Show Less
Restricted access

1866, une querelle d'Allemands?

Perceptions croisées et mémoire(s) d’un moment clé de l’histoire européenne

Series:

Edited By Jean-Noël Grandhomme

De juin à août 1866, une guerre fratricide (Deutscher Krieg ou Deutscher Bruderkrieg) oppose l’Empire d’Autriche, suivi par la plus grande partie de la Confédération germanique, au royaume de Prusse, allié à une quinzaine de petits États allemands et au royaume d’Italie. Étape décisive de l’unification de l’Allemagne, parachevée par la guerre contre la France en 1870, le conflit de 1866 est lourd de conséquences pour la suite de l’histoire européenne. On le présente souvent comme le triomphe d’une Allemagne protestante marquée par le militarisme et l’autoritarisme d’une Prusse agressive et expansionniste sur une germanité méridionale catholique, censée davantage cultiver le goût des arts que celui des armes. Cette vision simpliste a cependant fait l’objet de multiples révisions. En même temps, ce conflit forme une partie intégrante du processus d’unification de l’Italie.

Après avoir retracé les faits, sans doute pour la première fois de manière aussi détaillée en français, cet ouvrage s’intéresse à la perception des événements par les puissances européennes, mais aussi par les acteurs et spectateurs locaux, ainsi qu’à ses multiples conséquences proches ou lointaines, abordant finalement la mémoire de cette guerre.

Show Summary Details
Restricted access

2. Les Saxons de Transylvanie entre Autriche et Allemagne, quelle germanité ? (Catherine Roth)

Extract

2. Les Saxons de Transylvanie entre Autriche et Allemagne, quelle germanité ?

Catherine Roth

Les Saxons de Transylvanie sont une minorité germanophone sur un territoire qui changea de suzeraineté dans l’histoire1. L’historiographie les concernant s’attarde peu sur la guerre de 1866. En revanche, les conséquences du conflit sont longuement traitées. 1866, pour eux, est surtout 1867. Les débuts de la Double Monarchie marquent en effet le moment où leur définition identitaire est définitivement modifiée : ils se sentaient Saxons en Autriche, ils deviennent Allemands en Hongrie. En comprendre les raisons requiert de prendre en compte la situation particulière des minorités allemandes d’Europe centrale. En 1866 des millions de germanophones à l’est de Vienne sont face à deux États qui s’affrontent et qui ont tous deux l’allemand comme langue officielle. Rappelons qu’en allemand, aujourd’hui encore, la bataille de Sadowa est appelée bataille de Königgrätz, le nom allemand de la ville et non son faubourg tchèque. L’Allemagne se réfère ainsi à la situation d’empire multiculturel, et non à celle, postérieure, de l’État-nation tchèque. Or, ces minorités sont les oubliées de la Double Monarchie quand elles échoient à la Hongrie, contrairement à une doxa historique à revisiter, selon laquelle les minorités slaves et latines sont les perdantes de l’Ausgleich, les Allemands et Hongrois ses gagnants. Tout dépend, en fait, de l’endroit où ils se trouvent. Car il est très différent d’échoir à une tête...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.