Show Less
Restricted access

Écrire et penser le genre en contextes postcoloniaux

Series:

Edited By Anne Castaing and Élodie Gaden

À l’heure où se banalisent les discours féministes et, avec eux, une conception universelle de l’émancipation ; à l’heure où les questions de différence et d’intégration deviennent cruciales pour penser les sociétés contemporaines dans le Nord comme dans le Sud, il est urgent de conserver une réflexion dynamique sur la diversité comme sur l’hétérogénéité du genre et de ses formulations. Cet ouvrage propose donc une réflexion sur les corrélations et les négociations entre genre et nation (coloniale comme postcoloniale), sur la représentation fantasmée de l’« Oriental.e » et sur la cristallisation des identités nationales, religieuses et de genre. Il interroge ainsi les singularités culturelles et historiques du genre et de ses formulations, des subalternités et de leurs modes de résistance. Il s’intéresse enfin à la dimension genrée des migrations coloniales et postcoloniales.

L’approche plurielle que ce volume propose de l’articulation entre identités de genre et débat postcolonial dérive d’une valorisation de la circulation des disciplines et des méthodes (histoire, anthropologie, histoire littéraire, poétique, esthétique cinématographique, philosophie), toutes préoccupées par des questions de représentations. Elles mobilisent de même des terrains divers, au Nord comme au Sud (Afrique du Sud, Antilles, Inde, Viêtnam, Canada, Nouvelle-Calédonie, Maroc), colonisés comme décolonisés, certains demeurant peu sollicités par la critique postcoloniale.

Show Summary Details
Restricted access

Derrière le « voile islamique », de multiples visages. Voile, harem, chevelure : identité, genre et colonialisme (Corinne Fortier)

Extract

| 233 →

Derrière le « voile islamique », de multiples visages

Voile, harem, chevelure : identité, genre et colonialisme

Corinne FORTIER

CNRS/Laboratoire d’Anthropologie sociale

Résumé

Après avoir établi un état des lieux historique et anthropologique du voile selon les religions, les époques et les sociétés, je m’attacherai plus particulièrement à l’utilisation polysémique de cette notion dans le Coran. L’étude d’une autre notion qui lui est corrélée, celle de ḥarîm, montrera que la perspective d’étudier la question du voile en termes de privé et de public n’est guère pertinente en ce contexte dans la mesure où les rapports de parenté sont ici bien plus fondamentaux. Les rapports de genre sont également au cœur de la problématique du voile qui coïncide avec une certaine représentation de l’homme, conçu comme désirant et du côté du pulsionnel, et de la femme comme désirable et du côté de la séduction, sa chevelure focalisant toute une symbolique érotique et sexuelle. Mais au-delà de la perception du voile comme un acte de soumission passive à un ordre patriarcal archaïque, il peut aussi représenter en certains contextes un acte de résistance actif à l’ordre colonial imposé et une nouvelle forme d’engagement pour une génération en recherche de justice sociale.

Mots-clés

Voile, genre, islam, chevelure, harem

Si d’un point...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.