Show Less
Restricted access

Pour une histoire connectée et transnationale des épurations en Europe après 1945

Series:

Edited By Marc Bergère, Jonas Campion, Emmanuel Droit, Dominik Rigoll and Marie-Bénédicte Vincent

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, l’Europe libérée est traversée par une même soif de justice à l’égard des anciens ennemis et de leurs collaborateurs. Ce livre interroge ce « moment 1945 » comme une expérience, sinon totalement commune, du moins largement partagée par delà la coupure Est-Ouest du continent qui s’installe rapidement. Dans une perspective d’histoire comparée, son objectif premier est de faire dialoguer des historiographies nationales des « épurations » déjà riches mais qui s’ignorent le plus souvent. Au-delà, le pari de cet ouvrage collectif réside dans sa capacité à proposer de manière originale les bases d’une histoire connectée et transnationale des épurations européennes. Pour ce faire, les auteurs portent une attention particulière aux phénomènes de circulation et de transferts en matière de normes, de pratiques, voire d’acteurs des épurations, puis des « dés-épurations ». De même, ils accordent une place privilégiée aux populations « déplacées » dans ce contexte, en considérant les expulsés, exilés et réfugiés comme un autre phénomène marquant de l’histoire chaotique de l’Europe post-1945 qu’il convient de relier à l’histoire des épurations.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 13 — « Les traîtres, les bandits et les autres » : représentations de l’ennemi dans la Lettonie soviétique de sortie de guerre (1944-1947)

Extract

← 208 | 209 →

CHAPITRE 13

« Les traîtres, les bandits et les autres » : représentations de l’ennemi dans la Lettonie soviétique de sortie de guerre (1944-1947)

Juliette DENIS

Collège universitaire français, Moscou (Russie)

Alexandre Werth publie en 1964 une fresque magistrale sur l’Union soviétique en guerre1. Il rend compte avec minutie, dans un ouvrage toujours d’actualité, des différentes facettes du conflit à l’Est. L’une de ses interrogations porte sur les politiques punitives de la sortie de guerre, notamment dans les territoires occidentaux de l’URSS.

Des collaborateurs non seulement authentiques, mais supposés, allaient être victimes de Purges, dont les plus dures eurent sans doute pour théâtre les Républiques baltes et l’Ukraine occidentale. Mais officiellement tout cela restait peu connu, et l’histoire complète des Purges de 1944-1945 est encore à écrire – si les faits réels arrivent à la lumière2.

Sur cet épisode comme sur le reste, l’auteur fait preuve d’une intuition remarquable : les territoires occidentaux de l’URSS connurent des remous violents et interminables, et effectivement, en démêler les fils n’est pas chose aisée. Leur position est particulière : l’Ukraine et la Biélorussie de l’Ouest par l’URSS, les pays baltes et la Moldavie ont été annexés en 1939-1940, puis occupés par l’armée allemande à partir de juin 1941, avant d’être reconquis par l’Armée rouge en 1944-1945. L’écriture de cette histoire profondément heurt...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.