Show Less
Restricted access

L’Europe en quête d’Européens

Pour un nouveau rapport entre Bruxelles et les nations

Series:

Gérard Bouchard

Plaidoyer en faveur de l’Union européenne, ce livre critique néanmoins certains choix culturels qu’elle a faits lors de sa fondation et qui entravent aujourd’hui son intégration. Elle doit rebâtir ses fondements symboliques et redéfinir sa relation avec les nations (à ne pas confondre avec les États). Les orientations culturelles qu’elle a privilégiées à sa naissance lui ont permis de connaître un essor rapide, mais faute de les réviser à temps, elles sont devenues dysfonctionnelles. Or, les tentatives qu’elle a faites ultérieurement pour se donner de nouveaux mythes et une identité continentale ont échoué. Par ailleurs, les leaders de l’Union se sont toujours méfiés des nations et des nationalismes, accusés d’avoir provoqué les horreurs des deux guerres mondiales. Ils ont donc voulu les contourner en instituant une gouvernance par le haut d’où a résulté un déficit démocratique.

L’Union devra désormais s’employer à se réconcilier avec les nations, en les réhabilitant, et à tirer profit de leurs ressources symboliques pour se doter de mythes ayant une résonance à la fois nationale et européenne.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 5: Essais de construction d’un fondement symbolique

Extract

← 104 | 105 →

CHAPITRE 5

Essais de construction d’un fondement symbolique

La quête de mythes européens

Les raisons qui avaient amené les leaders de l’UE à se préoccuper d’une identité continentale dans les années 1970 ont également inspiré la recherche de mythes européens à partir de la décennie 1980. Dans ce dernier cas, le souci d’une mobilisation supranationale à la poursuite d’un destin commun prenait un relief particulier. Il s’y ajouta aussi progressivement le sentiment que les choix fondateurs avaient perdu de leur efficacité, ce qui inclut la honte inspirée par la Shoah, l’élan en faveur de la paix et les trois grandes peurs (voir chapitre 2)1. Il faut mentionner aussi les incertitudes qu’allaient susciter la chute du mur de Berlin en 1989 et la réunification de l’Allemagne. Parallèlement, la diversification ethnoculturelle de l’Europe sous l’effet d’une immigration croissante faisait naître une préoccupation pour la cohésion sociale. Enfin, au déclin du « consensus permissif » durant les années 1990 a succédé au sein du grand public une conscience plus critique à l’égard de l’UE (un consensus qu’on a qualifié de « contraignant », L. Hooghe, G. Marks, 2009). Tout cela invitait les leaders à une vigilance accrue.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.