Show Less
Restricted access

Être nationaliste à l’ère des masses en Europe (1900–1920)

Series:

Olivier Dard, Didier Musiedlak and Éric Anceau

Le nationalisme européen a souvent été interprété comme la principale source de l’avènement des dictatures et en particulier des fascismes. Le retour actuel sur la scène politique d’un certain attachement à la nation, allant jusqu’à l’expression même de mouvements radicaux à caractère xénophobe ou raciste, est-il le signe annonciateur du retour des dictatures au cœur de l’Europe ?

C’est dans le but de répondre à cette question que les auteurs de cette recherche collective ont entrepris de revisiter le nationalisme européen des années 1900 jusqu’aux lendemains de la Première Guerre mondiale en l’interrogeant non plus par rapport à la naissance des futurs régimes, mais en le considérant dans sa singularité, à un moment critique de l’histoire de l’Europe, le passage à la société de masse.

Que signifie concrètement être nationaliste, en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne, au Portugal, en Belgique, en Suisse ou encore en Pologne durant cette période critique ? Pour tenter de répondre à cette question, un des objectifs majeurs de ce livre est de privilégier l’étude des éléments constitutifs de « l’être nationaliste » : le registre du rapport au monde (sensibilité, culte du moi, dimension occupée par l’esthétique), mais aussi, les échanges entre diverses nations, la diversité des itinéraires, sans omettre la part dévolue à l’action politique au moment même où la guerre apparaît pour tous comme la grande épreuve de vérité.

Show Summary Details
Restricted access

Les conceptions nationalistes de Roman Dmowski et leur influence sur la vie politique polonaise avant, pendant et après la Première Guerre mondiale (Mariusz Wołos)

Extract

← 372 | 373 →

Les conceptions nationalistes de Roman Dmowski et leur influence sur la vie politique polonaise avant, pendant et après la Première Guerre mondiale

Mariusz WOłOS

Université pédagogique de Cracovie

Tout d’abord quelques remarques historiographiques sur l’état actuel des recherches sur l’histoire du nationalisme moderne polonais au début du XXe siècle. Jusqu’à la fin du régime de la République populaire de Pologne, et donc avant 1989, les recherches sur l’émergence et le développement du nationalisme moderne polonais ne jouissaient pas d’une popularité particulière. L’évolution de l’historiographie était contrôlée par l’État communiste qui disposait à cet effet d’un large éventail d’outils tels que la censure, la pression politique, le contrôle de l’édition, la distribution du papier et beaucoup d’autres. On encourageait les chercheurs à mener des recherches sur l’internationalisme et non pas sur le nationalisme. Qui plus est, on présupposait que l’idéologie du nationalisme était erronée, contraire à la vision marxiste de l’histoire et caractéristique de l’ère du capitalisme, bref, par définition hostile aux mouvements progressistes. Dans les manuels et les monographies, les informations sur le nationalisme et ses adeptes étaient soit limitées à de brèves évocations, soit complètement ignorées. Les ouvrages scientifiques portant sur le phénomène en question – ainsi que sur le mouvement politique qui en était issu – n’étaient publiés qu’avec des tirages tr...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.