Show Less
Restricted access

Les métamorphoses des infrastructures, entre béton et numérique

Edited By Konstantinos Chatzis, Gilles Jeannot, Valérie November and Pascal Ughetto

Les infrastructures sont partout. Comme leur nom l’indique, elles supportent nos vies quotidiennes, ce sont des ponts, des aéroports, des réseaux d’eau ou d’électricité, mais aussi des câbles sous-marins et des fermes de serveurs informatiques. Alors que l’on constate, en général, un clivage prononcé entre les chercheurs qui s’intéressent aux nouvelles infrastructures (autour du numérique) et les « fidèles » des infrastructures liées de prime abord à la première et la seconde révolution industrielle, les auteurs de cet ouvrage s’inscrivent indistinctement dans les deux groupes. Certains d’entre eux s’essaient même à explorer ce qu’il advient des infrastructures classiques à l’ère du numérique. Ce rapprochement permet d’approfondir ce qu’il y a de commun dans des infrastructures variées et de discuter de la pertinence de l’extension de la notion à d’autres domaines. Il permet également de souligner certaines évolutions partagées en particulier autour de l’affirmation de l’individu et de l’émergence d’une dimension politique jusque-là souvent enterrée, comme le sont bien des réseaux d’infrastructures.

Show Summary Details
Restricted access

Infrastructure et imaginaires. Une lecture alternative du changement technique (Antoine Picon)

Extract

← 50 | 51 →

Infrastructure et imaginaires

Une lecture alternative du changement technique

Antoine PICON

Les infrastructures : base matérielle, régulation, imaginaires

On qualifie généralement d’infrastructure un objet ou un système technique de grande ampleur destiné à servir de support à certaines activités, souvent de nature circulatoire comme le trafic automobile ou encore l’échange de données. L’échelle a son importance : pour pouvoir parler d’infrastructure, il faut qu’on se trouve en face d’un objet ou d’un système possédant un caractère imposant soit par sa taille, soit par l’étendue de son déploiement. Un pont apparaît comme une infrastructure ; un réseau téléphonique également. Quant au caractère circulatoire des activités supportées par l’infrastructure, il constitue un cas fréquent, on l’a dit, sans être pour autant systématique, songeons aux murs de soutènement, aux digues ou aux barrages dont la fonction première consiste à retenir la terre ou l’eau.

À partir de cette définition très générale, deux grands types d’approches semblent a priori possibles. La première consiste à privilégier la dimension matérielle de l’infrastructure. L’ingénieur, surtout s’il exerce dans un secteur relativement traditionnel comme le génie civil, sera tenté d’adopter ce point de vue. Terre-pleins destinés à recevoir des containers, routes et ponts lui apparaissent comme des infrastructures. À ses yeux, les standards et les protocoles de nature plus...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.