Show Less
Restricted access

Approches philosophiques du structuralisme linguistique russe

Series:

Edited By Oleg Bernaz and Marc Maesschalck

Ce volume recueille une série de travaux de figures notoires de la pensée russe, comme Roman Jakobson, Petr Savickij et Nicolas Troubetzkoy, qui ont marqué un seuil épistémologique dans l’histoire du structuralisme en général et de la linguistique structurale en particulier. Publiés initialement au début des années 1920 et 1930, à Berlin, à Prague et enfin à Paris, ces travaux forment un véritable mouvement intellectuel dont nous voudrions mettre en évidence la portée philosophique, mais également les enjeux politiques. Nous espérons ainsi contribuer à rendre possible une autre histoire du structuralisme linguistique qui en ne se limitant pas à répertorier les idées de la langue conçues par les linguistes, puisse mettre en lumière les conditions épistémologiques permettant de construire la connaissance linguistique comme savoir structural des langues dans leur fonction sociale et historique.

 

Show Summary Details
Restricted access

Les problèmes de la géographie linguistique du point de vue du géographe (Petr N. Savickij)

Extract

← 144 | 145 →

Les problèmes de la géographie linguistique du point de vue du géographe1

Petr N. SAVICKIJ

Un des faits les plus récents de l’histoire récente de la linguistique est l’apparition de ce que l’on appelle la « géographie linguistique ». Comme on le sait, on a cessé d’opérer avec les notions indifférenciées de « dialecte », de « parler », etc., pour passer à l’étude de l’aire géographique des caractères isolés (phonétiques, morphologiques, lexicaux, etc.). À faire usage des termes que j’ai coutume d’employer dans les branches de ma spécialité, je dirais que la géographie linguistique a eu recours à la méthode des caractères isolés. Cette méthode a donné un fondement analytique pour l’étude des aires géographiques des caractères linguistiques. Elle a fait déterminer des aires propres à un seul caractère ; elle a montré que le tracé des limites était particulier pour chaque caractère :

[L]a limite de la diphtongue oi d’étoile ne correspond pas exactement à celle de toile ni à celle de mois, et le c (k) n’a pas exactement la même aire géographique dans canta(r), canter (chanter), dans vaco, vaque (vache) ou dans caussar, causser (chausser), soit dans le Midi, soit dans le Nord2.

L’éclaircissement du fondement analytique de la distribution des aires n’en a pas fait oublier, certes, les buts synthétiques. Un de ces buts...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.