Université catholique de Louvain-la-Neuve

Yannick Haenel est l’auteur d’une œuvre commencée en 1996 et qui se poursuit avec régularité. Son univers romanesque possède une forte cohésion interne, car il procède par retour et évolution des mêmes motifs, parmi lesquels l’allusion à des œuvres d’art découvertes dans des musées. Chaque récit met en scène un narrateur qui alterne des moments de voyage et des pauses dans l’espace clos d’une chambre, dédiées le plus souvent à l’écriture. L’ensemble fictionnel délimite ainsi une géographie propre, faite de lieux récurrents dans Paris surtout, mais également à New York, en Allemagne et en Pologne notamment. Il oscille entre des espaces publics marqués par l’art comme le musée de Cluny, le Centre Beaubourg ou la Frick Collection, et des « non-lieux »1, c’est-à-dire des endroits de passage (entre autres les parcs, les bars, les hôtels, les chambres de location, les ponts de la Seine et le métro parisien, et en particulier la station aérienne de Bir-Hakeim qui combine ces deux motifs). Cette œuvre se construit en inter- et en intratextualité : elle convoque volontiers, au titre de phrases-talismans des héros, le même panthéon littéraire français (Pascal, Baudelaire, Rimbaud, Lautréamont, Genet, Blanchot) et étranger (Dante, Melville, Dosto...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.