Show Less
Restricted access

Les métamorphoses des infrastructures, entre béton et numérique

Edited By Konstantinos Chatzis, Gilles Jeannot, Valérie November and Pascal Ughetto

Les infrastructures sont partout. Comme leur nom l’indique, elles supportent nos vies quotidiennes, ce sont des ponts, des aéroports, des réseaux d’eau ou d’électricité, mais aussi des câbles sous-marins et des fermes de serveurs informatiques. Alors que l’on constate, en général, un clivage prononcé entre les chercheurs qui s’intéressent aux nouvelles infrastructures (autour du numérique) et les « fidèles » des infrastructures liées de prime abord à la première et la seconde révolution industrielle, les auteurs de cet ouvrage s’inscrivent indistinctement dans les deux groupes. Certains d’entre eux s’essaient même à explorer ce qu’il advient des infrastructures classiques à l’ère du numérique. Ce rapprochement permet d’approfondir ce qu’il y a de commun dans des infrastructures variées et de discuter de la pertinence de l’extension de la notion à d’autres domaines. Il permet également de souligner certaines évolutions partagées en particulier autour de l’affirmation de l’individu et de l’émergence d’une dimension politique jusque-là souvent enterrée, comme le sont bien des réseaux d’infrastructures.

Show Summary Details
Restricted access

Conglomérats familiaux et infrastructures essentielles. Le cas des Philippines (Dominique Lorrain / Morgan Mouton)

Extract

← 122 | 123 →

Conglomérats familiaux et infrastructures essentielles

Le cas des Philippines

Dominique LORRAIN Morgan MOUTON

Une certaine conception de l’action collective explique l’organisation des villes en Occident. Elle repose sur une hiérarchie entre les catégories du public et du privé. À la première s’attache la notion d’intérêt général, à la seconde celle d’intérêts particuliers. Il est considéré que certaines activités touchant à l’intérêt général ne peuvent être totalement prises en charge par des entreprises privées. La fabrique de la ville, dans ses différentes composantes, en constitue une illustration exemplaire. Cette conception s’incarne d’abord dans la forme urbaine par une différenciation morphologique et juridique entre des espaces publics (rues, places, équipements) et des bâtiments privés. On la retrouve aussi pour l’organisation de l’espace : la définition des usages est une mission de puissance publique et relève de la planification urbaine. Enfin, cette conception est active pour l’organisation des infrastructures : activités essentielles sous la responsabilité des institutions publiques qui doivent être particulièrement réglementées si elles font appel à des entreprises privées1. Cela se traduit par des entreprises de services publics (utilities) régulées qui ne peuvent s’étendre à discrétion, car elles s’exposeraient à plusieurs critiques. La première relève de la philosophie politique : ces organisations privées ne sont pas légitimes pour exprimer l’intérêt gén...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.