Show Less
Restricted access

Femmes et négoce dans les ports européens

Fin du Moyen Âge - XIXe siècle

Series:

Edited By Bernard Michon and Nicole Dufournaud

Fort des acquis de l’historiographie sur le négoce des ports européens de la fin de l’époque médiévale au début de la période contemporaine, l’ambition de ce livre est de faire dialoguer l’histoire portuaire et maritime avec l’histoire des femmes et du genre. La période étudiée permet d’interroger l’ouverture des horizons commerciaux des Européens et l’essor du trafic colonial en rapport avec le rôle des femmes dans les places portuaires. Si, en France, le terme de « négoce » est utilisé dans les sources pratiquement dès le début de l’époque moderne, le mot « négociant » apparaît à la fin du xviie siècle pour désigner la frange supérieure des marchands. Il s’agit par conséquent de mettre en lumière l’accès de certaines femmes au titre de « négociante ».

L’ouvrage regroupe douze textes, portant sur des périodes et des espaces géographiques différents, répartis en deux grands axes. Le premier cherche à mettre en évidence la diversité du travail féminin dans les milieux portuaires européens sur la longue durée, de la marchande à la négociante. Le second s’intéresse aux structures commerciales (sociétés et maisons de commerce) et aux rôles des femmes dans les entreprises familiales, au regard du modèle économique des sociétés préindustrielles.

La finalité de ce livre est de montrer des femmes en capacité d’agir à partir de l’exemple des milieux portuaires, en faisant émerger des figures oubliées de « femmes fortes » qui participent à l’économie française et européenne de la fin du Moyen Âge au xixe siècle.

Show Summary Details
Restricted access

Comment rendre visible le rôle économique des femmes sous l’Ancien Régime ? Étude méthodologique sur les marchandes à Nantes aux xvie et xviie siècles (Nicole Dufournaud)

Extract

← 64 | 65 →

Comment rendre visible le rôle économique des femmes sous l’Ancien Régime ? Étude méthodologique sur les marchandes à Nantes aux XVIe et XVIIe siècles

Nicole DUFOURNAUD

Docteure en histoire moderne Laboratoire de démographie et d’histoire sociale (LaDéHis) et « Histoire du genre » École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Paris

Répondre à la question posée dans le titre, oblige au préalable à s’interroger sur la visibilité et l’invisibilité des femmes en histoire. Poursuivre la réflexion de la chercheuse Paulette Robic1, signifie partir du silence des sources historiques2 pour rendre visible les actrices de l’histoire et finalement faire émerger leurs rôles économiques. A cette fin, la numérisation massive des documents, des archives et des livres semble offrir des possibilités nouvelles aux usagers de la recherche3.

Dans un monde numérique idéal de la recherche empirique historique, et avec un peu d’imagination, de nouvelles pratiques pourraient donner des résultats inattendus. Par exemple, le chercheur ou la chercheuse accumulerait des milliers de sources collectées – les textes devenant alors des données numériques – en vue de traitement pour construire un récit historique. Ce monde idéal serait performant grâce aux outils informatiques nouveaux et aux différents systèmes de recherche en ligne : ← 65 | 66 → un moteur de recherche comme Google et ses puissants algorithmes, ou encore des portails comme ceux des Archives de France et de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.