Show Less
Restricted access

Dessillement numérique

Énaction, interprétation, connaissances

Series:

Maryvonne Holzem and Jacques Labiche

Cet essai présente la recherche chemin faisant de deux auteurs de disciplines différentes : linguistique et reconnaissance de formes. Il tisse leur réflexion à partir d’un questionnement commun : qu’est ce qu’interpréter ? Comment s’approprier des connaissances à partir de documents ? Le numérique peut-il y aider ? En s’appuyant sur plusieurs projets de recherche, les auteurs conçoivent une plateforme informatique qui donne le rôle principal à la créativité de l’utilisateur.

Adossé à la sémantique textuelle et à l’approche énactive, cet ouvrage tente un dessillement qui prenne le contre-pied des évidences ontologiques. Il rejette une vision réductionniste de l’humain issue du computationalisme et d’une approche managériale de la révolution numérique. Pour penser les interactions usager-plateforme, il articule la phénoménologie dans sa dimension sémiotique à l’herméneutique philologique appliquée à un corpus juridique.

La question du sens et de son advenue sous-tend ce travail qui participe des sciences de la culture et ainsi s’ouvre à une réflexion éthique et politique comme le souligne François Rastier dans la préface.

Show Summary Details
Restricted access

Annexe 2 – Modèle en couches

Extract



I. Présentation

Nous avons repris le modèle en couche de l’ISO ; le niveau le plus bas (pixel) figurant en bas du tableau et le niveau le plus haut (application) figurant en haut du tableau ; la colonne de droite liste les connaissances et règles manipulées par les processus associés.

Figure 1 : Adaptation1 du modèle OSI (Gardes)

Ce modèle objet, susceptible d’être développé et rendu opérationnel sous UML2, permet d’introduire explicitement les connaissances3 ← 199 | 200 → nécessaires à la mise en œuvre d’un cycle perceptif 4, qu’il s’agisse des connaissances opératoires liées aux outils de traitement d’images, des connaissances descriptives qui concernent les contenus et leurs domaines d’usage et enfin des connaissances stratégiques nécessaires pour planifier les scénarios de traitement susceptibles de répondre aux attentes des utilisateurs.

La notion de couche de ce modèle est semblable à celle de niveau employée pour les (SIG) Systèmes d’information géographique (sémantique, topologique, géométrique). Du point de vue informatique, les logiciels associés sont alors basés sur les mêmes concepts que ceux qui sont associés aux bases de données relationnelles.

II. Implémentation

Une version de ce modèle en couches pourrait être développée avec une approche multi agents afin de mettre en œuvre les échanges entre objets de chaque couche et entre couches, en...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.